•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle structure pour l'Association des joueuses de hockey féminin

Les joueuses forment deux rangs.

Photo d'équipe lors du Dream Gap Tour

Photo : Twitter/@MagellanCorp

Associated Press

L’Association des joueuses professionnelles de hockey féminin (PWHPA) entame sa deuxième année d’existence avec une nouvelle structure régionale en désignant cinq villes nord-américaines dans lesquelles les hockeyeuses seront basées.

La PWHPA a annoncé mercredi que des groupes de 25 joueuses s’entraîneront à Montréal, à Toronto, à Calgary, au Minnesota et au New Hampshire. Des arénas, où elles auront accès à des vestiaires, à des salles de musculation et de conditionnement physique, ont été trouvés. Elles y seront également encadrées par des entraîneurs et des employés de soutien.

Les joueuses avaient exprimé le souhait de pouvoir se regrouper dans des centres régionaux au cours de la première année d’existence de leur syndicat

Cette structure leur permettra désormais de s’entraîner, de disputer des matchs préparatoires et de prendre part au Dream Gap Tour pour la deuxième fois. Les détails de cette tournée de six à huit villes n’ont cependant pas encore été dévoilés.

L’année dernière, l’association des joueuses était dispersée dans huit villes et les groupes étaient souvent trop peu nombreux pour que des entraînements complets soient organisés, sans parler du nombre insuffisant de rencontres possibles.

La nouvelle structure procure un environnement d’entraînement plus professionnel et plus stable, ce qui nous permettra de présenter du hockey féminin du meilleur niveau chaque jour, a dit dans un communiqué la présidente du conseil d’administration de la PWHPA, Kendall Coyne.

L’association des joueuses a été créée il y a un an à la suite de la dissolution de la Ligue canadienne de hockey féminin qui était composée de six équipes.

La PWHPA compte 200 membres, notamment des joueuses des équipes nationales canadiennes et américaines qui ont refusé de se joindre à la Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) aux États-Unis.

Insatisfaites des limites financières de la NWHL, qui est tributaire d’investissements privés, les membres de la PWHPA veulent plutôt créer leur propre ligue avec un modèle économique durable.

Il y a quelques semaines, la NWHL a annoncé qu’une sixième équipe s'ajouterait la saison prochaine, soit celle de Toronto.

Les 25 joueuses qui feront partie de cette formation seront toutes issues de la région de la Ville Reine. Elles seront choisies à la suite de camps d’évaluation.

En nous concentrant dans cinq villes, nous aurons la chance de donner de meilleures ressources à nos joueuses de ces régions, a déclaré Jayna Hefford, membre de la direction de la PWHPA.

C'était pour nous une priorité que d’augmenter notre implication et de fournir des ressources additionnelles afin que nos athlètes se développent et qu’elles jouent au plus haut niveau. Ça ne veut pas dire que nous sommes rendues là où nous devons et voulons être, mais notre objectif est de procurer l’expérience la plus professionnelle possible.

Jayna Hefford, membre de la direction de la PWHPA

Les membres de la PWHPA ne sont pas payées, mais leurs frais de repas, de voyage et d’hébergement ont été assumés par des commanditaires, dont Budweiser, Secret, Adidas et Unifor.

L’association des joueuses a également obtenu l’appui de la Ligue nationale de hockey et de plusieurs équipes telles que les Maple Leafs de Toronto, les Coyotes de l’Arizona, les Flyers de Philadelphie et les Captals de Washington. Elles ont diffusé sur leurs sites Internet les deux dernières rencontres du Dream Gap Tour.

Et bien que la pandémie de la COVID-19 cause de l’incertitude sur le plan économique pour de nombreuses compagnies, Hefford soutient que la plupart sinon tous les partenaires continueront de soutenir les joueuses au cours de la prochaine saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey féminin

Sports