•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kim Clavel s'impose par décision unanime

Une boxeuse atteint sa rivale d'un direct du droit.

Kim Clavel en a mis plein la vue devant les caméras américaines.

Photo : Mikey Williams/Top Rank

Jean-François Chabot

À son retour dans le ring après une absence de plus de sept mois, Kim Clavel, en pleine maîtrise, a récolté une victoire par décision unanime, mardi soir, à Las Vegas.

La boxeuse de 29 ans a défait l'Américaine Natalie Gonzalez (6-1, 1 K.-O.) après que les trois juges lui eurent accordé chacun des rounds (80-72, 80-72, 80-72).

Clavel (12-0, 2 K.-O.) a ainsi réussi son retour à la compétition. Toujours invaincue, elle est devenue la première pugiliste du Québec à livrer un combat depuis le confinement forcé en raison de la pandémie de COVID-19.

Je savais que ce serait un combat difficile parce que Gonzalez est une bonne boxeuse. C’était ma première fois ici, mais je me sentais de mieux en mieux au fur et à mesure que le combat avançait. On a gagné tous les rounds, et c’est ce que je voulais, a d’abord indiqué Clavel à sa sortie du ring.

Je me sentais bien dans le ring. C’est une occasion unique, mais je ne me sentais pas différente. Ma préparation pour le combat s’était bien déroulée. J’avais un peu de pression parce que c’est une vitrine importante. Ce fut une grande expérience. J’aimerais rester active et livrer un autre combat avant la fin de l’année. Je veux devenir la meilleure chez les mi-mouches.

Kim Clavel, boxeuse

Clavel n’a pas fait dans la dentelle. Elle a établi sa position de force au centre du ring dès le son de la cloche.

Multipliant les feintes et les attaques, la boxeuse-infirmière a eu vite fait d’imposer son rythme et le respect.

Tout au long de l’affrontement, elle a clairement dominé sa rivale avec sa vitesse et la précision de ses coups.

Travaillant sans relâche, elle a fait bon usage de son crochet du gauche qui venait ponctuer plusieurs de ses attaques.

Visiblement débordée, Gonzalez a bien tenté d’y aller en contre en repoussant Clavel, mais, chaque fois, la championne des mi-mouches de la NABF revenait à la charge.

D'ailleurs, son titre n'était pas à l'enjeu puisque le combat a été disputé au poids intermédiaire de 110 livres au lieu des 108 réglementaires.

Au-delà de la cinquième reprise, il était clair que Gonzalez était incapable de résoudre l’énigme présentée par la gagnante du prix Pat-Tillman pour son implication au sein de la communauté durant la pandémie.

Gagnant en confiance, Clavel a ouvert la machine au sixième round et a martelé sa rivale dans une proportion de trois ou quatre coups pour un.

Le résultat n’a jamais fait de doute. Clavel a clairement impressionné les dirigeants de Top Rank, qui voudront certainement la revoir bientôt. Cela risque fort d’être la planche de salut de la pugiliste tant que la santé publique ne lui permettra pas de boxer chez elle au Québec.

Je suis contente du résultat. On a mis plein de nouveaux outils dans mon sac, a-t-elle ajouté en entrevue à RDS.

Interrogée au sujet de ce qui aurait pu constituer des distractions durant son séjour à Las Vegas, Clavel a répondu avec candeur.

Il n’y avait aucune distraction ici. On a passé tout notre temps dans notre chambre. Beaucoup m’ont parlé de mon trophée ESPY Pat-Tillman. Ils me connaissaient comme infirmière, je leur ai présenté mon côté boxeuse, a-t-elle dit avec le sourire.

En regardant par la fenêtre de sa chambre, elle a raconté qu'elle pouvait apercevoir l’immense logo de son hôtel MGM. De quoi lui donner l'idée de s'approprier l'acronyme pour Mon Grand Moment.

Parions qu’elle aura la chance d’en connaître beaucoup d’autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !