•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lawrence Stroll défend publiquement son intégrité et celle de son équipe

Lawrence Stroll masqué avec ses lunettes de soleil

Lawrence Stroll

Photo : Getty Images / Peter Fox

Radio-Canada

L'homme d'affaires québécois Lawrence Stroll, propriétaire de l'équipe Racing Point, a réagi dimanche aux accusations portées contre son équipe d'avoir copié certaines pièces sur Mercedes-Benz.

Je ne parle pas souvent publiquement, mais je suis très en colère face aux suggestions que nous avons triché ou que nous avons été sournois. Particulièrement lorsqu'elles émanent de nos concurrents, a expliqué Lawrence Stroll dans un communiqué diffusé en marge du Grand Prix du 70e anniversaire de la F1 ce week-end à Silverstone.

Je n'ai jamais triché de ma vie et ces accusations sont totalement inacceptables et fausses. Mon intégrité et celle de mon équipe ne peuvent être remises en question, a-t-il affirmé.

Renault avait déposé plainte contre Racing Point, l'accusant d'avoir copié sur Mercedes-Benz pour dessiner les écopes de frein équipant ses monoplaces. Le jugement de la FIA vise particulièrement les écopes arrière.

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) lui a donné raison vendredi et a retiré 15 points au Championnat du monde des constructeurs à l'équipe de Lawrence Stroll, la condamnant également à plus de 600 000 $ CA d'amende.

Elle n'a toutefois pas déclaré ces écopes illégales, car elles respectent le règlement technique, ce qui permet à Racing Point de continuer à les utiliser, et à faire tourner la RP20 sans avoir à la modifier.

Tout le monde chez Racing Point est choqué par le jugement de la FIA, a ajouté Lawrence Stroll. L'entreprise, qui emploie aujourd'hui 500 personnes, a toujours été un constructeur et le sera toujours.

Otmar Szafnauer et Lawrence Stroll (à droite)

Otmar Szafnauer et Lawrence Stroll (à droite)

Photo : Getty Images / Charles Coates

Avec de nouveaux investissements, la compétitivité de l'équipe ne devrait étonner personne. L'équipe peut enfin exploiter son plein potentiel et devrait recevoir la reconnaissance pour ses performances, a-t-il dit.

Vous n'avez qu'à lire le jugement de la commission technique pour comprendre que nous sommes déçus de ces sanctions.

Renault, Ferrari, McLaren et Williams ont fait appel de la décision de la FIA l'estimant trop légère, alors que Racing Point a également fait appel, la jugeant injustifiée.

En dehors du fait que Racing Point a respecté le règlement technique, je suis consterné par la manière dont Renault, McLaren, Ferrari et Williams ont pris prétexte de ce cas pour faire appel et jeter le doute sur nos performances. Elles traînent notre nom dans la boue et je ne l'accepterai pas, a lancé Lawrence Stroll.

Je prendrai tous les moyens nécessaires pour prouver notre innocence, a écrit l'homme d'affaires canadien. Mon équipe a travaillé sans relâche pour construire une voiture compétitive. Je suis fâché de voir le manque d'esprit sportif de nos concurrents.

Je comprends que la situation dans laquelle la FIA se trouve est difficile et compliquée pour de nombreuses raisons, et je respecte les efforts qu'elle déploie pour trouver une solution dans l'intérêt du sport, a conclu Lawrence Stroll dans son communiqué.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !