•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le baseball majeur et la COVID-19 : chronologie d'une relance difficile

Deux joueurs sautent dans les airs pour se féliciter.

Les Marlins de Miami ont disputé leur dernier match le 26 juillet, à Philadelphie.

Photo : Getty Images / Mitchell Leff

Radio-Canada

Le baseball majeur tente de reprendre le contrôle sur sa saison, fragilisée par une multiplication de cas de COVID-19, en resserrant ses règles sanitaires. Comment en est-on arrivé là? Chronologie.

Le 24 juin, joueurs et propriétaires s’entendent sur la présentation d’un calendrier de 60 matchs et d'un format éliminatoire à 12 équipes menant au couronnement des champions de la Série mondiale.

Contrairement à ce qui a été mis en place dans la MLS, la NBA et la LNH, le concept de ville bulle est boudé par la MLB qui choisit plutôt de présenter ses matchs à huis clos dans les stades de ses équipes.

Avec les déplacements que cela allait générer, le 18 juillet, la santé publique canadienne interdit aux Blue Jays de Toronto de jouer leurs matchs locaux au Rogers Centre.

La seule équipe canadienne du circuit élit finalement domicile à Buffalo, où elle ne pourra disputer une première rencontre avant le 11 août.

Le 10 juillet, trois jours après l’ouverture des camps, on dénombre 58 joueurs et 8 membres du personnel des équipes atteints de la COVID-19.

Un homme masqué lance une balle de baseball.

Anthony Fauci effectue un lancer protocolaire.

Photo : Getty Images / Rob Carr

Court premier chapitre

Le 23 juillet, la saison s’ouvre officiellement à Washington, où les Nationals, champions en titre, accueillent les Yankees de New York. Le Dr Anthony Fauci, immunologue réputé et directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses, y effectue le premier lancer protocolaire.

En matinée, le voltigeur des Nationals Juan Soto apprend qu'il a contracté la COVID-19, après avoir subi un test de dépistage deux jours plus tôt. Il est aussitôt mis à l’écart.

Le 24 juillet, les deux principaux receveurs des Braves d’Atlanta, Tyler Flowers et Travis d’Arnaud, montrent des symptômes qui s’apparentent à la COVID-19. Ils ne sont pas disponibles pour le match d’ouverture contre les Mets de New York. Les tests effectués ce même jour s’avèrent négatifs.

Du côté des Reds de Cincinnati, le joueur de troisième but Matt Davidson affronte les Tigers de Détroit. Il ne sait pas que le test qu'il vient de subir se révélera positif.

Le 26 juillet, deux coéquipiers de Davidson, Mike Moustakas et Nick Senzel, disent ne pas se sentir bien. On ne sait pas s’ils ont été infectés. Ils sont revenus au jeu au début du mois d'août.

C’est aussi ce jour-là, à Philadelphie, que les Marlins de Miami découvrent que quatre des leurs, dont le lanceur José Urena, sont atteints de la COVID-19.

Ils ont joué la veille contre les Phillies avant d’avoir pu prendre connaissance des résultats de tests effectués deux jours plus tôt.

Les Marlins retardent leur vol de retour vers Miami pour que leurs joueurs soient de nouveau testés.

Des joueurs de baseball se félicitent après une victoire.

Les Marlins de Miami se félicitent après une victoire à Philadelphie, le 24 juillet.

Photo : Getty Images / Mitchell Leff

Le 27 juillet, on apprend qu'il y a 13 cas au sein des Marlins. Aussitôt, la série qui devait opposer les Floridiens aux Orioles de Baltimore est reportée.

Au même moment, les Phillies doivent tester l’ensemble de leur personnel. La série qui devait les opposer aux Yankees de New York est aussi remise.

Le 28 juillet, les joueurs des Nationals de Washington votent et se prononcent contre l’idée de se rendre à Miami pour y affronter les Marlins.

Même si un vote de joueurs n’a pas de portée sur le pouvoir décisionnel du baseball majeur, il envoie néanmoins un signal clair qu’ils ne se sentent pas en sécurité.

Quelques heures plus tard, les Marlins annoncent quatre autres cas. Le baseball majeur réagit en imposant une pause forcée d’au moins une semaine à l'équipe.

Le 30 juillet, le domicile des Phillies, le Citizens Bank Park, est fermé. La série de trois matchs que devaient y disputer les Blue Jays de Toronto est remise.

La direction des Phillies annonce que si aucun de ses joueurs n’a été infecté par la COVID-19, deux membres de l’organisation l’ont été.

Avec la multiplication des reports, le baseball majeur, en accord avec l’Association des joueurs, décrète la tenue de programmes doubles, et chacun des matchs sera écourté à sept manches.

Un homme en complet en conférence de presse

Rob Manfred, commissaire du baseball majeur

Photo : La Presse canadienne / Mary Altaffer

Le 31 juillet, le commissaire Rob Manfred craint qu’en l’absence d’un resserrement des mesures sanitaires la saison 2020 ne soit en péril, si de nouvelles éclosions au sein des équipes.

La veille, les Cardinals ont déclaré que deux cas ont été découverts parmi leurs employés. Il ne s’agit toutefois pas de joueurs. Les deux personnes infectées ont tout de même pris l’avion avec l’équipe à destination de Milwaukee pour des matchs face aux Brewers.

Le 1er août, le commissaire change son fusil d’épaule et affirme qu’il croit encore que la saison 2020 pourra être complétée.

Il ajoute que si certaines équipes ne disputaient peut-être pas l’ensemble de leurs 60 matchs, la participation aux éliminatoires serait alors basée sur le pourcentage de victoires.

Des joueurs en ont assez

Au cours des 11 premiers jours de la saison écourtée, 19 matchs ont été remis. Deux joueurs décident alors qu’ils en ont assez.

Avant d’affronter les Cards pour l’ouverture locale des Brewers, le voltigeur Lorenzo Cain choisit de renoncer à la saison. Son directeur général, David Stearns, appuie sa décision.

Un peu plus tôt dans la journée, le deuxième-but des Marlins Isan Diaz rentre aussi chez lui. Les multiples tests auxquels il s’était soumis étaient tous négatifs. Il avait pris part à deux des trois premiers matchs de l'équipe avant la pause forcée.

Le 2 août, le frappeur de puissance des Mets de New York Yoenis Cespedes plie bagage. Il ne se présente pas au stade pour le duel contre les Braves d’Atlanta.

Le 3 août, le baseball majeur annonce qu’aucun nouveau cas d’infection n’a été détecté parmi les Phillies au cours de la dernière semaine.

L’équipe obtient le feu vert pour reprendre son calendrier et se rend aussitôt à New York pour une série de deux matchs contre les Yankees.

La journée se termine cependant sur une nouvelle fausse note. La MLB dévoile l'apparition de 13 cas (7 joueurs et 6 employés) parmi les Cardinals. La série de quatre matchs qui devait s'ouvrir le lendemain, à Détroit, entre les Cards et les Tigers est annulée.

Six des sept joueurs infectés des Cards acceptent d'être identifiés, apprend-on le 4 août. Le receveur étoile Yadier Molina est du nombre.

Un protocole resserré

Le 5 août, les dirigeants du baseball majeur décident de resserrer les règles sanitaires pour limiter la propagation du coronavirus, rapporte l'Associated Press.

Les consignes plus strictes s’accompagnent d’amendes et de possibles exclusions pour le reste de la saison et les éliminatoires en cas de récidive.

Ainsi, les joueurs dans les abris, les entraîneurs et les arbitres devront porter le masque en tout temps. Les arbitres pourraient bénéficier d’un accommodement dans le cas où le masque rendrait leur travail impossible.

Les joueurs devront éviter les contacts de main à main. Les crachats encore observés jusque-là seront aussi sanctionnés.

Des joueurs de baseball se félicitent.

Ces gestes ne seront plus tolérés dans l'espoir de stopper la propagation.

Photo : AP / Chris Szagola

À l’extérieur du terrain, le port du masque (modèle chirurgical N95) sera obligatoire pour tous dans les autobus, les avions et à l’hôtel.

À l’hôtel, les équipes doivent aussi mettre une grande salle à la disposition des joueurs, où ils pourront se procurer de la nourriture et d'autres services. L’espace doit être suffisamment vaste pour permettre la distanciation physique. Les joueurs devront éviter de parler entre eux ou de s’asseoir les uns en face des autres pendant que leurs masques seront abaissés pour manger.

Si un joueur veut sortir de l’hôtel, il devra d’abord obtenir une autorisation de la personne responsable du respect du protocole dans son équipe.

Dans les transports, l’alternance entre les rangées vides et celles occupées par les joueurs et le personnel doit être appliquée. Il est aussi désormais interdit à quiconque de changer de siège durant un déplacement.

Enfin, pendant qu’une équipe joue à domicile, ses joueurs ne peuvent fréquenter les bars, les restaurants, les centres commerciaux ou tout autre endroit susceptible de créer des rassemblements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !