•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zidane mène le Real Madrid au championnat d'Espagne

Le capitaine Sergio Ramos soulève le trophée de champion dans une masse de joueurs, au milieu des confettis.

Zinédine Zidane (au centre) a gagné son deuxième titre de champion d'Espagne comme entraîneur.

Photo : Getty Images / Denis Doyle

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Real Madrid de Zinédine Zidane est de nouveau champion d’Espagne. Le club de la capitale a confirmé la conquête de son 34e titre, le premier en trois ans, avec une victoire de 2-1 contre Villarreal avec deux buts de Karim Benzema jeudi.

Madrid peut désormais se tourner vers son match retour contre Manchester City en Ligue des champions (défaite de 1-2 au match aller), en août, pour réaliser un doublé historique en cette saison bouleversée par la pandémie de COVID-19. La victoire à Villarreal était la 10e du Real en 10 matchs depuis la reprise de la compétition, le 11 juin.

À une journée de la fin du championnat, le Real ne peut plus être rattrapé par le FC Barcelone. Les Catalans, qui voient enfin le bout d'une saison cauchemardesque sans aucun trophée national, ont été défaits 2-1 par Osasuna au Camp Nou. Ils comptent sept points de moins que les Madrilènes.

Le capitaine du Barça, Lionel Messi, a averti ses coéquipiers qu’ils risquaient même de tomber en C1 contre Naples s’ils jouaient encore ainsi.

On ne s'attendait pas à finir de cette manière et on ne le voulait pas, mais ça résume un peu toute notre année. On a été une équipe très irrégulière, très faible, battue à l'intensité ou à l'envie, qui accorde des buts facilement, a déclaré l'Argentin au micro de Movistar+. On a perdu beaucoup de points là où on n'aurait pas dû en perdre. Le Real Madrid a fait le travail, il n'a pas perdu un seul match depuis la reprise, mais on leur a aussi facilité la tâche.

Avec ce nouveau sacre, c'est un alchimiste du soccer qui est récompensé. Revenu au Real en mars 2019, après un premier mandat couronné de succès (une Liga et trois Ligues des champions de 2016 à 2018), puis neuf mois sabbatiques, Zidane avait repris une équipe à la dérive. En un an, le Français en a fait une machine à gagner qui lui a offert son 11e titre sur 16 possibles à la tête de la Maison blanche.

Avec ses cadres habituels (Karim Benzema, Sergio Ramos, Luka Modric et Toni Kroos) et des greffes réussies de nouveaux joueurs (Eden Hazard, Thibaut Courtois, Fede Valverde, Ferland Mendy, Rodrygo...), Zidane, meneur d'hommes hors-pair, a par ailleurs fait taire les critiques qui pointaient son manque de sens tactique.

Pour gagner dans cette Liga, il faut aussi savoir souffrir, et nous avons souffert, disait Zidane, lundi, après le succès des siens 2-1 à Grenade pour la 36e journée.

Par ailleurs, une défaite du Real Majorque contre Grenade l’a condamné à la relégation en deuxième division, où le club avait passé cinq des six dernières saisons (avec un purgatoire en D3 en 2017-2018). Deux clubs joueront leur avenir en D1, dimanche : le Celta Vigo sur la pelouse de l’Espanyol Barcelone, déjà relégué, et Leganés à domicile contre… le nouveau champion d’Espagne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !