•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une sévère leçon de hockey » - Alain Vigneault

Alain Vigneault

L'entraîneur des Flyers de Philadelphie Alain Vigneault baisse la tête au banc de son équipe lors du deuxième match de la série contre le Canadien de Montréal.

Photo : Getty Images / Elsa

Jean-François Poirier

Un entraîneur au repos forcé, mais des joueurs avec le cœur à l'ouvrage. Du confort de son salon, Claude Julien a pu pousser un soupir de soulagement. Et même esquisser son plus beau sourire. Le Canadien, dirigé par Kirk Muller, a totalement muselé les Flyers.

Après la rencontre, il a été parmi les premiers à me faire parvenir un message de félicitations pour cette grosse victoire. Claude, elle est pour toi et ta famille , a précisé l'entraîneur par intérim qui, pour la première fois depuis la fin de son association de trois ans avec les Hurricanes de la Caroline en 2014, occupait la fonction de commandant en chef.

Et quel retour! Une victoire de 5-0!

Plusieurs joueurs ont élevé leur jeu d'un cran. Ils m'ont rendu la vie facile. C'est une victoire d'équipe, a dit Muller.

Sa première décision a été d'accorder sa confiance à Max Domi, promu au sein du troisième trio en compagnie de Jesperi Kotkaniemi et de Jonathan Drouin, qui a terminé le match avec trois passes.

Je me suis fié à un mon instinct. Lorsque tu demandes à un joueur de t'en donner davantage, il faut que tu le places vite dans une position pour juger son rendement, a affirmé Muller, qui semblait visiblement hésitant à s'accorder un quelconque mérite.

Un entraîneur derrière le banc des joueurs

En l'absence de Claude Julien, c'est Kirk Muller (au fond, à gauche) qui est l'entraîneur-chef du Canadien face aux Flyers.

Photo : Getty Images / Elsa

Ce n'est pas un secret, Jonathan et moi sommes de bons amis à l'extérieur de la patinoire et nous adorons jouer ensemble, a soutenu Domi. KK [Kotkaniemi] a été extraordinaire. Nos quatre trios ont joué un bon match et le groupe d'entraîneurs a aussi fait un bon travail.

En l'absence de Julien, les joueurs du CH ne se sont pas contentés de se comporter comme de bons soldats. En première période, Carter Hart a été abandonné à lui-même devant son filet, comme un pauvre homme au peloton d'exécution.

Un but de Tomas Tatar dès la 62e seconde, et 12 tirs sans réplique entremêlés du but de Kotkaniemi. Carey Price a admiré le travail de ses coéquipiers jusqu'à la 17e minute avant que les Flyers finissent par le mettre à l'épreuve. Quand Tatar a inscrit le troisième but des siens dès le début de la deuxième période, c'était de bien mauvais augure.

Ils nous ont botté le derrière, a résumé l'entraîneur-chef des Flyers Alain Vigneault. Ils ont été meilleurs que nous dans toutes les facettes du jeu. Ils ont travaillé plus fort et leur désir de vaincre était plus grand que le nôtre. On s'est fait donner une sévère leçon de hockey. Je ne m'attendais pas à ça lors d'un match de cette importance en éliminatoires. Tes meilleurs joueurs doivent se comporter en meneurs. Nous devons tourner la page et nous concentrer sur la prochaine rencontre.

On voulait la gagner pour les deux (Kirk Muller et Claude Julien). Aujourd'hui, il y avait de l'énergie avant le match sur le banc. C'était incroyable. Après le premier but, on a poursuivi notre élan. Notre manière de patiner et de foncer sur la rondelle, c'était impressionnant à voir. C'est l'un de nos meilleurs matchs, a dit Jonathan Drouin.

De dos, il lève les bras.

L'attaquant du Canadien Jesperi Kotkaniemi (15) célèbre son but en première période face aux Flyers de Philadelphie.

Photo : Getty Images / Elsa

Déçu du rendement de ses joueurs de premier plan,Vigneault n'a pas lancé que des fleurs au Canadien. Il a notamment ciblé Kirk Muller à qui il a reproché d'avoir cherché à humilier son équipe.

« À 5-0, il a utilisé sa meilleure unité lors d'un avantage numérique en fin de match. Il n'avait pas besoin de le faire. Nous étions capables de nous faire mal paraître nous-mêmes. Nous allons nous en souvenir. »

Informé des propos de son opposant, Muller n'a pas voulu faire de vagues.

Ce n'est pas mon intention de manquer de respect envers eux. Nous sommes en éliminatoires. Notre jeu en avantage numérique n'a pas été très bon contre Pittsburgh. Mon travail consiste à fournir à mes joueurs l'occasion de s'améliorer. Il n'y a pas d'entraînement ici. Je comprends sa réaction. L'histoire serait différente s'il avait été question d'un match de saison.

On comprend aussi Alain Vigneault de vouloir détourner l'attention. Les Flyers se sont montrés sous leur visage le plus laid à un moment inattendu après avoir brillé de tous leurs feux depuis leur arrivée à Toronto. La hargne déployée par les joueurs montréalais n'est pas étrangère à cette contre-performance. Une vraie taloche. Comme un coup de poing de Dave Schultz à l'époque des Broad Street Bullies. Ils devront être plus alertes.

Carey Price a signé son deuxième blanchissage en trois matchs. Celui-là a semblé facile. Sauf durant un avantage numérique de deux joueurs de presque deux minutes accordé aux Flyers en deuxième période durant lequel il a bloqué six tirs. Sa tenue à ce moment opportun a empêché les rivaux du Canadien de reprendre vie.

Claude Julien a donc entamé sa convalescence en douceur, tranquille chez lui à Montréal, au lendemain d'une opération dans un hôpital à Toronto pour installer une endoprothèse dans une artère coronaire.

À la fin du match, le capitaine Shea Weber a récupéré la rondelle pour la remettre à l'entraîneur-chef par intérim.

« Je pense que cette rondelle devrait être remise à Claude », a estimé Kirk Muller.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !