•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Football de la NCAA : « on ne connaît pas les règles »

Un contingent de cinq joueurs québécois figure dans l'effectif de l'Orange de l'Université Syracuse.

Matthew K. Bergeron se prépare à bloquer un joueur défensif.

Matthew K. Bergeron (no 60) a porté l'uniforme des Filons du Cégep de Thetford avant d'intégrer les rangs de l'Orange de l'Université Syracuse.

Photo : Avec l'autorisation de Matthew K. Bergeron

Préoccupés par les risques liés à la pratique du football durant la pandémie, les joueurs de l'Orange de l'Université Syracuse, dont fait partie un contingent québécois, n'ont pas sauté sur le terrain la semaine dernière pour le coup d'envoi du camp d'entraînement. L'absence d'un protocole sanitaire dans l’Association de la côte atlantique (ACC) cause du tracas.

Les joueurs sont soucieux de la façon dont leurs adversaires abordent la prochaine saison de la NCAA, au cœur de la crise du coronavirus qui prend de l'ampleur aux États-Unis.

Présentement, on ne connaît pas les règles, on ne sait même pas comment ça fonctionnera à l'hôtel, on n'en a vraiment aucune [idée]. Si l'ACC ne sort aucun protocole et fait comme si de rien n'était, c'est sûr qu'il y aura plus de joueurs, dans toutes les équipes, qui décideront de renoncer à la saison.

Matthew K. Bergeron, joueur de ligne à l'attaque de l'Orange de l'Université Syracuse

La décision de faire l'impasse sur les deux premières journées du camp, les 6 et 7 août, a été prise peu avant de fouler la surface de jeu. Le groupe d'étudiants-athlètes s'est rencontré avant le premier entraînement pour s'enquérir des motifs qui ont poussé quatre joueurs de l'Orange à s'absenter du calendrier 2020.

Grâce à leurs explications, on s'est rendu compte qu'il y avait des choses avec lesquelles on ne se sentait pas en sécurité, comme le fait que l'ACC n'ait pas déposé un protocole, tandis que l'horaire de la saison a été annoncé, raconte Bergeron, qui est accompagné par quatre coéquipiers québécois à Syracuse.

Les matchs à l'extérieur de Syracuse en 2020 :

  • 12 septembre contre les Tar Heels de l'Université North Carolina
  • 19 septembre contre les Panthers de l'Université de Pittsburgh
  • 24 octobre contre les Tigers de l'Université Clemson
  • 20 novembre contre les Cardinals de Louisville
  • 5 décembre contre les Fighting Irish de l'Université Notre Dame

L'Orange se rendra en Caroline du Nord, en Pennsylvanie, en Caroline du Sud, au Kentucky et en Indiana.

Nos inquiétudes ne concernent pas les mesures [sanitaires de l'Orange], on trouve que l'équipe a fait un très bon travail. On n'a presque pas eu de cas de COVID-19 durant tout l'été. C'est de l'extérieur [...] qu'on a des inquiétudes, assure la recrue étoilée en 2019. On ne voulait pas aller jouer à l'étranger, et que les autres équipes ne fassent que le minimum, qu'ils ne testent pas leurs joueurs souvent.

À l'issue de la réunion impromptue, une liste de demandes a été établie à l'intention de l'Université Syracuse et de l'ACC, l'une des cinq associations membres du prestigieux Power Five au football universitaire américain. L'Orange est, depuis, en constante communication avec son directeur athlétique, John Wildhack, qui essaie de faire approuver les requêtes.

La seule manière qu'on a trouvée pour se faire entendre par le directeur et par l'ACC, c'est que tout le monde voit qu'on a arrêté de pratiquer, comme quoi ça allait bouger. On est arrivés à une entente avec le directeur, on a recommencé à s'entraîner [après deux jours à l'écart du terrain]. Maintenant, les choses sont en marche. On est contents de ce qu'on a accompli.

Matthew K. Bergeron

Parmi les revendications exprimées à leur institution, située dans l'État de New York, l'on retrouve entre autres une augmentation du nombre de tests de dépistage, qui passera à deux par semaine, et la possibilité d'avoir accès à une formation en ligne.

Comme les étudiants seront sur le campus, c'est sûr qu'on sera en contact avec beaucoup plus de gens qui n'ont pas le même focus que nous, qui sortent, qui ne respectent pas nécessairement les règles, explique le bloqueur droit de 20 ans.

Une rentrée remarquée

Matthew K. Bergeron n'a pas eu à patienter bien longtemps avant de décrocher le rôle de bloqueur droit partant à Syracuse en 2019. Une poignée de mois ont suffi. Une progression rapide qui relevait de l’exploit étant donné son statut de joueur de première année (freshman).

L’ancien porte-couleurs des Filons du Cégep de Thetford Mines est devenu la première recrue de l’Orange à entamer une rencontre comme bloqueur en 18 ans. Et il ne s'est pas arrêté là. Bergeron a redressé un quintette offensif qui peinait à repousser ses rivaux.

Le colosse de 1,93 m (6 pi 4 po) et 141,5 kg (312 lb) a d’abord occupé le poste de substitut pendant sept matchs, enregistrant du temps de jeu avec parcimonie, puis a reçu une promotion fin octobre en obtenant un départ contre les Seminoles de l’Université Florida State. 

Matthew K. Bergeron effectue un bloc pour repousser Janarius Robinson de Tommy DeVito (no 13).

Matthew K. Bergeron (no 60) repousse Janarius Robinson (no 11) de Tommy DeVito (no 13) lors de son baptême à titre de partant dans la NCAA contre les Seminoles de l'Université Florida State.

Photo : Avec l'autorisation de Matthew K. Bergeron

Bergeron est resté partant jusqu'à la fin de la campagne, où il a été nommé dans la deuxième équipe d’étoiles des recrues de son association par le réputé site spécialisé Pro Football Focus. L'auteur de 20 blocs avec renversement n'a d'ailleurs pas raté le moindre jeu offensif dans quatre des cinq derniers matchs.

À son arrivée, la ligne à l’attaque affichait une piètre moyenne de cinq sacs accordés par match (35 en 7), tandis que lors du sprint final de novembre, celle-ci s’est maintenue à deux (8 en 4). Le jeu au sol a également gagné en efficacité lorsque l'athlète de Victoriaville obtenait un départ, la distance franchie par match passant de 154 à 215,6 verges.

Une nette amélioration notée par le groupe d’entraîneurs qui a établi Bergeron comme l’une des principales causes à cette résurrection.

Les autres membres du contingent québécois de l'Orange :

  • Geoff Cantin-Arku, secondeur de deuxième année,
  • Damien Alford, receveur éloigné de première année,
  • Patrick Davis, joueur de ligne à l'attaque de quatrième année,
  • Ben Labrosse, demi défensif de première année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !