•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UConn renonce à sa saison de football, des espoirs québécois sur la touche

Le quart-arrière Jack Zergiotis s'apprête à faire une passe.

Le quart-arrière Jack Zergiotis (no 11) a obtenu du temps de jeu dans 10 des 12 matchs des Huskies en 2019.

Photo : Huskies de l'Université du Connecticut / Stephen Slade

Un premier programme de football de la NCAA a tiré un trait sur la prochaine saison en raison des craintes liées au coronavirus aux États-Unis. Les Huskies de l’Université du Connecticut (UConn) ont jugé le niveau de risque inacceptable pour leur groupe de joueurs, qui comprend les quarts Jonathan Sénécal et Jack Zergiotis.

Parmi les cinq pivots figurant dans l’effectif, un duo a fait ses classes au Québec. Zergiotis devait amorcer sous peu sa deuxième campagne avec les Huskies, après une entrée en matière plus vite qu’anticipée en 2019, tandis que Sénécal s’apprêtait à commencer sa carrière universitaire.

La pandémie de COVID-19 a contraint UConn, une université indépendante des 11 associations de la NCAA (D1), à renoncer à son calendrier de 2020.

Après avoir reçu des conseils des responsables de l’État et de la santé publique et consulté les étudiants-athlètes en football, nous avons décidé de ne pas participer à la prochaine saison. Les défis de sécurité créés par la COVID-19 placent nos étudiants-athlètes en football à un niveau de risque inacceptable, expliquait le directeur athlétique David Benedict, mercredi, dans un communiqué.

Lorsque j’ai appris la nouvelle, j’étais bien sûr déçu même si je m’attendais que cela se produise, indique Jack Zergiotis. J’ai des sentiments mitigés sur le sujet, mais notre programme a pris la bonne décision en mettant la santé de l’équipe à l’avant-plan. Toute notre équipe a eu son mot à dire dans la décision finale et nous étions tous d’accord de placer notre bien-être en premier.

Ma famille et moi étions préoccupés par mon retour aux États-Unis, mais le Connecticut est l’un des seuls États où le virus est quelque peu sous contrôle, ce qui a assurément rendu le retour [sur le campus] plus facile au début de juillet, poursuit Zergiotis.

Aucun cas de coronavirus n’a été recensé parmi les joueurs depuis la tenue des premiers entraînements de remise en forme, il y a près d’un mois, a laissé savoir l’équipe. D’ailleurs, les étudiants-athlètes ne perdront pas une saison d’admissibilité dans la NCAA malgré l’annulation de leur campagne.

Nous avons plusieurs inquiétudes par rapport à la santé et nous n’en connaissons pas assez sur les effets potentiels à long terme après la contraction de la COVID-19, ont affirmé les joueurs des Huskies, dans une lettre commune.

Nous n’avons pas eu le temps optimal pour nous entraîner mentalement et physiquement afin d’être bien préparés à disputer cette saison. Nous adorons ce sport et adorons compétitionner. Nous [...] savions que la pandémie poserait des défis, mais il nous apparaît maintenant que ces défis sont impossibles à surmonter.

les joueurs de football des Huskies de UConn
Christopher Fortin dans les couleurs des Huskies de UConn qu'il portera à compter de la saison 2021.

Christopher Fortin a défendu les couleurs des Condors du Cégep Beauce-Appalaches avant de recevoir une bourse d'études de UConn.

Photo : Courtoisie

Également issus du Québec, le joueur de ligne à l’attaque Christopher Fortin, le receveur éloigné Kevens Clercius et le secondeur Terrence Ganyi seront à leur tour privés d'action en 2020. Le premier trépignait d'impatience à l'idée de faire le saut dans la NCAA, mais pas nécessairement dans ces conditions chaotiques.

C'est sûr que je suis un peu déçu, c'est sûr que j'aurais aimé avoir une saison de football, mais ça aurait ressemblé à quoi dans le fond? [...] Ce n'était pas une expérience que le groupe d'entraîneurs et les joueurs voulaient avoir, dit Fortin.

On sera capables de s'entraîner ensemble pendant à peu près 10 mois, on va développer l'esprit de famille, qu'on a déjà, mais la solidifier pour qu'on devienne tous des frères, renchérit l'ancien joueur de ligne offensive des Condors du Cégep Beauce-Appalaches. C'est un côté bénéfique en même temps, on apprendra mieux le cahier de jeux, on connaîtra davantage nos assignations.

Une longue pause qui pourrait effectivement servir à remettre le programme sur les rails, car les Huskies affichent un piètre rendement de 9-39 à leurs quatre dernières campagnes.

Des quarts bien en vue

Première recrue des Huskies à obtenir un départ depuis 2016, Zergiotis a été rapidement lancé dans la mêlée lors de la saison 2019, à peine une dizaine de mois après avoir bouclé la boucle avec les Islanders du Collège John-Abbott. 

Il va sans dire qu'un gouffre sépare la deuxième division collégiale au Québec de la première division universitaire aux États-Unis, ce qui rend l'ascension du quart d’autant plus vertigineuse. Zergiotis s’est hissé au sommet de l’organigramme avant le deuxième match au calendrier, après avoir été nommé troisième quart, une blessure à son homologue Mike Beaudry accélérant le processus.

Mon plan pour la saison morte est de devenir plus gros, plus vite et plus fort, mentionne le Montréalais de 1,85 m (6 pi 1 po) et 100,7 kg (222 lb). Ce n’est pas une année sans football, c’est une année sans compétition. Notre équipe travaillera aussi fort que possible afin d’être prête pour l’an prochain.

Incapable d'accéder à la zone des buts à ses trois premières rencontres, Zergiotis a trouvé son aise derrière le centre au fur et à mesure que s'enchaînaient les semaines d'activités. Il a su montrer en fin de campagne qu'il était en mesure de tenir les rênes d'une attaque de la NCAA, notamment grâce à une prestation de 418 verges et 3 passes de touché contre les Pirates de l'Université East Carolina.

Jack Zergiotis est sur le point d'exécuter une passe.

Jack Zergiotis (no 11) a lancé 9 passes de touché contre 11 interceptions et franchi 1782 verges par la voie des airs lors de sa première saison dans la NCAA.

Photo : Huskies de l'Université du Connecticut / Stephen Slade

La dernière année de Jonathan Sénécal, elle, n'a pas été de tout repos.

Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur au genou gauche en août, il a vécu son ultime tour de piste avec les Phénix du Collège André-Grasset à partir des lignes de touche. Une opération était nécessaire.

Son genou semble bien aller, il court avec nous autres, il s'entraîne, il prend des répétitions quand c'est à son tour, il se porte bien, raconte Christopher Fortin au sujet de l'état de santé de son coéquipier.

Le quart qui a fait tourner bien des têtes durant son passage dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) était largement convoité à sa sortie des rangs collégiaux. Sénécal s'était toutefois empressé de signer sa lettre d'intention avec UConn.

Jonathan Sénécal dans les annales du RSEQ

  • 59 passes de touché (1er, à égalité)
  • 349 passes complétées (7e)
  • 555 passes tentées (5e)
  • 5976 verges par la voie des airs (3e)

Sa déchirure ligamentaire, subie en lever de rideau de la saison 2019, l'a empêché d'éclipser tous les records individuels du RSEQ. Il aurait trôné dans les quatre principales catégories à sa position en maintenant son rythme effréné des deux campagnes précédentes.

Déjà ouvert à tous, le rôle de quart-arrière partant des Huskies le sera plus que jamais en 2021.

Jonathan Sénécal en action

Jonathan Sénécal (no 12) n'a tenté que sept passes en 2019 avant de tomber au combat.

Photo : Radio-Canada / Martin Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !