•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kim Clavel motivée et prête à se plier au protocole de Las Vegas

Kim Clavel et son entraîneuse Danielle Bouchard

Kim Clavel et son entraîneuse Danielle Bouchard

Photo : Radio-Canada / Jean-François Chabot

Jean-François Chabot

Prête à remonter dans un ring pour un combat pour la première fois en plus de sept mois, Kim Clavel se sent plus en forme et plus motivée que jamais.

La boxeuse et infirmière auxiliaire de 29 ans s’envolera samedi à destination de Las Vegas. Clavel (11-0, 2 K.-O.) participera mardi à la soirée Top Rank, un événement à huis clos où elle se mesurera à l’Américaine Natalie Gonzalez (6-0, 1 K.-O.).

En dépit de la pandémie, de la longue période sans accès à un gymnase et des horaires atypiques auxquels elle a dû se soumettre pour prendre soin des bénéficiaires dans des CHSLD, elle a su garder la forme et entretenir son désir de victoire.

Celle qui ne s’est pas battue depuis le 7 décembre, moment où elle a mis la main sur la ceinture des mi-mouches de la NABF, a des fourmis dans les jambes, même si son titre n'est pas à l'enjeu.

Sa persévérance sera récompensée d’ici quelques heures, mais elle réalise que tous les boxeurs n’ont pas le même privilège.

C’est sûr que je me sens très choyée, très chanceuse. Mais en même temps, je me dis que je mérite cette chance. J’ai travaillé fort. J’ai un promoteur qui a travaillé très fort pour m’offrir cette chance, a d’abord reconnu Clavel.

D’un autre côté, je vois tout le monde qui est en attente de pouvoir livrer des combats au Québec, pendant que j’ai la chance d’aller boxer aux États-Unis. Mais en ce moment, mon focus est sur mon combat. Je veux vivre mon moment présent. Je ne veux pas rentrer dans l’amertume de ce qui se passe ici au Québec. Je m’occuperai de ça à mon retour.

Kim Clavel, boxeuse

Consciente qu’elle jouira d’une vitrine d’exception pour se tailler une place sur les marchés américain et international, la lauréate du trophée Pat-Tillman songe aussi à l’occasion qui s'offre à la boxe féminine.

C’est exceptionnel! J’ai la chance d’aller me battre sur un grand stage, sur un réseau américain. On a une bonne adversaire. Ça va faire de la bonne télévision et de la bonne boxe, et on va aller représenter le Québec avec brio.

Au sujet de son adversaire, Clavel a souligné la brillante carrière amateur de Gonzalez qui a remporté le tournoi des Gants dorés (Golden Gloves) à New York.

Elle est assez agressive. Elle travaille en combinaisons. Elle a un bon jab (direct). Mais on va aller lui jouer un tour. On a notre stratégie et j’ai hâte de l’exécuter, a-t-elle ajouté avec enthousiasme.

Comme Rocky...

En l’absence d’un accès à son gymnase habituel au complexe sportif Claude-Robillard, c’est en pleine nature, au chalet que possèdent ses entraîneurs dans les Laurentides, que Clavel a tenu son camp d’entraînement.

Sans entrer dans les détails, elle a laissé entendre que Bouchard et Larouche avaient fait preuve d’imagination pour créer des programmes et des défis qui lui ont permis de se préparer adéquatement.

C’était différent. On s’est adaptés selon les situations. C’était un camp d’entraînement assez unique. On a eu beaucoup de tests à passer et je peux vous dire que le test de la COVID est très désagréable pour le nez et pour l’œil, a lancé Clavel dans un éclat de rire.

Le trio a tout partagé au cours des cinq dernières semaines créant déjà leur propre bulle. Elle croit ainsi qu’elle est prête à faire face aux contraintes sanitaires mises de l’avant à Las Vegas.

Je n’aurai pas à changer grand-chose. Je suis confinée avec Danielle et Stéphan. On a fait notre bulle à nous. On va juste transférer notre bulle aux États-Unis. Donc, dans ma tête, ça ne change rien. Je suis habituée à suivre des règlements et des protocoles. J’ai travaillé dans des CHSLD. Et des protocoles, j’ai dû en suivre. Ce n’est pas quelque chose qui me fait peur ou qui me déboussole.

Kim Clavel, boxeuse

Marche à suivre précise

En tant que participants à cet événement, Clavel et ses entraîneurs Danielle Bouchard et Stéphan Larouche ont reçu de Top Rank un document de six pages couvrant tous les aspects de la présence et de la gestion de la bulle créée au 12e étage de l’hôtel MGM où se déroulera la soirée.

Stéphane Larouche a offert une bonne indication de ce qui attend le clan à son arrivée au Nevada.

Aller à Las Vegas pour un athlète est toujours quelque chose d’exceptionnel. Malheureusement, Kim ne pourra pas voir le vrai Vegas. Aussitôt qu’on arrive à l’hôtel, on est escortés à notre chambre. Pour en sortir, c’est qu’on va faire un test COVID. On n’en sort pas tant qu’on n’a pas le résultat. Ça va être comme ça pour toute la durée du séjour. Il n’y a aucun déplacement libre, a expliqué l’entraîneur.

Il ne croit toutefois pas que ce train de mesures très strictes vienne entraver la concentration de sa protégée.

Kim est une fille qui performe. C’est une fille qui est heureuse de compétitionner. On ressent déjà que rien ne peut l’arrêter. Elle est capable de faire abstraction des choses qui sont non importantes. Elle va suivre le protocole. Elle ne va pas se laisser déranger.

Stéphan Larouche, entraîneur de boxe

Le promoteur Yvon Michel y voit non seulement une occasion rêvée pour Clavel de se mettre en valeur, mais aussi un événement qui pourrait servir de jalon vers le rétablissement des activités de la boxe et de tous les sports de combat au Québec.

On espère vraiment que ce combat va donner un bel exemple et peut-être mobiliser pour tenter de convaincre les gens du ministère de la Santé et des Services sociaux que c’est possible de faire des événements dans les circonstances actuelles. Ça se fait, ça se réalise et c’est très sécuritaire, a dit Yvon Michel.

Face au silence de Québec à tout ce qui touche aux sports de combat, le promoteur estime que le problème ne tient pas à la nature du protocole présenté par Eye of the Tiger Management, très similaire à celui proposé par l’UFC aux États-Unis.

Le problème, c’est que le dialogue n’est même pas ouvert pour discuter de ce protocole. C’est la raison pour laquelle c’est encore plus outrageant de se faire répondre de cette façon.

Yvon Michel, président GYM

Il a rappelé qu’il était prêt à collaborer avec Camille Estephan s’il avait l’impression que son témoignage pourrait faire en sorte de remettre la boxe sur les rails.

Les amateurs voudront prendre note que Kim Clavel devrait monter dans le ring vers 20 h 30 (HAE). Le combat sera présenté en direct sur ESPN et RDS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !