•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vote des joueurs dans la LNH : un retour au jeu imparfait, mais plutôt juste

L'amphithéâtre est vide depuis que la LNH a suspendu ses activités le 12 mars 2020.

L'aréna Scotia Bank, domicile des Maple Leafs de Toronto

Photo : The Canadian Press / Joshua Clipperton

Alexandre Gascon

La solution de la LNH pour le retour au jeu et son format à 24 équipes ne fait pas l’unanimité, mais le compromis trouvé est assez bien accueilli par les délégués syndicaux.

Ceux-ci relaient l’information à leurs coéquipiers vendredi et l’on devrait connaître le résultat du vote des joueurs d’ici la fin de la journée.

C’est sûr qu’il y a des équipes qui ne sont pas trop contentes, a expliqué un délégué syndical joint par Radio-Canada Sports.

Il n’y a pas de situation parfaite, mais c’est ce qui apparaît le plus juste. Il restait quand même une douzaine de matchs au moins à la plupart des équipes qui étaient encore dans la course. C’est dur de les écarter, a-t-il ajouté.

Parmi les échaudés, l’on peut croire que les Penguins, les Hurricanes et les Oilers ne trépignent pas d’enthousiasme à l’idée de donner une chance au Canadien, aux Rangers et aux Blackhawks, leurs adversaires théoriques, de secouer l’hébétude qui les ont caractérisés pendant de longs mois.

À l’inverse, voilà une occasion inespérée pour ces trois formations de bénéficier d’expérience éliminatoire en pleine reconstruction, quoique leurs prestations dans ce tournoi nouveau genre pourraient leur coûter cher à long terme en les privant d’une position avantageuse au repêchage.

Quand aura lieu le repêchage? Et comment? Quelle en sera la méthodologie?

Au diable donc les supputations. Il y a un mois, Brendan Gallagher confiait vouloir gagner à tout prix. Même si la formule est étriquée, qui crachera sur cette chance inespérée?

Je trouve qu’on préserve plus l’intégrité des séries éliminatoires en permettant à plusieurs équipes de se qualifier puisqu’il n’y a pas eu de fin de saison. C’est sûr qu’il y a des équipes comme Montréal et Chicago qui n’étaient plus vraiment dans le coup. C’est une belle occasion pour elles, a précisé notre homme.

Entre les lignes, on comprend que la présence de Montréal fait sourciller. Dans l’Est, toutes les équipes incluses dans ce tournoi éliminatoire figuraient à trois points ou moins d’une place dans les séries. La bande à Carey Price? Dix points. Dix points et 11 matchs à disputer…

Si la proposition est acceptée, il faudra ensuite que la ligue et l'Association des joueurs s'entendent sur les mesures de protection sanitaire.

Le format proposé par la ligue permet à 24 équipes de participer à un tournoi éliminatoire.

Les équipes seraient séparées en deux groupes de 12 pour chacune des associations. Les quatre équipes en haut des classements dans l'Est et dans l'Ouest obtiendraient des laissez-passer, tandis que les autres équipes s'affronteraient dans une série au meilleur des cinq matchs.

Les gagnants rejoindraient les autres équipes pour un tableau conventionnel à 16. Le Canadien affronterait les Penguins de Pittsburgh.

Ce format donne une chance à toutes les équipes, dit le représentant des joueurs des Hurricanes de la Caroline, Jordan Martinook. C'est du jamais vu, mais bon, au bout du compte, ça reste des séries éliminatoires à 16 équipes.

Il n'y aura pas de scénario parfait qui plaira à tout le monde, a ajouté Ryan Johansen des Predators de Nashville. Du moment que les gens peuvent s'entendre et accepter la décision qui sera prise, c'est ce qui compte.

Encore vague

Beaucoup de choses sont encore en discussion comme le repêchage, les villes où on jouerait, le démarrage de la phase 2, mais rien n’est décidé encore. C’est le vote dans un premier temps, a dit un représentant des joueurs.

Les restrictions sanitaires gouvernementales devront s’assouplir, et les joueurs reprendront graduellement l’entraînement dans la phase 2 du plan de la LNH. D’abord par petits groupes dans les installations de la LNH, que ce soit dans leur ville respective ou dans un quartier général prédéterminé. Puis, dans la phase 3, le camp d’entraînement se mettra en branle.

Le format proposé a l’avantage de ne pas forcer les joueurs à se séparer de leur famille pour une longue période dans la plupart des cas, sauf pour ceux qui atteindront le carré d’as.

La ligue prend ça en considération. Il y a beaucoup de joueurs qui ont de jeunes familles, de jeunes enfants, ce n’est pas évident. Mais on regarde pour louer des maisons qui seraient toutes désinfectées et donc d’avoir la possibilité d’amener ta famille avec toi pendant le temps que ça durera , a-t-il indiqué.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports