•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thomas Bach vise un deuxième mandat à la présidence du CIO

Il parle en faisant des gestes avec les mains.

Le président du CIO, Thomas Bach, s'adresse aux médias en conférence de presse.

Photo : presse canadienne

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Allemand Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO) depuis 2013, a annoncé vendredi en ouverture de la 136e session du CIO qu'il souhaite se présenter en 2021 pour un second mandat réduit à quatre ans.

Ces dernières semaines, nombre d'entre vous m'ont posé des questions à propos de l'élection du président l'année prochaine. Je suis reconnaissant et profondément touché par les mots d'encouragement et de confiance [...] Si vous, membres du CIO, vous le voulez, je suis prêt pour un deuxième mandat de président du CIO afin de continuer de vous servir vous et le mouvement olympique que nous aimons tant quatre ans de plus, a déclaré Thomas Bach à l'issue de sa prise de parole à l'ouverture de la session en visioconférence.

L'Allemand de 66 ans, membre du CIO depuis 1991, avait succédé au Belge Jacques Rogge en 2013 pour un mandat de huit ans. Il se présentera ainsi à la session du CIO prévue en 2021 pour un second et ultime mandat de quatre ans (les présidents sont élus pour un mandat de huit ans, renouvelable une fois pour quatre ans).

Neuvième président du CIO, Thomas Bach avait été champion olympique par équipe de fleuret aux Jeux de Montréal en 1976. Il avait commencé son engagement en politique sportive en devenant porte-parole des athlètes d'Allemagne de l'Ouest pour pouvoir disputer les Jeux de Moscou en 1980, finalement boycottés par son pays pour protester contre l'intervention militaire de l'URSS en Afghanistan, en décembre 1979.

Il doit faire face en tant que président à la pandémie mondiale de coronavirus, qui a conduit le CIO à reporter les Jeux de Tokyo d'un an à 2021, une première en temps de paix.

Sebastian Coe élu membre du CIO

Au cours de cette session virtuelle, Sebastian Coe, président de la Fédération internationale d'athlétisme, est devenu membre du CIO à l'issue d'un vote après que sa candidature eut été plusieurs fois retardée.

Le double champion olympique du 1500 m était freiné par des soupçons de conflit d'intérêts parce qu'il fait partie des dirigeants de CSM, une société de conseil spécialisé dans le milieu sportif.

Après avoir modifié son statut au sein de l'entreprise, de dirigeant opérationnel à non opérationnel, sa candidature a été proposée et largement approuvée à 77 votes pour, 8 contre et 6 abstentions.

Le Britannique de 63 ans complète ainsi un C. V. déjà bien garni après avoir été notamment député et patron des Jeux olympiques de Londres en 2012. Il est président de World Athletics depuis 2015.

Le CIO a approuvé les candidatures de quatre autres personnes vendredi : la princesse Reema Bandar Al-Saud d'Arabie saoudite, la Cubaine Maria de la Caridad Colon Ruenes, championne olympique du lancer du javelot en 1980, la Croate Kolinda Grabar-Kitarovic, présidente de la République de Croatie de 2015 à 2020, et le Mongol Battushig Batbold.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !