•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts s'attendent à ce qu'Edmonton renonce au nom « Eskimos »

Un casque des Eskimos

Un casque des Eskimos

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

La Presse canadienne

Au moment où la pression augmente pour que les noms des équipes sportives jugés racistes et stéréotypés soient supprimés, des experts croient que les Eskimos d'Edmonton annonceront bientôt un changement d'identité.

Déjà, l'équipe de la Ligue nationale de football à Washington a laissé tomber le nomRedskins et son logo, lundi, après avoir effectué un examen approfondi de la question.

La dernière chose que la direction d'une organisation sportive souhaite, c'est que les gens parlent du nom de l'équipe, dit Marvin Ryder, un professeur agrégé en marketing à l'Université McMaster, à Hamilton.

Ce n'est pas le bon message quand les gens parlent du nom de votre équipe plutôt que de la performance de votre équipe ou des athlètes. Vous voulez que cela disparaisse.

Marvin Ryder, professeur agrégé en marketing à l'Université McMaster

Lorsque les amateurs, les joueurs et les commanditaires commencent à dire qu'ils se sentent mal à l'aise par rapport au nom, la franchise se met à attirer l'attention pour les mauvaises raisons, a-t-il expliqué.

Certains commanditaires des Eskimos sont justement frileux par rapport à l'identité de l'organisation de la Ligue canadienne de football (LCF).

La compagnie d'assurance Bélair Direct a déclaré la semaine dernière qu'elle réévaluait son partenariat avec l'équipe. Une porte-parole a affirmé que l'entreprise devra voir des actions concrètes dans un avenir rapproché, qui incluent un engagement à modifier le nom.

De son côté, la chaîne de restaurants Boston Pizza a récemment annoncé qu'elle stoppait sa commandite avec les Eskimos dans le cadre d'un changement plus important de la stratégie marketing.

Plusieurs raisons font en sorte que cela retient l'attention du public, a dit Marvin Ryder, qui note que nombre de sports étaient plongés dans une longue pause avec la pandémie de la COVID-19. Les amateurs ont désespérément envie de parler de quelque chose, a-t-il lancé.

Le mouvement Black Lives Matter (la vie des Noirs compte) a amorcé cette vague de contestations aux États-Unis et a incité les gens à discuter des raisons pour lesquelles les équipes et les mascottes conservent des noms racistes et stéréotypés, a-t-il renchéri.

La route vers un changement d'identité peut être longue. Les Eskimos ont terminé un examen de trois ans qui a abouti, en février, avec l'annonce de leur intention de conserver leur nom après ne pas avoir trouvé un consensus à ce propos.

Sous la pression croissante des commanditaires, ils ont promis de procéder à une révision accélérée et de fournir une mise à jour à la fin juillet.

Il s'agit d'un bon signe que les Eskimos aient commencé à examiner leur nom d'équipe il y a déjà quelques années, a estimé Brian Levine, le président et fondateur de l'entreprise Envision Sports & Entertainment, basée à Toronto.

Cela signifie qu'il y a un véritable souci et un intérêt de la part de la franchise albertaine.

Tant Marvin Ryder que Brian Levine croient que l'organisation de la LCF à Edmonton changera son nom d'équipe au terme du second examen.

Les franchises modifient leur logo environ tous les cinq ans pour qu'il demeure au goût du jour, mais aussi pour générer des revenus, a soutenu Ryder.

Par contre, changer un nom qui a été jugé offensant est une question plus délicate que de simplement rafraîchir un logo, a-t-il souligné.

Une campagne pour faire changer le nom

Le groupe de réflexion de gauche Progress Alberta vient de s’associer à l’écrivaine et chercheuse inuit, Norma Dunning, pour lancer une campagne contre le nom du club d'Edmonton. La campagne demande aux autres partenaires et commanditaires d’exiger un nouveau nom d'équipe ou de mettre fin à leurs relations avec le club.

Je pense qu’il est temps, tranche Norma Dunning, qui se bat depuis sept ans pour le changement de nom de l'équipe de football professionnelle d'Edmonton.

Quand des équipes aux États-Unis ont choisi de réviser leurs positions, je ne comprends pas pourquoi c'est un si gros problème à Edmonton, dit-elle.

Le terme Eskimos est un mot péjoratif imposé par les Européens auquel les Inuit ne s'identifient pas, indique-t-elle.

Le nom de l'équipe de la Ligue canadienne de football est critiqué depuis des années. De nombreuses personnes y voient un terme raciste qui manque de respect aux peuples autochtones des régions du nord du Canada et des États-Unis.

D'autres ne s'en offusquent pas. L'entité qui représente les Inuvialuit, les Inuit de l'Ouest, croit que le terme n'est pas péjoratif en soi, du moment qu'il est utilisé avec respect, ce que fait l'organisation.

Lundi, la franchise a lancé un sondage demandant à ses membres clés de donner leur avis sur le changement de nom de l'équipe.

L'organisation a décliné les demandes d'entrevues de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports