•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canucks songent à s'entraîner aux États-Unis

Des joueurs patinent sous le regard de deux coéquipiers.

Les Canucks à l'entraînement

Photo : Canucks de Vancouver

La Presse canadienne

Les Canucks de Vancouver n'écartent pas la possibilité de déplacer leur camp d'entraînement aux États-Unis en raison de l'obligation pour les personnes arrivant au Canada d'être en quarantaine durant 14 jours.

Le directeur général Jim Benning a précisé que l'équipe n'avait que commencé à évoquer ce scénario. Il dit avoir parlé à des collègues d'autres équipes canadiennes au sujet des règles liées à la quarantaine et comment cela pourrait les placer dans une position désavantageuse.

C'est une sérieuse inquiétude, a dit Benning mercredi en conférence téléphonique. Nous sommes inquiets parce que nous parlons de 14 jours avant de commencer un camp d'entraînement exigeant pour participer à des matchs éliminatoires. En d'autres mots, nous demandons aux joueurs de rester à la maison et de ne pas effectuer les types d'entraînement qui leur sont nécessaires.

C'est quelque chose qui est hors de notre contrôle, c'est une règle gouvernementale, et nous allons la suivre, a continué le DG qui dit vouloir attendre quelques jours de plus pour voir si la situation changera.

Rien n'est parfait, poursuit Benning, mais nous voulons tirer le maximum de nos chances et trouver le meilleur moyen pour être prêts.

La Ligue nationale de hockey (LNH) a dévoilé mardi un format de tournoi éliminatoire réunissant 24 équipes, si la ligue peut reprendre le collier. Les camps d'entraînement ne commenceraient pas avant le 1er juillet.

Les Canucks figurent parmi les six formations canadiennes du circuit Bettman qui intégreraient les séries, les Sénateurs d'Ottawa faisant figure d'exception au pays. Les Britanno-Colombiens, 7es dans l'Ouest, croiseraient le fer avec le Wild du Minnesota, 10e, au tour de qualification.

Blashill bien en selle à Détroit

Le directeur général des Red Wings de Détroit, Steve Yzerman, ne congédiera pas l'entraîneur-chef Jeff Blashill malgré une autre saison décevante.

Yzerman a indiqué aux journalistes mercredi que son plan de garder Blashill derrière le banc, annoncé précédemment, n'avait pas changé. En cinq campagnes à Détroit, sa fiche est de 153-194-52.

Les Red Wings n'ont récolté que 17 victoires en 71 rencontres cette saison. Toutes les équipes de la LNH ont enregistré au moins 23 points de plus que Détroit.

Yzerman avait décidé de garder Blashill en poste quand le membre du Temple de la renommée a regagné Détroit l'an dernier. Il lui a donné son appui tout au long d'une autre saison passée en reconstruction.

L'ancien DG des Red Wings Ken Holland avait offert une prolongation de contrat de deux ans à Blashill en avril 2019, liant l'entraîneur-chef à l'organisation jusqu'à la conclusion de la campagne 2021-2022. Cinq semaines plus tard, Holland avait été embauché par les Oilers d'Edmonton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports