•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Relance de la MLS : l’Impact et Thierry Henry en marche vers l’inconnu

Il donne des directives à ses joueurs.

Thierry Henry dirige un entraînement de l'Impact.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Jean-François Chabot

À 48 heures du départ de l’Impact de Montréal pour Orlando, l’entraîneur-chef Thierry Henry a reconnu que tout le monde s’apprête à faire face à une situation inconnue, tant du point de vue sportif que sanitaire, au tournoi de relance de la MLS.

Comme aucune des équipes de la MLS n’a disputé de match depuis la mi-mars, Henry estime que tout se jouera sur la capacité d’adaptation des équipes et des effectifs.

Interrogé sur la question de savoir si ses expériences passées dans ce type de tournoi, qui rappelle la formule de la Coupe du monde, seraient bénéfiques, le Français a soutenu qu’il n’avait jamais connu rien de tel.

Je n’ai pas vécu ça. Personne n’a vécu ça. En temps normal, on aurait la possibilité de jouer un ou deux matchs préparatoires, mais ça ne sera pas le cas cette fois. Ce sera aussi nouveau pour les joueurs qui commenceront direct avec un premier match sans qu’il y ait eu d’essais ou de tests, a-t-il indiqué.

Étant donné les limitations imposées par la santé publique, l’accent a surtout été mis sur la condition physique des joueurs.

Si la longue pause a permis à certains joueurs de guérir des blessures, ce n’est que très récemment que le onze montréalais a pu aborder l’aspect plus tactique dans des entraînements avec contacts.

Thierry Henry a aussi laissé entendre qu’il s’attendait à ce que les siens prennent la direction de la Floride avec le maximum d’effectifs, soit 28 joueurs, dont 3 gardiens.

Parmi les aspects où l’entraîneur devra adapter ses façons de faire, il y aura la gestion des cinq changements permis à chaque match. Il a affirmé que cette règle était une bonne chose dans les circonstances.

Il n’y a que 11 joueurs à la fois sur le terrain. Je sais que tout le monde voudra jouer. Les mêmes joueurs ne commenceront probablement pas chacun des trois matchs de groupe. Il faudra tenir compte de la chaleur et de l’humidité. Il y aura donc beaucoup de roulement. C’est pour ça que c’est bien que tout le monde soit de retour, y compris les blessés.

Thierry Henry, entraîneur-chef de l'Impact de Montréal

Il a renchéri en disant que selon ce qu’il a pu observer à l’entraînement au Centre Nutrilait, les joueurs sont bien physiquement.

Ils se sont préparés pour le tournoi, même si la préparation physique et mentale n’est pas évidente en ces temps de pandémie.

Concernant le tirage au sort qui a placé le Toronto FC et l’Impact au sein du même groupe, Henry a soutenu que la rivalité était aussi importante pour les joueurs des deux équipes que pour leurs partisans.

Il n’y a pas que Toronto, mais nous savons tous que ce sont de gros matchs. Cette fois, il n’y aura pas les fans dans le stade pour soulever et porter leurs favoris.

Thierry Henry

Au sujet des matchs à huis clos, il a précisé que, si cela ne changeait rien pour lui en tant qu’entraîneur, il a tout de même noté qu’au sein de la Premier League et de la Bundesliga, les victoires signées à domicile s’avéraient plus rares depuis la reprise des activités dans des stades vides.

Il n’y a pas cette ferveur et cette envie que transmettent les spectateurs. C’est très difficile pour les joueurs, mais c’est comme le reste, il faut s’adapter, a renchéri Henry.

Et face à la perspective de s'envoler pour la Floride, alors que cet État américain est l'une des zones les plus chaudes pour le nombre de nouveaux cas quotidiens, il a dit qu'il faisait confiance aux précautions prises par la ligue afin d'y assurer la santé et la sécurité des équipes.

Par contre, Henry a confirmé l'information d'un journaliste selon laquelle la MLS n'était pas la plus active en matière de communication avec les dirigeants de clubs sur la marche à suivre.

Connaissez-vous M. Gram? Son prénom est Insta, a lancé Henry avec ironie, tout en précisant que c'est sur les médias sociaux qu'il apprenait les derniers détails sur les plans de la MLS. Mais c'est pareil pour tout le monde, a-t-il lâché sur un ton résigné.

Famille et amis touchés

Invité à commenter de quelle manière le coronavirus l’avait touché d’un point de vue personnel, Thierry Henry a mentionné que deux membres de sa famille [il n’a pas précisé le degré de parenté, NDLR] et quelques amis avaient été infectés.

Il s’est empressé d’ajouter que tout le monde se portait bien à présent. Pour Henry, ces cas sont l’expression la plus directe qu’il y a encore une situation à respecter tant qu’il n’y aura pas de vaccin contre la COVID-19.

C’est l’occasion pour tout le monde de se serrer les coudes et de s’aider les uns les autres, a-t-il ajouté.

Henry a aussi réaffirmé sa position très claire en faveur du mouvement Black Lives Matter.

Pour moi, ça ne fait aucun doute. Il devrait être question du Nous. Il ne devrait y avoir qu’une seule race, la race humaine. Il ne suffit pas de le dire, il faut le démontrer. Je ne sais pas ce que la MLS nous permettra de faire à Orlando. Mais je vais m’afficher. Je ne vous dirai pas comment, mais je vais le faire, a conclu Henry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !