•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Charles Moreau et sa médaille de bronze des Jeux olympiques de Rio

Le paracycliste Charles Moreau

Photo : L'équipe olympique canadienne

Radio-Canada

Si tout s’était passé comme prévu, Charles Moreau serait en ce moment aux Jeux de Tokyo, où il bataillerait pour une médaille d'or du contre-la-montre en paracyclisme.

Il est plutôt à Bromont, où il s’entraîne dans le but de retourner à Tokyo en août 2021.

L’athlète de 38 ans doit participer à ses deuxièmes Jeux. À Rio, il a remporté le bronze au contre-la-montre et à la course sur route.

Charles Moreau avait de grands objectifs pour Tokyo en 2020. Il les a toujours, mais peut-être avec un petit bémol.

Jusqu’à l’année passée, mon objectif était certainement l’or au contre-la-montre, explique-t-il.

Maintenant, on a un athlète qui s’est fait déclassifier et qui se retrouve contre nous. Ça fait 14 ans qu’il compétitionne sur le circuit dans une catégorie supérieure et sa condition médicale n’a pas changé. On ne sait pas trop comment ça a pu se produire.

Quand tu es un champion paralympique et que tu es parmi les favoris de ta catégorie sur le circuit, pourquoi irais-tu te faire déclassifier pour aller dans une catégorie inférieure?

Charles Moreau

Un parcours intéressant

Malgré l’arrivée du cycliste allemand Vico Merklein, Moreau peut encore viser les podiums à Tokyo.

Les Canadiens sont allés rouler sur le parcours paralympique l’an dernier et il a bien aimé l’expérience.

À Rio, c’était plate comme une galette, dit-il. On ne faisait pas la section en montagne. À Tokyo, ça va être pas mal plus sélectif. Il y a trois bonnes montées.

C’est un bon parcours pour moi. Ce ne sont pas des longues côtes de trois kilomètres où ceux qui ont un profil de grimpeurs purs vont se démarquer. Ce sont des pentes qu’on peut monter en puissance et qu’on peut attaquer sans crainte de craquer. Je pense que ça peut être bon pour moi.

Des Jeux différents

Si, sur le plan sportif, les Jeux paralympiques de Tokyo devaient ressembler aux précédents, tout ce qui tourne autour pourrait être différent à cause de la pandémie.

À Rio, malgré la menace du virus Zika, la possibilité de reporter ou d'annuler les Jeux n’avait pas fait beaucoup de chemin. Il n’avait jamais été question de protocole sanitaire, de distanciation ou de tests de dépistage à répétition.

Cette fois, l’annulation a été évoquée par le président du Comité international paralympique, Andrew Parsons, à un an des Jeux.

Mis au courant de ces déclarations, Charles Moreau tente de ne pas s’en faire. Depuis le report des Jeux en mars dernier, toute sa préparation est axée sur août 2021. J’ai pris ça comme une année de préparation de plus, dit-il.

Pour ce qui est de la COVID-19, il tente d’évacuer les mauvais présages. Je ne peux pas croire qu’on va être encore à la même place là-dedans, l’an prochain, ajoute-t-il.

Même sans la COVID-19, les cyclistes canadiens auraient vécu une expérience différente de Rio à plusieurs égards.

Cyclisme Canada a choisi de ne pas loger ses athlètes au village paralympique, question de se rapprocher du site de compétition qui se trouve à plus de deux heures de route.

Donc, l’ambiance des Jeux ne sera ressentie qu'à la cérémonie d’ouverture et durant les compétitions.

Charles Moreau a déjà vécu l’expérience du village paralympique à Rio, et il est d’accord avec le choix de sa fédération.

Je pense que c’est une décision qui est raisonnable et qui est sage, compte tenu que le site de course est à un bon deux heures du village olympique, estime-t-il. Mais c’est sûr que ça va changer l’expérience des Jeux.

L’excitation des Jeux, le côté grandiose, ça a frappé dès le moment où on a atterri à Rio. Tout est vraiment décuplé dès que tu sors de l’avion : l’accueil, le processus d’enregistrement, les accréditations. Après, t’arrives au village et c’est vraiment big. Ça nous met dans l’ambiance rapidement. Ça n’a rien à voir avec nos événements habituels.

Charles Moreau

Côté compétition, il y a souvent plus de coureurs en Coupe du monde. Aux Jeux, à cause des quotas, on a moins de monde à la ligne de départ qu’on en a en Coupe du monde. En Europe, ce n’est pas qu’on soit 40 ou 50, tandis qu’aux Jeux à Rio, on était peut-être 16.

Encore étendu sur son vélo à main, le paracycliste Charles Moreau accorde une entrevue immédiatement après le contre-la-montre aux Jeux paralympiques de Rio en 2016.

Le paracycliste Charles Moreau accorde une entrevue après le contre-la-montre aux Jeux paralympiques de Rio en 2016.

Photo : Christine Tremblay

On relance la machine

Tout était prêt. Tout est à recommencer, mais avec quelques différences.

Pour le moment, le plan pour 2021 est semblable à celui de 2020, avec deux épreuves de Coupe du monde en Europe au mois de mai.

C’est du côté des camps d’entraînement que tout reste nébuleux. Cyclisme Canada attend la réouverture de la frontière avec les États-Unis pour planifier la saison hivernale.

Individuellement, Charles Moreau pourrait opter pour un séjour du côté ouest de la Floride pour rouler à la chaleur.

Financièrement, l’année 2020 a été moins coûteuse que prévu.

Les dépenses de voyages d’entraînement ont été réduites par le confinement et il a aussi choisi de retarder certains investissements pour de nouvelles technologies sur son vélo.

Ça nous permet de faire des tests, dit-il. Nous ne sommes plus pressés par le temps.

Ces dépenses devront toutefois être faites. Il reste à savoir si les commanditaires locaux pourront suivre. Plusieurs ont subi les contrecoups de la pandémie et pourraient trouver difficile d’appuyer financièrement l’athlète de Victoriaville.

Pendant sa préparation, Charles Moreau effectuera un retour aux études et s’attaquera à une maîtrise, lui qui détient un doctorat en chiropratique de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le défi de retourner sur les bancs d’école 12 ans plus tard ne lui fait pas peur, surtout que les cours seront essentiellement donnés par vidéoconférence.

Le clash va probablement être plus grand quand je serai à l’université avec les étudiants… Avec la jeunesse…, conclut l’athlète de 38 ans avec un sourire dans la voix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !