•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Félix Auger-Aliassime inscrit au tournoi organisé par Patrick Mouratoglou

Le joueur de tennis lève le pouce vers le public après une victoire à Rotterdam.

Félix Auger-Aliassime

Photo : Getty Images / Dean Mouhtaropoulos

Félix Auger-Aliassime est de retour sur les terrains de tennis depuis environ deux semaines. Installé avec son équipe à l’Académie Mouratoglou, dans le sud de la France, le Québécois prépare une éventuelle reprise de saison en côtoyant à l’occasion d’autres vedettes de son sport, comme le Grec Stefanos Tsitsipas, 6e mondial, et le Russe Daniil Medvedev, 5e.

Mercredi, le Québécois a confirmé qu'il participerait à l'Ultimate Tennis Showdown, une compétition organisée à huis clos par l'entraîneur de renommée internationale Patrick Mouratoglou, qui entraîne notamment Serena Williams. Le tournoi se déroulera lors de cinq fins de semaine.

Auger-Aliassime ajoute son nom à une liste qui contient déjà ceux de David Goffin (10e), Benoit Paire (22e), Lucas Pouille (58e) et Fabio Fognini (11e). Le joueur de 19 ans abordera toutefois ce tournoi avec la mentalité de disputer des matchs d’entraînement selon son préparateur physique.

Ce sera une occasion de mettre en pratique ce sur quoi on travaille à l’entraînement avec des adversaires de très bonne valeur, explique Nicolas Perrotte à Radio-Canada Sports. On verra comment il se sent, mais on ne veut pas brûler les étapes. L’idée, ce n’est pas qu’il soit prêt maintenant, mais bien quand le circuit professionnel va se remettre en marche.

Tout le clan Auger-Aliassime a posé ses valises directement à l’Académie Mouratoglou, même si le Québécois réside habituellement à Monaco, à une quarantaine de kilomètres de là.

Tout le monde a subi un test négatif de dépistage de la COVID-19 à l’arrivée sur le site. Les employés portent un masque et tout le monde essaie de respecter les principes de distanciation physique.

Auger-Aliassime et son équipe sortent surtout de l’académie pour faire des courses et ont la possibilité de se cuisiner eux-mêmes leurs repas. Habiter sur les lieux de l’entraînement permet aussi une meilleure récupération entre les séances qui s’échelonnent parfois du matin au soir.

Un entraîneur vêtu de gris échauffe un joueur de tennis à l'aide d'un élastique.

Le préparateur physique Nicolas Perrotte active Félix Auger-Aliassime avant une séance d'entraînement à Madrid.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Pour Nicolas Perrotte, c’est aussi l’occasion d’échanger avec d’autres préparateurs physiques, sans toutefois montrer toutes ses cartes.

On discute en gardant en tête qu’on est quand même en concurrence, analyse Perrotte. On aborde des sujets super intéressants, sans entrer dans les détails de nos joueurs. On échange plutôt sur notre démarche plutôt que sur des exercices précis, comment bien travailler et faire passer notre message.

Et pendant tout ça, Perrotte garde les yeux sur Montréal et le Québec, en souhaitant que le centre national de Tennis Canada et les différentes académies de la province puissent reprendre leurs activités plus tôt que tard.

Des semaines de confinement fort utiles

Avant de profiter des conditions climatiques envieuses de cette région méditerranéenne, le Québécois a passé plusieurs semaines confiné à la résidence familiale à Montréal, où il ne pouvait frapper la balle jaune que sur un mur de bois installé dans la cour arrière.

Félix Auger-Aliassime joue au tennis en frappant la balle contre des panneaux de contreplaqué.

Félix Auger-Aliassime est lui aussi confiné. Il pratique son jeu contre un adversaire qui ne rate jamais : le mur.

Photo : Radio-Canada

Ces longues semaines n’ont toutefois pas été inutiles. Pour son préparateur physique, Nicolas Perrotte, ces mois sans tournois représentent aussi une occasion en or d’investir pour l’avenir.

Surtout avec un jeune de 19 ans, c’est une opportunité de développer les qualités physiques en profondeur, explique-t-il. Loin des terrains, il travaillait surtout ses qualités de puissance. Et là, on s’entraîne sur des choses plus spécifiques au tennis, notamment les déplacements.

Auger-Aliassime a donc été soumis à un cycle d’entraînement en puissance et en force, souvent difficile à intégrer à un calendrier annuel toujours très chargé. Sa morphologie et son poids n’ont toutefois pas changé.

On ne voulait surtout pas l’alourdir parce que ça peut être néfaste pour ses performances, précise Perrotte. Au tennis, il faut maximiser le rapport entre le poids et la puissance. On augmentait un peu la charge et on regardait s’il pouvait produire un peu plus de vitesse. En calculant ces deux paramètres, on peut dire qu’il a vraiment gagné en puissance, à la fois dans le bas et le haut du corps.

Un joueur de tennis, vêtu de gris, s'entraîne dans un gymnase sur un rameur sous la supervision d'un entraîneur.

Félix Auger-Aliassime s'entraîne à Monaco sous la supervision de son préparateur physique Nicolas Perrotte.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Courir plus vite et frapper plus fort ne sont toutefois pas des qualités suffisantes à elles seules pour gagner des matchs de haut niveau. Il faut maintenant transférer ces gains dans les habiletés plus fines et plus spécifiques au tennis.

C’est sur quoi travaille le jeune Québécois en ce moment. Pour que le transfert s’effectue, il doit jouer.

C’est comme s’il était en possession d’une voiture un peu plus puissante, mais il va falloir qu’il apprenne à la piloter et la conduire dans les virages avec dextérité. C’est pour ça qu’on se donne le temps et ça va être l’objectif des prochaines semaines.

Nicolas Perrotte, préparateur physique de Félix Auger-Aliassime

Nicolas Perrotte prépare les séances d’entraînement en collaboration avec Frédéric Fontang, l’un des deux entraîneurs tennis du Québécois avec Guillaume Marx. Les objectifs physiques et tennistiques doivent s’arrimer.

C’est pour cette raison que les deux vont préparer des séances intégrées dans lesquelles Auger-Aliassime travaillera à la fois les aspects physiques et techniques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Tennis

Sports