•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfin, un vrai contact entre les judokas de l'équipe nationale

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les judokas de l'équipe nationale à leur premier entraînement à l'extérieur depuis le confinement

Les judokas de l'équipe nationale à leur premier entraînement à l'extérieur depuis le confinement

Photo : Société Radio-Canada

Une demi-douzaine d'athlètes de l'équipe canadienne de judo s'étaient donné rendez-vous mardi matin au pied de la tour du stade olympique pour leur premier entraînement extérieur supervisé.

Après des mois de travail en isolement, le bonheur de se retrouver tous ensemble était palpable.

Sous la supervision de l'entraîneur national Sasha Mehmedovic, les athlètes ont fait des exercices en puissance et en cardio pendant une heure en respectant la distance obligatoire des deux mètres.

La technologie virtuelle, c’est quand même bien, mais ce n’est pas pareil, explique Antoine Valois-Fortier, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Londres. On est constamment en train de se couper. Là, d’avoir l’ambiance de groupe, cet effet de groupe là, c’est non seulement motivant, mais c’est beaucoup plus agréable.

Les judokas de l'équipe nationale à leur premier entraînement à l'extérieur depuis le confinement

Les judokas de l'équipe nationale à leur premier entraînement à l'extérieur depuis le confinement

Photo : Société Radio-Canada

Tu as l’impression que tu reviens tranquillement à la normale. Ça donne espoir, affirme Catherine Beauchemin-Pinard. Je sais qu’avec le judo, ça va être long, mais une étape à la fois. Là, on a franchi la première étape de faire un entraînement ensemble, avec les deux mètres de distance.

Tous les athlètes ont retrouvé mardi une intensité dans l'effort qu'ils n'avaient pas réussi à obtenir en isolement, mais ils avaient bien sûr travaillé fort chacun de leur côté pour rester en forme. Et en fait, après trois mois de conditionnement physique, ils n'ont jamais été aussi en forme.

Antoine Valois-Fortier, avec un chandail gris de Judo Canada, parle à la caméra.

Antoine Valois-Fortier en entrevue

Photo : Société Radio-Canada

C’est clair que je cours beaucoup, je fais beaucoup de cardio, j’ai commencé à faire du vélo de route. J’ai l’impression que j’ai pris de la masse musculaire dans mes jambes. J’ai essayé des pantalons l’autre jour, et je ne pense pas que c’est du gras. Je pense que c’est du muscle que j’ai pris. Il me semble que c’est plus serré que d’habitude (rires)! Et côté cardio, c’est clair que je vais avoir un super cardio.

Catherine Beauchemin-Pinard

La forme générale est bonne. À ce niveau-là, je me sens quand même confortable. Ça reste de la préparation physique générale. Il y a beaucoup les sensations de judo qui vont être difficiles à retrouver, fait remarquer Valois-Fortier. J’ai surtout hâte de monter sur le tapis et de voir les sensations et tout ce qui est plus spécifique au judo, comment tout ça va réagir après plusieurs semaines d’absence.

Catherine Beauchemin-Pinard, avec une casquette blanche de Judo Canada

Catherine Beauchemin-Pinard en entrevue

Photo : Société Radio-Canada

L'Institut national du sport du Québec (INSQ), où s'entraîne l'équipe canadienne de judo, attend toujours le feu vert pour rouvrir ses installations, la salle de conditionnement physique dans un premier temps et les plateaux sportifs ensuite.

Pour le judo, la réouverture du dojo de l'INSQ n'est pas pour demain, puisqu'en sports de combat, la règle des deux mètres de distance est impossible à respecter.

Les judokas de l'équipe nationale à leur premier entraînement à l'extérieur depuis le confinement

Les judokas de l'équipe nationale à leur premier entraînement à l'extérieur depuis le confinement

Photo : Société Radio-Canada

Les choses évoluent tellement rapidement. La semaine dernière, on n’avait pas le droit de faire ce qu’on fait aujourd’hui. On met les choses en place au fur et à mesure et on peaufine chaque fois. On fait les choses de manière spontanée pour le moment.

Antoine Valois-Fortier

Si demain, on me dit que je peux retourner à l’INS, j’y suis à la première heure, lance Arthur Margelidon. On espère, on attend, il n’y a pas encore de date officielle du retour. Mais aujourd’hui, on s’est fait donner des masques par notre commanditaire EC3D, donc ça devrait être dans un avenir rapproché.

Arthur Margelidon, avec une casquette et un chandail gris de Judo Canada, donne une entrevue.

Arthur Margelidon en entrevue

Photo : Société Radio-Canada

La Fédération internationale de judo (IJF) espère pouvoir relancer la saison du World Tour dès septembre, si bien sûr les restrictions sanitaires le permettent. Or, les judokas canadiens n'ont pas encore repris le véritable entraînement de combat.

J’ai en tête qu’il y aura une deuxième vague de la pandémie, explique Beauchemin-Pinard. Et la deuxième vague est toujours plus forte que la première, et j’ai entendu dire que ce serait autour de septembre, en même temps que la grippe. Fait que si on a une deuxième vague en septembre, en même temps qu’on reprend les compétitions, je ne sais pas si c’est très réaliste.

Si le retour est en septembre, ce dont je doute, car des frontières seront encore fermées, peut-être que dans les premières compétitions, on sera un peu plus rouillé, croit Margelidon. Mais on est prêt à retourner à la compétition, peu importe le temps. L’objectif pour tout le monde, c’est les Jeux olympiques en 2021, donc rien ne se joue en septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !