•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

F1 : ce qu'il faut surveiller ce week-end au Grand Prix du 70e anniversaire

Gros plan d'un casque bleu, blanc et rouge

Le casque d'Alex Albon avec l'inscription : F1 70 Bon anniversaire F1

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Radio-Canada

La F1 a trouvé une astuce pour inscrire le plus grand nombre de grands prix possible au calendrier de cette saison 2020, tout en limitant le nombre de circuits visités.

En Autriche, pour le début de saison, il y a eu deux courses au circuit de Spielberg. La première s'appelait le Grand Prix d'Autriche et la deuxième le Grand Prix de Styrie, cette région d'Autriche où est situé le circuit.

La F1 recommence la même astuce à Silverstone. Il y a eu le Grand Prix de Grande-Bretagne le week-end dernier, et cette semaine, il s'agit du Grand Prix du 70e anniversaire.

L'Italie accueillera exceptionnellement deux courses cette saison. D'abord à Monza pour le Grand Prix d'Italie, puis une semaine plus tard au circuit du Mugello pour la présentation du Grand Prix de... Toscane. Ferrari y célébrera le 1000e grand prix de son histoire.

Il est question d'une troisième épreuve en Italie, au circuit d'Imola appelé Autodromo Enzo e Dino Ferrari. La F1 y a couru entre 1981 et 2006 dans le cadre du Grand Prix de... Saint-Marin. La petite principauté, située à une centaine de kilomètres du circuit, servait de prête-nom.

Déjà 70 ans

C'est en effet en 1950 au circuit de Silverstone que la F1, qui existait déjà, s'est dotée d'un championnat du monde structuré. La première saison comptait sept courses (Grande-Bretagne, Monaco, 500 milles d'Indianapolis, Suisse, Belgique, France et Italie).

Le gagnant de la première course du championnat du monde, à Silverstone, s'appelait Giuseppe Farina, il pilotait une Alfa Romeo.

Giuseppe Farina en 1950 au volant d'une Alfa-Romeo

Giuseppe Farina en 1950 au volant d'une Alfa Romeo

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Le pilote italien allait gagner le titre cette année-là grâce à deux victoires et 30 points marqués, avec une courte avance de trois points sur l'Argentin Juan-Manuel Fangio.

Hommage à Stirling Moss

Pour célébrer les 70 ans de la F1, l'équipe Mercedes-Benz rend hommage ce week-end au pilote britannique Stirling Moss, décédé le 12 avril à l'âge de 90 ans.

L'équipe a dessiné sur ses monoplaces le célèbre fer à cheval qu'arborait la monoplace de marque Cooper de Moss au début de sa carrière. Il a commencé sa carrière sportive en équitation avant de passer aux chevaux-vapeur.

Stirling Moss concentré, au volant de sa monoplace

Stirling Moss

Photo : Twitter / Mercedes-Benz F1

Stirling Moss a piloté pour Mercedes-Benz en 1955. Il avait remporté cette année-là une victoire, au Grand Prix de Grande-Bretagne dans la W196, et avait terminé 2e au classement général.

Il a été quadruple vice-champion du monde de F1 entre 1955 et 1959, mais jamais champion.

Sir Stirling Moss sera avec nous tout au long du week-end, a indiqué Mercedes-Benz par voie de communiqué.

Pérez toujours positif

Sergio Perez ratera une deuxième course de suite après avoir de nouveau reçu un test positif à la COVID-19 jeudi.

Le pilote mexicain avait espéré revenir après avoir passé sept jours en quarantaine.

Il est physiquement bien et en convalescence, a révélé Racing Point. Nous attendons avec impatience son retour.

Nico Hülkenberg a les mains sur son volant dans la RP20 de Racing Point.

Nico Hülkenberg dans la RP20 de Racing Point

Photo : Getty Images / Rudy Carezzevoli

L'Allemand Nico Hülkenberg agira de nouveau comme remplaçant pour ce grand prix.

Après avoir raté le Grand Prix de Grande-Bretagne, en raison d'un problème mécanique, il a beaucoup travaillé physiquement pour renforcer sa nuque, et il a fait faire deux nouveaux casques aux couleurs de l'équipe.

Hülkenberg a révélé qu'il était en discussions avec des équipes pour revenir en F1 en 2021.

Mercedes-Benz intouchable

Les pilotes de Mercedes-Benz ont réalisé des temps beaucoup plus rapides que leurs rivaux les plus proches.

Valtteri Bottas a d'abord été le plus rapide de la première séance d'essais libres, puis Lewis Hamilton l'a devancé de justesse de 176 millièmes de seconde dans la deuxième.

Hamilton a repoussé Daniel Ricciardo (Renault) à 8 dixièmes, tandis que Max Verstappen (Red Bull), malchanceux 2e du dernier Grand Prix, n'est pas loin, au 4e rang, à 16 millièmes du chrono de Ricciardo. Le Canadien Lance Stroll a fait le 5e temps.

Ça s'annonce serré entre les équipes, a constaté Stroll. Le fait qu'on a déjà beaucoup tourné à Silverstone explique ça. Il faudra vraiment tirer le maximum de notre matériel ce week-end.

Lewis Hamilton dans la ligne des puits du circuit de Spielberg

Lewis Hamilton dans la ligne des puits du circuit de Spielberg

Photo : Getty Images / Peter Fox

Mercedes-Benz a gagné les quatre premières courses de la saison (trois victoires à Hamilton, une à Bottas), et ne semble pas s'en faire outre mesure, sauf pour les pneus.

Qui de Red Bull, Renault ou Racing Point arrivera à rivaliser avec Mercedes-Benz ce week-end? Lewis Hamilton veut remporter la 88e victoire de sa carrière pour s'approcher un peu plus du record de Michael Schumacher (91).

L'équipe allemande avait donc à cœur de tester la résistance des gommes offertes ce week-end par Pirelli.

Surtout qu'il fait encore très chaud : 42 degrés au niveau du bitume lors de la deuxième séance d'essais libres.

Le casse-tête des pneus

Les pneus ont à nouveau souffert durant les essais libres.

Le pneumaticien Pirelli offre ce week-end des pneus plus tendres aux équipes. Or, après les délaminations du week-end dernier, les équipes sont méfiantes.

Le personnel de Pirelli prépare des pneus dans un paddock de F1

Le personnel de Pirelli au travail dans un paddock de F1

Photo : Getty Images / BORIS HORVAT

Elles adopteront vraisemblablement des stratégies de deux arrêts, au lieu d'un seul le week-end dernier, pour ne pas trop taxer les gommes.

Déjà vendredi, les équipes ont constaté que le pneu le plus tendre de la gamme ne tenait pas plus que deux tours. Pour la course, les équipes utiliseront les mi-durs et les durs.

Comme le règlement exige que chaque pilote utilise au moins deux trains de pneus, la question est de savoir laquelle des deux les pilotes choisiront pour démarrer la course.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !