•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Atteint d'une mononucléose, Antoine Duchesne doit renoncer au Tour de France

Il est sur un vélo stationnaire.

Antoine Duchesne

Photo : Courtoisie / Équipe Groupama-FDJ

Michael Roy

La malchance s’acharne sur Antoine Duchesne. Atteint d’une mononucléose, il doit faire une croix sur le Tour de France, alors qu’il venait à peine d’apprendre sa sélection officielle pour la grande messe du cyclisme.

Joint par Radio-Canada Sports à sa résidence française de Saint-Restitut, l’ancien champion canadien sur route avait évidemment le moral dans les talons.

La pilule est très difficile à avaler. J’ai vraiment travaillé fort ces derniers mois pour réussir à faire ma place dans l’équipe, confie-t-il.

Ce n’était vraiment pas facile parce qu’il y a des gars qui sont là depuis longtemps. D’aller sur le Tour avec l’objectif de le gagner [avec le leader Thibaut Pinot, NDLR] avec une équipe française, en sol français, c’est quand même beaucoup de pression juste pour faire la sélection. C’est un très gros coup pour moi d’apprendre tout ça.

Depuis le mois de décembre que j’ai ça en tête. C’est un peu injuste, mais personne n'a dit que ça devait être facile.

Une citation de :Antoine Duchesne, cycliste professionnel

L’athlète canadien a commencé à sentir des signes de fatigue au cours des derniers jours. Il a même posé pied à terre lors de la quatrième étape du Critérium du Dauphiné le 15 août, car il était à bout de force. Il était loin de se douter de la source de cette baisse d’énergie.

Selon les données et les résultats, j’aurais la mono depuis quelques semaines, voire quelques mois. C’est un peu un exploit que j’ai réussi à me rendre sur la sélection du Tour avec ça, raconte Duchesne.

Le sort s’acharne

Antoine Duchesne devait prendre part à la plus grande compétition cycliste du monde pour la deuxième fois de sa carrière après avoir croisé la ligne d’arrivée en 2016 avec l'équipe Total Direct Énergie.

Après une opération à l’artère iliaque qui lui a fait rater presque toute la dernière saison, il avait retrouvé le sommet de sa forme et croyait bien que la guigne allait prendre congé.

Disons que ça fait un bout que je me dis que j’ai eu mon lot de malchances et que mon tour viendra. Apparemment, ce n’est pas pour tout de suite.

Duchesne devait être à Nice mercredi pour la présentation officielle des équipes. Il est forcé de regarder la Grande Boucle de chez lui à la télévision.

C’est sûr que je vais regarder le Tour, admet-il amèrement.

Je suis très proche de Thibaut (Pinot), on a un beau groupe et je veux autant qu’il gagne le Tour. C’est sur que de voir les gars sur la ligne de départ et de ne pas pouvoir y être, c’est difficile. Les gens vont me demander si je suis au Tour et je devrai leur répondre non parce que j’ai une mononucléose, c’est dur.

Il est sur son vélo en compétition.

Antoine Duchesne (à droite)

Photo : AFP / PHILIPPE LOPEZ

Saison compromise?

Les médecins de son équipe lui ont conseillé d’être au repos complet avant que d’autres tests soient effectués.

Depuis les derniers jours, je n’ai aucune énergie. Je dors 12 heures par jour depuis une semaine. J’ai essayé d’aller marcher en fin de semaine dernière et j’étais complètement brûlé après.

En cette saison remodelée en raison de la pandémie, les dernières compétitions officielles du WorldTour sont prévues à la fin du mois d’octobre. Ça ne laissera à Duchesne que très peu de temps pour revenir à une forme adéquate afin de s’aligner avec les meilleurs cyclistes.

À ce temps-ci de l’année, si je dois attendre encore un autre mois pour m’entraîner, il sera trop tard pour revenir en forme, je pense. Mais rendu là, l’objectif sera de régler tout ça et de pouvoir me concentrer sur 2021 sans retenue.

Tout est incertain pour les prochaines semaines et même le reste de la saison.

Une citation de :Antoine Duchesne

Devant tant d’adversité, il aurait été humain de s'apitoyer sur son sort. Le Saguenéen garde tout de même la tête haute.

C’est n’est pas mon premier obstacle en carrière, j’ai développé une bonne résilience. Être fâché ne me placera pas plus au départ du Tour samedi, alors j’essaye de prendre ça du mieux que je peux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !