•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Courte piste : des épreuves de la Coupe du monde prévues à Montréal et Laval à l'automne

La Canadienne Alyson Charles devance ses poursuivantes.

Montréal et Laval sont prévues dans le calendrier préliminaire de compétitions de l'ISU en 2020.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Michel Chabot

Deux Coupes du monde de patinage de vitesse sur courte piste sont prévues au calendrier de l'Union internationale de patinage (ISU) l’automne prochain dans la région montréalaise.

Après Montréal du 6 au 8 novembre, c’est Laval qui accueillerait l’élite mondiale des patineurs la semaine suivante. Mais le calendrier n’est pas encore publié.

L’ISU est en train de finaliser ses ententes, explique Nathalie Lambert, présidente du Comité technique de l’ISU. Ce n’est simple pour personne en ce moment de finaliser quoi que ce soit. Il y a des enjeux d’assurances, de voyages et de sites. Présentement, Patinage de vitesse Canada ne peut pas garantir ces deux infrastructures.

Les deux amphithéâtres où les compétitions québécoises sont prévues, l’aréna Maurice-Richard et la Place Bell, sont effectivement utilisés à des fins humanitaires et de santé et il n’y a pas de glace en ce moment.

Tenir deux épreuves géographiquement rapprochées ainsi permettrait aux organisateurs de sécuriser l’environnement des athlètes.

Nathalie Lambert

Nathalie Lambert

Photo : The Canadian Press / JONATHAN HAYWARD

Ils pourraient loger dans le même hôtel et faire la navette, suggère Lambert, qui vient d’être nommée au sein d’un comité de travail, créé par l'ISU, pour évaluer tous les problèmes causés par le coronavirus.

Tu pourrais dire : "Ils entrent dans un hôtel, ils ne sortent pas de là. Ils sont comme dans une bulle." Ça, c’est envisageable. Ils auraient des contacts avec moins de monde.

Nathalie Lambert, présidente du Comité technique de l'ISU

Bien sûr, la grande question est de savoir si des compétitions internationales seront permises au Québec en 2020. Et on peut aussi se demander si cette discipline dans laquelle les patineurs se touchent pourra avoir lieu.

On ne peut pas courir avec un masque, estime celle qui travaille au sein de l'ISU depuis 10 ans. Il y a le besoin d’air, mais aussi on ne peut pas garantir que le masque ne bougera pas. Tu reçois une claque dans le visage et tu perds ton masque. Après ça, on fait quoi? On pénalise l’athlète qui a perdu son masque? On ne peut pas faire ça.

Quoi qu’il en soit, l’ISU se donne jusqu’à 10 semaines avant les dates prévues des compétitions pour les annuler ou les déplacer. Et la possibilité de les tenir à huis clos n’est pas exclue.

Si on apprend que ce sera impossible de voyager entre les continents avant 2021, on n’aura pas besoin d’attendre à 10 semaines avant les épreuves pour dire qu’il n’y aura pas de Coupes du monde avant Noël. La décision serait prise assez rapidement.

Nathalie Lambert, présidente du Comité technique de l'ISU

L’intention de la fédération internationale est toutefois de tenir une saison ou une partie de saison, quitte à créer des circuits à l’intérieur des continents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !