•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une reprise trop lente au goût des professionnels

Camille Estephan

Camille Estephan

Photo : Radio-Canada / Jean-François Chabot

Jean-François Chabot

Malgré les annonces de la semaine liées au déconfinement du sport au Québec, les choses ne bougent pas assez vite pour les promoteurs et les entraîneurs de la boxe professionnelle et de l'élite amateur.

Pendant que Marc Ramsay et Eleider Alvarez se préparent à passer la frontière pour y poursuivre la préparation du combat éliminatoire du 16 juillet, à Las Vegas, pour la ceinture des mi-lourds de la WBO, les promoteurs tapent discrètement du pied.

Pour un, Camille Estephan d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) a déjà un plan B en tête si le feu vert des autorités gouvernementales tarde à se matérialiser.

Si, pour les entraîneurs, c’est la possibilité d’organiser des séances de combats simulés qui apparaît préoccupante, pour Estephan, c’est la mise sur pied d’événements, même à huis clos.

On est en discussions avec la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) et le ministère de la Santé. Je ne ferai pas de commentaires, mais disons que ça presse!

Camille Estephan

Il a déjà dû faire une croix sur la date du 18 juillet où il aurait aimé présenter un premier gala à huis clos. Son plan de tenir deux soirées de boxe d’ici la fin de l’été est aussi tombé à l’eau.

Les choses ont traîné parce qu’il n’est jamais facile de s’y retrouver dans les dédales de la bureaucratie. Parlez-en à Astérix et Obélix!

Le temps est compté

Estephan a rappelé que même si ses boxeurs sont déjà en forme, ils ont besoin d’au moins quatre semaines de combats simulés avant d’être prêts à remonter dans le ring.

C’est pourquoi, dans le meilleur des mondes, il n’est plus possible à l’heure actuelle de présenter une carte de boxe avant la fin du mois de juillet. Différents sites, à l’extérieur de Montréal (en raison de son statut de zone chaude) , sont envisagés pour accueillir les combats à huis clos.

Des contacts ont déjà été établis à Québec (Studios Mels), Trois-Rivières, Shawinigan et Rimouski. Mais là encore, EOTTM se prépare au pire.

Un plan B est déjà dans les cartons. En l’absence d’une réponse de Québec, Camille Estephan n’hésitera pas à tenir sa soirée en Ontario ou ailleurs dans un studio de télé aux États-Unis.

Espérons qu’on aura une réponse qui permettra à mes gars de boxer ici à la fin de juillet. Sinon, tout est sur la table, a-t-il soutenu.

Patience pour GYM

Même s’il a aussi très hâte de relancer son entreprise, Yvon Michel ne frappe pas encore à la porte des autorités sportives ou sanitaires.

Je regarde comment les choses se développent. Pour l’instant, cet été, je me concentre avec les boxeurs de mon équipe pour les combats qu’ils pourront livrer aux États-Unis. Je vais aussi observer comment les choses se passent dans les autres sports, a d’abord indiqué le patron de GYM.

Yvon Michel

Yvon Michel joue la carte de la patience.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Chabot

Yvon Michel ne s’en cache pas. Il va porter une attention particulière sur le développement des choses du côté de son principal compétiteur EOTTM afin de choisir le bon moment pour passer à l’action.

Il n’a donc pas de date en tête pour la présentation de sa prochaine carte au Québec. Pour lui, l’évolution rapide de la situation est source d’optimisme.

Il y a eu une grosse évolution au cours de la dernière semaine. La semaine passée, on ne voyait pas la lumière au bout du tunnel. Je regarde un peu partout dans le monde. Ça reprend en Allemagne, en Pologne, en Californie. On sait qu’il y a déjà de la boxe à huis clos à Las Vegas.

Yvon Michel, promoteur de boxe

Michel a aussi révélé qu’il avait des discussions afin de présenter des événements au Kronk Gym de Détroit, au Michigan, ancien fief d’entraînement d’Adonis Stevenson.

Outre le rendez-vous d'Eleider Alvarez contre Joe Smith, les choses se précisent dans le cas de Marie-Eve Dicaire et de son combat d’unification IBF, WBC, WBO et super-championne WBA des super-moyennes.

Ça va se passer à la fin du mois d’août ou au début de septembre, à huis clos, dans les studios de télévision de Showtime, à Los Angeles , a laissé entendre Yvon Michel.

Rappelons que Dicaire et Shields devaient s’affronter le 9 mai, du côté de Flint, au Michigan, ville d’origine de l’Américaine.

En passant, coronavirus oblige, Yvon Michel est toujours en attente de la décision du tribunal administratif dans la cause qui l'oppose à la RACJ.

Grands chamboulements

De son côté, l’entraîneur Stéphan Larouche doit lui aussi prendre son mal en patience en attendant de pouvoir relancer le gymnase où s’entraînent habituellement les Kim Clavel, Marie-Pier Houle, Jean Pascal, Wilfried Seyi et compagnie.

On est en attente. Nos installations à Boxe Montréal sont au complexe sportif Claude-Robillard. On attend donc le signal des gestionnaires des édifices de la Ville de Montréal , a expliqué Larouche.

Pendant ce temps, Larouche et son équipe préparent un protocole de retour au gymnase qui sera présenté à la direction de Claude-Robillard.

La participation et l’entraînement seront limités aux athlètes de compétition qui ont des combats à livrer dans un avenir plus ou moins rapproché. On ne pourra ouvrir ça pour le public pour le moment .

Stéphan Larouche, entraîneur de boxe
Stéphan Larouche

Stéphan Larouche

Photo : Radio-Canada

En temps normal, les installations situées au deuxième sous-sol du complexe peuvent accueillir de 30 à 40 personnes en même temps, avec des pointes quotidiennes à 50 pugilistes et entraîneurs.

L’ébauche de déconfinement mise de l’avant par Boxe Montréal précise que pas plus de trois entraîneurs avec chacun deux boxeurs ne pourraient se retrouver ensemble au même moment.

Selon les périodes de l’année, entre 100 et 150 personnes sont membres de ce club de boxe. Près de la moitié font de la compétition au sein des équipes du Canada ou du Québec.

On compte aussi une dizaine de boxeurs et boxeuses professionnels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Boxe

Sports