•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Les Finlandais rouvrent leurs arénas et visent une saison « normale »

Les joueurs sont regroupés sur la glace et soulèvent le trophée.

La Finlande, championne du monde en 2019

Photo : La Presse canadienne / Petr David Josek

BILLET - Alors que les dirigeants de Hockey Québec prévoient d'organiser une saison de hockey totalement atypique à compter de septembre en raison de la pandémie de la COVID-19, leurs homologues de la Fédération finlandaise de hockey (FFH) entretiennent l’espoir de pouvoir lancer leurs activités de 2020-2021 tout à fait normalement. Les arénas finlandais rouvriront même leurs portes à compter du 1er juin.

Au téléphone, le gérant des opérations hockey de la FFH, Pirkka Antila, ne semble pas trop préoccupé par l’impact que la COVID-19 exercera sur la prochaine saison.

Nous devons respecter les consignes que le Parlement et le Comité olympique finlandais nous donnent. Toutefois, pour l’instant, aucune de ces consignes ne s’étend au-delà du début du mois de juillet. Nous tentons donc de ne pas agir de façon alarmiste. Nous planifions la prochaine saison comme si de rien n’était, explique Pirkka Antila.

Cependant, en même temps, nous dressons une liste des entraves auxquelles nous pourrions faire face afin de pouvoir réagir et nous ajuster. Par exemple, nous voulons avoir un plan si une deuxième vague de COVID-19 devait survenir à compter de l’automne.

La réalité des Finlandais est bien différente de celle que vivent les Québécois. Ils ont déjà le regard tourné vers une possible deuxième vague de coronavirus parce qu’ils considèrent que la première vague tire à sa fin. Ce pays, qui compte quelque 5,6 millions d’habitants, n’a recensé que 6443 cas d’infection et 304 décès provoqués par la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Mardi, seulement 19 nouveaux porteurs du virus et un seul décès ont été enregistrés dans tout le pays, et tous ces cas émanaient de notre capitale, Helsinki, souligne Pirkka Antila


Elles lèvent les bras en triomphe.

Des joueuses finlandaises

Photo : Getty Images / AFP/Mikko Stig

C’est dans ce contexte qu’après une pause de deux mois et demi, les arénas finlandais ouvriront leurs portes à compter du 1er juin prochain et que les hockeyeurs pourront entreprendre leur entraînement estival.

Présentement, les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits en Finlande. Mais à compter du 1er juin, cette limite sera rehaussée à 50 personnes. Ça nous permettra donc de recommencer à réunir des groupes de 20 joueurs et plus sur la patinoire, dit le représentant du hockey finlandais.

Malgré le fait que la situation soit maîtrisée dans ce pays, le retour sur les patinoires se fera sous des conditions assez strictes, notamment :

  • Les groupes d’entraînement ne pourront être modifiés. On ne pourra y ajouter de nouveaux membres au fil des semaines.
  • Un joueur ne pourra être forcé de participer aux séances d’entraînement et ses absences ne pourront modifier son appartenance à l’équipe.
  • La circulation dans l’aréna devra se faire de manière à ce que les joueurs qui accéderont à la patinoire n’aient pas à croiser le groupe précédent.
  • Les exercices qui ne sont pas techniques et spécifiques au hockey (le conditionnement physique, par exemple) devront se faire à l’extérieur.
  • Les contacts physiques seront permis selon Pirkka Antila, mais les exercices comportant spécifiquement des contacts physiques devront être évités.
  • Les joueurs devront se laver les mains en entrant et en sortant de l’aréna.
  • Chaque joueur devra apporter sa propre serviette et sa propre bouteille d’eau.
  • Interdiction de cracher.
  • Interdiction de toucher à l’équipement des autres joueurs.
  • Les bas et les sous-vêtements devront être lavés à l’eau chaude après chaque séance et le reste de l’équipement devra être bien séché.
  • Les joueurs devront se présenter tout juste avant le début de la séance et partir immédiatement après.
  • Les joueurs devront se présenter à l’aréna déjà vêtus d’une partie de leur équipement et devront, autant que possible, prendre leur douche à la maison. Si la douche est prise à l’aréna, chaque joueur devra être muni de son propre shampooing et de son propre savon.
  • Un espace sécuritaire de deux mètres devra être respecté entre les joueurs au vestiaire.
  • Si un joueur présente des symptômes de la COVID-19, tout le groupe sera immédiatement placé en quarantaine tant que le joueur symptomatique n’aura pas produit de tests négatifs.

De jeunes joueurs écoutent leur entraîneur.

Des joueurs de tous les niveaux s'entraînent ensemble en Finlande.

Photo : Radio-Canada

Le grand déconfinement du 1er juin marquera aussi le début de la saison des sports d’été en Finlande. La saison de soccer mineur et adulte se mettra donc en branle, et Pirkka Antila pense que l’expérience vécue par les participants des autres disciplines permettra à la FFH de peaufiner son plan en vue de la prochaine saison.

Pour nos ligues de hockey de haut niveau, les camps d’entraînement commencent généralement en août, dès le retour des vacances du mois de juillet. Nous compléterons donc notre planification de la prochaine saison d’ici le début de juillet, révèle Antila.

Jusqu’à présent, les Finlandais ne prévoient pas modifier les règles de jeu. Mais encore une fois, leur réalité en matière de santé publique diffère de la nôtre.

Au Québec, les consignes gouvernementales ont notamment forcé Hockey Québec à planifier une saison où toutes les équipes, à tous les niveaux, seraient composées de 6 à 8 joueurs qui disputeraient du hockey de type 3 contre 3 ou 4 contre 4. Les déplacements seraient limités et le hockey compétitif serait pour ainsi dire aboli jusqu’à ce que la situation revienne à la normale.

Si nos équipes U-11 ou U-12 disputent des matchs à 3 contre 3, ce ne sera pas en raison de la pandémie. Les U-11 jouent déjà la moitié de leurs matchs à 3 contre 3 sur des demi-glaces, et les U-12 disputent le tiers de leurs rencontres dans ces conditions.

Nous n’envisageons pas de changement aux règles, mais nous sommes prêts à faire tout ce qui sera possible pour permettre aux enfants de jouer au hockey. C’est leur expérience sportive qui compte avant tout. Si on nous demande d’interdire aux parents de franchir les portes des arénas pour minimiser les risques, nous le ferons, conclut Pirkka Antila.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports