•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les recettes de Catherine Beauchemin-Pinard

Elle lève une fourchette couverte de pâtes.

Catherine Beauchemin-Pinard

Photo : Jasmin Beaudry

Catherine Beauchemin-Pinard a profité du confinement pour ressortir d'une boîte un vieux projet qui lui tient à cœur.

En 2016, son poids lui causait des soucis, au point de la rendre presque folle.

La judoka, qui aura 26 ans en juin, a voulu exorciser son mal, et s'est lancée dans la rédaction d'un livre de recettes de cuisine.

J’ai commencé à penser à ça avant les Jeux olympiques de 2016, dans le temps que j’étais dans les 57 kg et que je faisais beaucoup de régimes, confie-t-elle à Radio-Canada Sports.

Je me suis dit que ce serait le fun de faire un livre de recettes pour les athlètes des sports à catégorie de poids. Parce que c’est un peu inconnu, surtout quand tu es jeune. Tu ne sais pas trop comment ça fonctionne, comment faire le poids, quoi manger. Et beaucoup de jeunes ne mangent que des cannes de thon ou des barres protéinées. Tu peux tellement manger mieux que ça, et avoir du fun à manger même s’il faut que tu coupes du poids.

Depuis sa défaite à son premier combat aux Jeux olympiques de Rio, Catherine Beauchemin-Pinard a changé de catégorie de poids, et c'est chez les moins de 63 kg qu'elle tente de se qualifier pour les Jeux de Tokyo, reportés à l'été 2021.

Catherine Beauchemin-Pinard tape sur le clavier de son ordinateur.

Catherine Beauchemin-Pinard rédige son livre chez elle pendant le confinement.

Photo : Jasmin Beaudry

J’avais complètement arrêté après les Jeux parce que je faisais une trop grosse fixation sur la nourriture en fait, dans ce temps-là, rappelle-t-elle. Ma relation avec la nourriture n'était pas saine. Et j’ai voulu prendre mes distances et arrêter de penser à la nourriture.

J’avais peur de reprendre le projet, car j’avais peur de retomber dans certaines habitudes. Je dirais que j’avais des patterns avant, beaucoup de restrictions, beaucoup de problèmes alimentaires. Mais maintenant, je suis assez en contrôle pour la nourriture et je suis capable de recommencer ce projet-là qui me tient à cœur.

Catherine Beauchemin-Pinard

L'athlète montréalaise n'a donc plus les mêmes angoisses en raison de son poids, et sans laisser tomber l'idée du livre, elle l'a juste adapté et structuré.

Aujourd’hui, je relis ce que j’ai écrit et je me dis : "Ça non, j’aime moins ça ou je pense moins comme ça". J’ai donc tout refait mon livre parce que ma façon de penser envers la nourriture a un peu changé. Je fais moins de diètes parce que je suis dans les 63 kg.

Beauchemin-Pinard s'est vite rendu compte que son projet était immense. Elle se donne un an pour le réaliser.

En ce moment, j’y consacre de deux à trois heures par jour. C’est beaucoup plus de travail que je pensais. Ça fait un mois que je travaille dessus. Il avance tranquillement, mais sûrement. Et je cuisine beaucoup pour tester les recettes.

Catherine Beauchemin-Pinard

Aujourd’hui, je veux faire plus un livre qui est axé sur une saine alimentation, car tu peux bien manger tout en faisant un sport à catégorie de poids. Mais il y a une limite à respecter, combien de poids tu prends, combien de poids tu perds à chaque fois aussi. Je prenais et je perdais beaucoup de poids avant, aussi, précise-t-elle en riant.

Elle projette sa rivale au sol.

Catherine Beauchemin-Pinard lors des Championnats canadiens élite 2019 à Montréal

Photo : RAFAL BURZA / Judo Canada (rafalburza@yahoo.com)

Son livre est donc divisé en quatre parties.

L'introduction est un peu sur moi, ce que j’ai vécu par rapport aux régimes. La deuxième partie est sur les astuces, les trucs pour, par exemple, rendre les recettes moins grasses, faire une vinaigrette avec peu d’huile, des choses comme ça, les machines que j’utilise à la maison pour couper et râper des légumes, les modes de cuisson avec la mijoteuse. La troisième partie, c’est plus sur les recettes pour déjeuner, dîner, souper et les collations.

Puis, la dernière partie, c’est vraiment concentré sur les pertes de poids, le sport, l’alimentation pour le sport, comment faire une déshydratation qui est saine parce que dans tous les sports à catégorie de poids, les athlètes font une déshydratation avant la pesée. Comment contrôler son poids, les plans alimentaires, la relation avec la balance, toutes ces choses qui me viennent en tête, que j’ai apprises durant toutes ces années et que je peux partager.

La médaillée d'argent des Jeux panaméricains à Toronto, en 2015, ne travaille pas de façon linéaire. Elle passe d'une partie à l'autre en fonction des sujets, des recettes, de sa collaboration avec la nutritionniste Catherine Naulleau et des informations qu'elle trouve sur Internet.

La première partie est pas mal finie, dit-elle. J’ai déjà toutes les recettes que je veux mettre dedans. Il faut juste que j’écrive comment les préparer. J’ai toutes les listes d’ingrédients de pas mal toutes les recettes, mais je n’ai pas encore écrit la préparation à côté. Je fais pas mal la partie trois et quatre, tout ce qui est trucs et astuces, il faut aussi que je décrive l’alimentation du sport.

Elle regarde des images de plats sur son ordinateur.

Catherine Beauchemin-Pinard

Photo : Jasmin Beaudry

Catherine Beauchemin-Pinard sait qu'une fois la saison recommencée, et le compte à rebours reparti, elle aura beaucoup de temps pour écrire.

Après le confinement, j’aurai fait une grande partie, mais je vais continuer après plus tranquillement. Durant les voyages, ça va m’occuper les journées de pesée ou les jours de repos à l’hôtel.

La judoka sait parfaitement qu'elle disposera d'une belle fenêtre pour publier son oeuvre avant les Jeux olympiques de Tokyo. Encore faut-il qu'elle trouve une maison d'édition?

Je ne veux pas me mettre trop de pression, admet-elle. Donc, j’avance mon livre. Et quand il sera assez avancé, je vais peut-être chercher pour un éditeur. Envoyer des questions et voir les réponses.

J’aimerais finir le livre avant les Jeux de 2021. Et ce sera un bon timing de le sortir avant les Jeux. Je pourrais avoir une belle ouverture pour en parler et pour que le monde le découvre.

Catherine Beauchemin-Pinard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Judo

Sports