•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ariane Fortin-Brochu, présidente de Boxe Québec : « On n’aura plus le vent dans la face »

Ariane Fortin-Brochu

Ariane Fortin-Brochu

Photo : Radio-Canada / Alain Décarie

Jean-François Chabot

Élue sans opposition, samedi, à la présidence de Boxe Québec, Ariane Fortin-Brochu entend mener à bien les réformes amorcées par son équipe il y a un an.

L’ancienne athlète olympique et double championne du monde ne cache pas sa satisfaction.

Je suis super contente d’obtenir ce poste. Mais pour moi, c’est surtout qu’on va pouvoir continuer le travail qu’on a fait l’année dernière en ayant le vent dans les voiles. On n'aura plus le vent dans la face, a d’entrée de jeu lancé Fortin-Brochu.

Sans dire que certains individus mettaient des bâtons dans les roues, elle a rappelé que le président sortant Pierre Chiasson a souligné dans son dernier rapport annuel, déposé durant l’assemblée générale virtuelle de samedi, que le conseil d’administration en place, à son avis, était dysfonctionnel.

Même si on détenait quatre postes sur cinq, il y avait souvent de la résistance. Rien n’était simple pour faire passer les projets. Ça ne veut pas dire que l’on ne s’obstinera pas, parce qu’il y aura encore des désaccords. Ça va être correct. C’est pour ça qu’on va être plusieurs à prendre les décisions. Mais les discussions seront constructives.

Ariane Fortin-Brochu, présidente de Boxe Québec

Soutenir les clubs

Pour Ariane Fortin-Brochu et le conseil d’administration qu’elle dirigera pour les deux prochaines années, la priorité est de soutenir les clubs en ces temps difficiles dus à la pandémie.

Elle a indiqué qu’au moins trois ou quatre clubs affiliés à Boxe Québec avaient été contraints de fermer leurs portes. C’est pour mettre un frein à l’hécatombe que certaines mesures doivent être adoptées, dès jeudi, à la première réunion virtuelle du nouveau C. A.

Déjà, le 20 juin dernier, on a tenu une réunion où les entraîneurs et les responsables de clubs ont été invités. On a abordé des idées de survie pour les clubs et les mesures d’hygiène pour la réouverture qui allait être annoncée deux jours plus tard, a-t-elle expliqué.

Parmi les idées mises de l’avant, l’une des plus importantes consiste, entre autres choses, à prolonger d’un an l’adhésion des clubs à Boxe Québec sans frais supplémentaires et de leur rembourser les frais de 10 $ versés par chacun de leurs membres récréatifs.

Ces mesures coûteront près de 77 000 $ et l'argent sera puisé à même le fonds d’urgence de la fédération, lequel s’élève à 100 000 $.

Ariane Fortin-Brochu

Ariane Fortin-Brochu

Photo : Radio-Canada / Alain Décarie

La notion de la transparence dans la gestion des différents programmes sera également au cœur de la réforme entamée en 2019.

C’est surtout par rapport aux critères de sélection pour les entraîneurs, les formateurs, les athlètes et les officiels qui sont choisis sur les équipes. La transparence qu’on a mise de l’avant est un processus qu’on va continuer.

Ariane Fortin-Brochu, présidente de Boxe Québec

Pour Fortin-Brochu, la participation de plus 70 clubs à l’assemblée générale du week-end témoigne de l’intérêt des membres pour une façon de faire plus juste.

Je veux qu’on arrête que les choses passent uniquement par la présidence et que, le plus possible, on fasse valider les choses par les commissions des entraîneurs ou des officiels, selon le projet, explique-t-elle. On se dit que si les cinq personnes (ou la majorité de ceux qui composent chacune de ces commissions) appuient une idée ou un projet, c’est parce que c’est représentatif de la majorité des membres.

La nouvelle présidente cite en exemple la remise en place du programme d’officiels de région.

Il y avait beaucoup de mécontentement chez les principaux intéressés, qui avaient l’impression que les chances n’étaient pas égales pour tout le monde quand venait le temps de grimper d’un échelon à un autre.

On a mis en place un programme de développement des officiels, dit-elle. C’est très clair. Quand tu as jugé ou arbitré un certain nombre de combats, tu peux demander de passer du niveau 1 au niveau 2. C’est quelque chose qui a apporté beaucoup de satisfaction du côté des officiels.

Elle insiste sur le fait que s’il y a eu de la formation offerte pour les officiels, elle s’est malheureusement avérée insuffisante en raison de la COVID-19. C’est la raison pour laquelle certaines des formations devront se faire pendant les compétitions futures.

Avec l’élection d'Ariane Fortin-Brochu à la présidence et de Claudia Marisol-Diaz au poste de secrétaire-trésorière, la nouvelle garde contrôle à présent l’ensemble du conseil d’administration de Boxe Québec, fédération constituée en organisme sans but lucratif.

Quant à la décision de Pierre Chiasson de ne pas solliciter un second mandat, la nouvelle présidente a avoué ne pas avoir été surprise.

Surprise? Non. C’est sûr qu’on ne le sait jamais en raison de la façon dont les élections ont lieu [une personne peut soumettre sa candidature tout juste avant la tenue d’un vote, NDLR]. Mais c’était quand même ce que je pensais qui allait arriver. Ça s’était passé comme ça aussi pour sa femme l’an passé qui ne s’était pas représenté à la vice-présidence.

Ariane Fortin-Brochu

Fortin-Brochu a noté que certains des clubs habituellement sympathiques à la cause du président sortant avaient brillé par leur absence à l’assemblée générale.

À l’intérieur de son rapport annuel déposé samedi, Pierre Chiasson a laissé entendre qu’il continuerait de s’impliquer au sein la fédération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Boxe

Sports