•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Certaines couleurs ne se mélangent pas, comme le rose et le jaune

Renault devant Racing Point

Renault devant Racing Point

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Si les couleurs jaune et rose ne se mélangent pas bien en F1, c'est que Renault et Racing Point se livrent des combats en piste et hors piste depuis l'an dernier.

Certaines équipes de F1 sont clairement associées à une couleur.

Renault, c'est le jaune, couleur choisie au sortir de la deuxième guerre mondiale pour le logo en losange de 1946, signe d'optimisme dans l'avenir. Quant à Racing Point, c'est le rose, couleur du commanditaire principal, l'entreprise autrichienne de traitement de l'eau BWT.

Racing Point et Renault ont défendu leurs intérêts en Autriche, en piste avec Lance Stroll et Daniel Ricciardo à la fin du Grand Prix de Styrie, et hors piste avec la réclamation de l'équipe au losange.

Chaque point gagné vaut des millions de dollars dans la distribution des revenus aux équipes par le groupe Formula One, qui fonctionne selon le classement de la saison précédente.

Dimanche à Spielberg, dans la deuxième course de la saison, Racing Point a marqué 14 points. Et Renault n'a pas aimé ça, car elle n'en a inscrit que quatre.

Renault ne veut pas donner des points à une équipe qui, selon elle, triche.

Dès les essais en février à Barcelone, le patron de l'équipe française Cyril Abiteboul avait froncé les sourcils en voyant les chronos des pilotes en rose.

La pandémie planétaire a reporté le débat. Mais M. Abiteboul a toujours dit qu’il surveillerait de près la RP20, et qu’il n’hésiterait pas à poser réclamation une fois la saison commencée, si l’occasion se présentait.

L’occasion s’est présentée à Spielberg. Pas à la première course, car le respect des mesures sanitaires était prioritaire, après le gros travail effectué par la FIA et le groupe Formula One pour bâtir une nouvelle saison, a expliqué Renault. Mais à la deuxième, Renault a sorti la hache.

Renault attendait le moment d’attaquer Racing Point sur la conformité de la RP20 qui ressemble beaucoup, il est vrai, à la Mercedes-Benz de 2019, la W10.

Lance Stroll dans la RP20 (en haut) et Lewis Hamilton dans la W10Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lance Stroll dans la RP20 (en haut) et Lewis Hamilton dans la W10

Photo : Getty Images / Rudy Carezzevoli / Charles Coates

La RP20 a montré le bout de son nez lors des essais préparatoires à Barcelone et, justement, ce nez d’ornithorynque rappelait celui de la Mercedes-Benz de 2019.

On connaît les liens qui unissent Lawrence Stroll et Mercedes-Benz.

Déjà, quand il était chez Williams, équipe également motorisée par Mercedes-Benz, il avait tenté selon la presse allemande d’acheter des pièces de Mercedes-Benz pour améliorer la monoplace britannique. Sans succès.

Ce lien existe toujours. Racing Point utilise aujourd’hui la boîte de vitesses et le groupe propulseur (moteur et systèmes de récupération d’énergie) allemands, ainsi que la soufflerie de l’équipe depuis mai 2019.

Il faut comprendre que les équipes n’ont pas toutes les budgets ni les infrastructures nécessaires pour avoir une soufflerie. Elles louent donc du temps de soufflerie, ce que fait Racing Point.

Une monoplace de F1 passe en soufflerie pour valider les calculs aérodynamiques.

Une monoplace de F1 passe en soufflerie pour valider les calculs aérodynamiques.

Photo : Getty Images / Stuart Franklin

Racing Point a fait un pas (risqué) de plus en adoptant pour la RP20 la philosophie aérodynamique de Mercedes-Benz, a expliqué l'équipe canado-britannique.

On ne peut pas copier, ce n’est pas bien. On nous l’apprend à la petite école. Et c’est interdit en F1. Chaque équipe doit concevoir et fabriquer les éléments aérodynamiques de sa monoplace.

Le règlement sportif de la FIA permet toutefois des partenariats techniques entre les équipes pour les gros morceaux. Cela permet, par exemple, à Mercedes-Benz de fournir son moteur à des équipes du plateau (en 2020, Racing Point et Williams, en 2021, il y aura en plus McLaren). Ferrari, elle, fournit son moteur à l’équipe américaine Haas.

Pour d’autres pièces, spécifiées dans le règlement sportif de la FIA, si elles ne sont pas conçues et fabriquées par l’équipe, elles doivent l’être par une entreprise qui n’est pas en F1. L’équipe américaine Haas fait faire certaines de ses pièces par le constructeur italien Dallara, sans se faire embêter.

L’équipe française croit que les écopes de freins de la RP20, petite entrée d'air à l'intérieur de la roue destinée à refroidir le système de freins, sont celles de la Mercedes-Benz W10 de 2019. Or, cette année, la FIA a décidé d’inclure les écopes de freins dans la liste des éléments aérodynamiques, car en plus de refroidir les freins, leur fonction première, elles influent, en effet, sur le comportement aéro de la monoplace.

Or, Renault veut prouver à la FIA que les écopes de frein de la RP20 ont été conçues par Mercedes-Benz.

Les écopes à l'avant droit de la Mercedes-Benz W10 de 2019 (à gauche) et de la Racing Point RP20 de 2020Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les écopes à l'avant droit de la Mercedes-Benz W10 de 2019 (à gauche) et de la Racing Point RP20 de 2020

Photo : Getty Images / Mark Thompson / Peter Fox

La FIA a donc saisi des écopes de frein de la RP20 dans le garage de Racing Point après le Grand Prix de Styrie et veut les comparer à celles de la W10. Mercedes-Benz a donc été priée de fournir ces pièces de sa voiture de 2019.

Racing Point a réagi en disant que la réclamation de Renault se basait sur des informations erronées. La FIA devra trancher.

Il faut savoir aussi qu’avant les essais, la FIA avait homologué la RP20, la croyant conforme au règlement. Mais entre février et aujourd’hui, Racing Point a pu travailler ou retravailler certaines pièces dans la soufflerie de Mercedes-Benz, avec peut-être dans ses ordinateurs des références allemandes.

Si Renault convainc la FIA, Racing Point perdra des plumes, beaucoup plus que ses points marqués en Autriche. Elle devra refaire ses écopes de freins et se refaire une crédibilité, car si les écopes sont d'origine allemande, combien d'autres pièces de la RP20 le sont? Peut-être que Renault a vu d’autres morceaux litigieux de la RP20. Le combat hors piste commence.

Il faut dire qu’il y a un historique entre les deux équipes. L’an dernier, Racing Point avait contesté la légalité du système de répartition de freinage de la Renault RS19 lors du Grand Prix du Japon. Elle avait gagné son point et Renault avait perdu les points marqués à Suzuka.

La patience de Lance Stroll

Le combat hors piste entre les deux équipes sera peut-être aussi passionnant à suivre que celui à Spielberg dimanche entre Lance Stroll et Daniel Ricciardo.

Leur duel en piste s’est terminé en faveur du Québécois qui a attendu très longtemps avant de tenter un dépassement.

La Racing Point était plus rapide en ligne droite grâce au moteur Mercedes-Benz supérieur au Renault, mais la RS20 avait une meilleure motricité et était plus réactive en sortie de virage. Et puisque ça tourne beaucoup à Spielberg, l’Australien a ainsi pu échapper aux griffes de la RP20.

Incapable de trouver une ouverture, Stroll a attendu le dernier tour. Mais était-ce vraiment de la patience ou une incapacité à trouver l'ouverture? On savait que Ricciardo pouvait attaquer, on sait maintenant qu'il peut se défendre.

Le Québécois savait que dans ce dernier tour, il devait surprendre l'Australien au virage no 3, ce droit serré en montée où les pilotes de Ferrari s’étaient touchés au premier tour de la course. C’était sa dernière chance.

Daniel Ricciardo devant Lance Stroll

Daniel Ricciardo devant Lance Stroll

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Stroll s’est jeté à l’intérieur du virage. Son attaque n’a pas été incisive. Il a freiné trop tard et a été déporté dans le virage, emportant la Renault hors piste avec lui.

Stroll n’a pas délibérément poussé Ricciardo, ce qu'a prétendu l'Australien. Et c’est ce que la direction de course a bien vu. Ricciardo s'attendait à ce que Stroll soit pénalisé, mais il a gardé son résultat final, soit sa 7e place.

Grâce à ce résultat, Stroll marque ses premiers points de la saison, 6 points qui le placent au 10e rang du classement de la saison.

Cependant, on ne peut que regretter que le Québécois n’ait pas eu la même hargne dans son pilotage que son coéquipier Sergio Pérez, qui a pu revenir de sa 17e place sur la grille à la 6e. Et il s’en est fallu de peu qu’il ne termine 4e, ce qui aurait été pleinement mérité. Mais un accrochage avec Alex Albon a endommagé la dérive gauche de sa RP20 et en a décidé autrement.

Pérez a tout juste gardé son 6e rang en devançant Stroll de 66 millièmes de seconde sur la ligne d’arrivée. C’est environ 5 mètres d’écart entre les deux voitures qui roulaient à plus de 250 km/h (selon le calcul mathématique du chronographe suisse Tag-Heuer).

Sergio Pérez roule sur le circuit de Spielberg.

Sergio Pérez à Spielberg

Photo : Getty Images / DARKO BANDIC

Sergio Pérez a été nommé le pilote du jour (vote du public) grâce à sa remontée et à son coup de volant. Il est aujourd’hui au 5e rang du classement des pilotes, avant le Grand Prix de Hongrie qui aura lieu dès ce week-end.

L’équipe Racing Point a montré ses limites sous la pluie battante lors de la séance de qualification du Grand Prix de Styrie. Elle était incapable de trouver les bons réglages pour faire avancer la RP20, preuve que la voiture peut encore progresser. Et c’est bien ce qui inquiète Renault.

Heureusement, sur le petit Hungarororing où la motricité sera plus importante que la vitesse pure, l’équipe française y voit une belle occasion de devancer Racing Point en piste.

Daniel Ricciardo pourrait prendre sa revanche sur Lance Stroll. Mais ça ne règle pas le fond du problème que Renault tente de prouver et régler hors piste.

Peut-être que d’ici le week-end, Renault aura aussi obtenu gain de cause dans les bureaux de la FIA.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Formule 1

Sports