•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

S'entraîner à la natation dans un espace de six mètres, c'est possible

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des nageurs s'entraînent avec la ceinture de natation XOllOX, à Granby.

Des nageurs s'entraînent avec la ceinture de natation XOllOX, à Granby.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

Mariève Bégin

À Granby, le club de natation Les Loutres a dû réorganiser son programme dans une piscine d'à peine quelques mètres après le déconfinement des sports. L’expérience des dernières semaines est un succès grâce à une ceinture québécoise innovatrice.

Lorsque les piscines extérieures ont rouvert leurs portes, Nadine Rolland, entraîneuse-chef du club, et Frédérick Asselin, son directeur général, n’avaient pas l’embarras du choix : la Ville de Granby leur proposait d’utiliser la piscine Horner, qui ne l’avait jamais été à des fins d’entraînement.

Quand on l’a vue, on a découvert une piscine de ville de 18 mètres de large, de 4 pieds de haut et d’environ 6 mètres où c’est potentiellement nageable, mais pas câblée, pas lignée, explique Nadine Rolland, ancienne nageuse olympique.

On est venus voir et on s’est dit : ''Oh wow, il va falloir être innovateur ici et essayer des nouveaux trucs!'', poursuit Frédérick Asselin, ancien joueur professionnel de rugby.

En plus d’être limités dans l’espace, ils devaient s’assurer de respecter la distanciation physique en tout temps.

Les entraîneurs ont dû trouver des solutions.

On s’est dit qu'avec une piscine de 18 mètres, le plus facile, c'est d’attacher les nageurs à 2 mètres d’écart, comme ça on est sûrs qu’ils restent à la bonne place, et il y a une ceinture de natation québécoise qui existe, qui nous permet de faire ça!, explique Nadine Rolland.

La ceinture québécoise XOllOX est unique en son genre puisqu’elle s’attache avec deux courroies plutôt qu’une. Elle permet à neuf nageurs, attachés à la clôture de la piscine, de respecter la règle des deux mètres dans leur corridor de six mètres.

Nadine Rolland regarde les nageurs du bord de la piscine.

Nadine Rolland utilise la ceinture de natation pour entraîner ses jeunes nageurs.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

Complètement différent de ce qu’on utilise habituellement en natation, affirme l'entraîneuse-chef. Traditionnellement, c’est un élastique au bout duquel tu tires, et tu arrives au bout de l’élastique, tu nages quelques secondes sur place, mais après, c’est difficile.

Cette ceinture-là, comme elle a deux sangles, elle permet d’avoir les pieds libres, et elle permet d’avoir les sensations qu’on a dans une piscine normalement, ajoute-t-elle.

Au-delà des attentes

Utilisée au départ pour répondre à un problème de manque d’espace, la ceinture de natation s’est finalement révélée un vecteur de progrès.

Pour l’avoir utilisée pendant 20 entraînements et avoir vu les athlètes progresser avec, ce dont on se rend compte, c’est qu’il y a des améliorations au niveau des appuis dans l’eau, des améliorations de la position sur l’eau et de la longueur du style… Mais au-delà de tout ça, il y a la notion de plaisir, remarque l’entraîneuse-chef.

Eux autres, ils tripent! C’est les premiers au monde à tester cette ceinture-là.

Nadine Rolland, entraîneuse-chef club de natation Les Loutres

Les jeunes ont été stimulés par ce retour à l’entraînement, qui les a sortis de la routine.

Des nageurs s'entraînent avec la ceinture de natation XOllOX.

Des nageurs s'entraînent avec la ceinture de natation XOllOX.

Photo : Radio-Canada / Mariève Bégin

J’ai vraiment aimé ça, ça nous apporte plus de pression au niveau des mains, de plus feeler l’eau et en même temps, ça va nous aider quand on va faire des compétitions dans une piscine normale, affirme Laurence Soucy, qui devait participer aux Jeux du Québec ce printemps.

Pour Antoine Saint-Germain, détenteur de records canadiens en paranatation, il s’agit d’un outil très utile. J’aime vraiment ça m’entraîner avec cette ceinture-là parce que vu que je suis aveugle, habituellement, j’ai tout le temps à me soucier du mur ou des personnes autour de moi. Mais avec ça, on ne va jamais croche, vu qu’il y a deux sangles qui nous attachent, dit-il.

Je peux me donner à 400 % sans avoir peur de foncer dans quelqu’un.

Antoine Saint-Germain, paranageur

Une deuxième vie pour la piscine municipale

Avec le camp d’entraînement du club Les Loutres, la piscine Horner connaît un second souffle.

C’est la première fois qu’un club de natation ici à Granby utilise la piscine Horner pour ses entraînements avec ses vrais nageurs de compétition, souligne Nadine Rolland.

La Ville est super contente que la piscine Horner ait de la vie maintenant.

Frédérick Asselin, directeur général et entraîneur du club Les Loutres

La communauté se réjouit de voir les jeunes de retour à l’entraînement dans une piscine considérée jusque-là comme désuète. Et la Ville voit cette collaboration comme un succès.

Le club Les Loutres compte répéter l'expérience en piscine extérieure à l'avenir, mais envisage aussi d'intégrer les ceintures de natation à ses entraînements intérieurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !