•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Souvenirs olympiques : l'éblouissante Nadia Comaneci aux JO de 1976

Une photo en noir et blanc d'une jeune gymnaste à côté d'un tableau indicateur

Nadia Comaneci obtient la première note parfaite de l'histoire de la gymnastique aux Jeux olympiques de Montréal.

Photo : AFP / AFP/Getty Images

Michel Chabot

À l'occasion du quatrième épisode de Souvenirs olympiques diffusé samedi soir à 18 h 30 (HAE) sur ICI Télé, nous revenons sur les performances extraordinaires de Nadia Comaneci aux Jeux olympiques de Montréal en 1976. La jeune gymnaste roumaine, alors âgée de 14 ans, avait séduit le public avec la qualité de ses exercices et son sourire charismatique. Nicole MacDuff, qui a analysé ses exploits à la télévision de Radio-Canada à l'époque, a répondu à nos questions.


Q. Avez-vous été surprise par les performances de Nadia Comaneci à Montréal?

R. J’ai été très privilégiée de rencontrer Nadia en 1971, cinq ans avant les Jeux. J’étais alors entraîneuse de l’équipe canadienne de gymnastique. Nous avions fait une tournée européenne et nous sommes allés à Bucarest, en Roumanie, et j’avais demandé à Mili Sinionescu, responsable de la gymnastique roumaine, s’il était possible d’assister à un entraînement. Nous savions comment les petites gymnastes roumaines étaient très bonnes, mais ce qui m’intéressait, c’était de voir comment on les préparait.

Elles avaient 10 ou 11 ans et étaient déjà rendues à un certain niveau. Nadia se promenait sur un tapis, seule, sans entraîneur, et elle s’exerçait à faire une rondade, un flip flap et un salto arrière tendu avec double vrille. En 1971, il y avait encore très peu d’hommes qui faisaient ça. Ensuite, elle est devenue championne européenne en 1973. Quatre mois avant les Jeux, elle était à l’American Cup au Madison Square Garden, et elle avait fait plusieurs 10 à ce moment-là. Donc, pour nous, Nadia n’était pas une inconnue.

La grande question à ce moment-là, c’était : est-ce que les juges, dans le contexte des Jeux olympiques, allaient lui donner une note à la hauteur de ses performances?


Q. Elle a finalement obtenu sept notes de 10, mais était-elle vraiment parfaite?

R. Le concept de perfection n’existe pas. C’est une prévision, on espère l’atteindre. Dans le cas de Nadia, au fil des ans, il n’y a jamais eu de perfection. Il y avait alors un code de pointage dans lequel les juges avaient la note de 10 avant la performance et elle était réduite selon les erreurs commises par la gymnaste. Et Nadia a eu son premier 10 lors d’un exercice imposé aux barres asymétriques.

Aujourd’hui, il n’y a plus d’exercices imposés. Mais à ce moment-là, tous les juges avaient l’exercice en tête avant que la gymnaste l’exécute. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’était le niveau auquel Nadia allait l’exécuter : la précision corporelle, la tenue, l’amplitude et le rythme de son mouvement. Tout ça était au-dessus de ce qui était demandé. Elle n’a pas fait d’erreur. Elle est restée à 10.

Toutes les autres gymnastes, après Nadia, n’arrivaient pas à ce niveau-là. Quand sa note est sortie, Nadia était au sol en train de préparer son prochain exercice qui était à la poutre. Alors la foule s'est levée, tout le monde criait et Nadia s'est arrêtée et se demandait ce qui se passait. Elle a vu qu’elle avait eu 1,0. Son entraîneur lui a dit : "Tu as 10!", alors elle a grimpé sur la plateforme et a salué le public. Et c’est cette image mentale que les gens conservent.


Q. Qu’est-ce qui la rendait spéciale?

R. Ce qui se dégageait quand on regardait sa performance, c’était cette incroyable confiance qu’elle avait en elle. Et elle me l’a dit : « Je ne comprends pas pourquoi on fait un drame de mes 10. Moi, je fais cet exercice-là 100 fois par jour en gymnase. Je n’ai que refait le même exercice. »

La qualité de Nadia, c’était qu’elle ne changeait pas sa performance en compétition, alors que la plupart des athlètes sont un peu nerveux à cause de la compétition, du public et des lumières de la télévision.

Elle, elle était capable d’entrer dans sa bulle et de faire la même chose qu’à l’entraînement. Elle avait cette assurance.

Nous n’étions pas sur le bout de notre chaise en pensant qu’elle allait tomber. Elle faisait son exercice, exécutait sa réception, saluait les juges et s’en allait penser à son prochain exercice. Elle était axée sur la tâche et non sur le résultat.


Q. Avez-vous revu ou reverrons-nous une performance de ce niveau-là un jour?

R. La gymnastique a tellement évolué. Les performances de Simone Biles sont de beaucoup supérieures à celles de Nadia. Simone Biles est incroyable, la hauteur, l’amplitude de ses mouvements et la précision…

La différence, c’est que le système de pointage n’est plus le même. Maintenant, il y a un groupe de juges qui évalue le contenu de l’exercice. S’il y a plus de difficultés et d’enchaînements de difficultés, les notes augmentent. Et un autre groupe de juges évalue l’exécution. Donc, il est possible qu’une gymnaste obtienne 10 sur 10 en exécution, mais jamais le public ni les commentateurs sportifs ne verront cette note. Ils vont voir une note de 14,3 ou de 14,5 par exemple.


Q. Nadia Comaneci a tellement ébloui la foule qu’elle a fait ombrage à un autre athlète dont les performances à ces mêmes Jeux ont pourtant été grandioses. Étonnant, non?

R. Ce qui m’a le plus surpris c’est que Nikolaï Andrianov a gagné sept médailles aux Jeux de 1976, quatre d’or, deux d’argent et une de bronze. Nadia en a gagné cinq, dont trois d’or. On n'a jamais parlé d’Andrianov, quelle injustice!

Mais il n’était pas cette petite fille souriante avec l’attrait du public. Nikolaï Andrianov est celui qui a gagné le plus de médailles en 1976. Il était incroyable. Pendant qu’il effectuait ces exercices absolument formidables, parfaits presque, il ne faisait jamais d’erreurs.

Il n’y avait que les spécialistes de la gymnastique qui le reconnaissaient. Tout le monde ne parlait que de Nadia. Le lendemain de la victoire d’Andrianov au total des épreuves, en première page des journaux, on avait la performance de Nadia!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gymnastique

Sports