•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Les séries de la LNH dans un stationnement près de chez vous?

Des partisans des Blues de Saint Louis attendent le début d'un match.

Les équipes de la LNH pourraient organiser des rassemblements en vue des prochaines éliminatoires.

Photo : Getty Images / Jamie Squire

Que diriez-vous d’aller regarder des matchs de séries éliminatoires de la LNH à bord de votre voiture, dans un ciné-parc ou dans un vaste espace aménagé à cette fin?

Les Rangers du Texas ont inauguré leur nouveau stade en fin de semaine (Nouvelle fenêtre) en présentant une série de concerts acoustiques auxquels les spectateurs ont assisté dans le stationnement, bien assis à bord de leur voiture ou tout près de celle-ci. Les places étaient limitées (on accueillait seulement 400 voitures par spectacle) et le coût d’entrée était fixé à 40 $ par véhicule, peu importe le nombre d’occupants.

Selon le Dallas Morning News et divers médias texans, ces événements culturels ont été couronnés de succès.

Or, des informations circulent à savoir que des équipes de la LNH sont en train de planifier des rassemblements semblables. Tout en respectant les consignes de distanciation physique, ces organisations aimeraient permettre à leurs partisans de vivre ensemble la fièvre de la Coupe Stanley quand les séries éliminatoires se mettront en branle en août prochain.

La LNH a déjà annoncé qu’elle entend présenter les éliminatoires dans deux villes où 12 équipes des associations de l’Est et de l’Ouest seraient regroupées pour disputer des matchs à huis clos. Les sites d’entraînement des équipes ouvriront leurs portes lundi. Et si le plan imaginé par les dirigeants de la LNH tient la route, les camps d’entraînement devraient débuter vers le 10 juillet.

Des confettis tombent du ciel sur une foule en liesse.

Dans les rues de Toronto, des milliers de partisans ont fêté la victoire des Raptors en finale en 2019.

Photo : Radio-Canada / Albert Leung

Il y a un an, pendant que les Raptors de Toronto se dirigeaient vers leur première conquête du trophée Larry-O’Brien dans la NBA, des « parcs jurassiques » s’étaient mis à surgir un peu partout au Canada. Les amateurs de basketball se regroupaient pour ressentir l’ambiance festive des séries, exactement comme les partisans des Raptors le faisaient au centre-ville de Toronto.

Certaines organisations de la LNH croient possible d’organiser plusieurs regroupements semblables au sein de leur agglomération afin de permettre au plus grand nombre de partisans de vivre cette expérience et de générer un peu de revenus avec la vente de billets donnant accès au site et l'offre de rafraîchissements ou d’objets-souvenirs).

À Montréal, où la branche spectacles du Groupe CH jouit d’une vaste expérience en matière de présentation de grands événements en plein air, de telles initiatives pourraient s’avérer plus faciles à réaliser qu’ailleurs. Le Canadien travaille sur certains scénarios, mais rien n’est encore arrêté, a fait savoir un porte-parole de l’organisation.


Par ailleurs, lorsque ses activités reprendront, la LNH tentera vraisemblablement de se démarquer des autres ligues professionnelles en enrichissant le contenu offert aux téléspectateurs. Plusieurs dirigeants de la ligue, dont le commissaire adjoint Bill Daly, se sont prononcés en ce sens.

À titre d’exemple, les télédiffuseurs de la Bundesliga allemande ont recommencé à présenter des matchs depuis la reprise des activités de ce circuit, il y a quelques semaines. Mais ils l’ont fait en respectant la signature télévisuelle classique à laquelle le public est habitué.

Dans la LNH, certains considèrent que l’absence de spectateurs dans les gradins fera disparaître bon nombre de contraintes pour les télédiffuseurs et qu’il s’agira pour eux d’une occasion d’exploiter, par exemple, des angles de caméra différents. Tant des porte-parole de la ligue que des dirigeants du réseau Sportsnet se sont dits très ouverts à ces possibilités au cours des dernières semaines.

Aussi, quand la pandémie a interrompu les activités de la LNH, il était déjà acquis que le début des séries éliminatoires de la saison 2020 allait être marqué par l’introduction de nouvelles technologies d’intelligence artificielle. Il était prévu que les joueurs portent des puces électroniques enregistrant leurs déplacements 200 fois par seconde et que la rondelle contienne une puce semblable pour noter ses mouvements, ses accélérations et décélérations quelque 2000 fois par seconde.

En principe, le fait de disputer les séries dans seulement deux amphithéâtres devrait simplifier la mise en œuvre de cette nouvelle technologie tout en offrant aux télédiffuseurs la possibilité d’enrichir leur contenu avec des données et des statistiques qui étaient auparavant inaccessibles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !