•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sebastian Vettel et Ferrari se séparent

Il lève le poing droit.

Sebastian Vettel

Photo : Getty Images / Mark Thompson

Radio-Canada

Sebastian Vettel quittera Ferrari à la fin de la saison 2020, qui ne s'est toujours pas amorcée en raison de la pandémie.

L'écurie italienne a donc confirmé mardi ce que rapportait le quotidien allemand Bild, la veille.

Le contrat de Vettel expire à la fin de 2020 et l'équipe a fait savoir que la décision avait été prise par consentement mutuel des deux parties.

Le pilote allemand a expliqué que, pour obtenir les meilleurs résultats en course automobile, il fallait un travail en harmonie parfaite.

Ferrari et moi avons réalisé que ce n'était plus un désir commun de notre part de rester ensemble au-delà de la fin de la présente saison, a-t-il dit.

Mon but dans l'immédiat est de finir mon séjour chez Ferrari avec d'autres bons moments, qui s'ajouteront à ceux que nous avons déjà vécus.

Il a ajouté que la question du salaire n'avait joué aucun rôle dans la décision. Vettel demandait apparemment un renouvellement à long terme de son contrat, ce que Ferrari lui aurait refusé.

Le pilote Ferrari Sebastian Vettel traverse la ligne d'arrivée sous le drapeau à damier pour remporter le Grand Prix du Canada, à Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sebastian Vettel remporte le Grand Prix du Canada, à Montréal, en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Cela a été un immense honneur pour moi d'être ton coéquipier, a écrit Charles Leclerc sur les réseaux sociaux. Nous avons eu des moments tendus sur la piste.

Certains très bons et d'autres qui ne se sont pas terminés comme nous le voulions, mais il y a toujours eu du respect, même s'il n'était pas perçu de cette façon de l'extérieur, a précisé le Monégasque. Je n'ai jamais autant appris qu'avec toi en tant que coéquipier.

Charles Leclerc fait entre autres référence à leur accrochage incompréhensible du Grand Prix du Brésil sur le circuit de Sao Paulo.

Parmi les images de Vettel en combinaison rouge qui resteront gravées, il y a celle du Grand Prix du Canada de 2019.

S'estimant lésé par une décision de la direction de course, Vettel avait de façon spectaculaire « retiré » la victoire à Lewis Hamilton de Mercedes-Benz dans l'aire d'arrivée.

Il tient celui avec le no 2 dans ses mains.

Sebastian Vettel intervertit les panneaux à l'arrivée du Grand Prix du Canada.

Photo : Getty Images / Dan Istitene

Des victoires, mais pas de titre

L'Allemand de 32 ans s'est joint à la Scuderia en 2015 après avoir été sacré champion du monde à quatre reprises avec l'équipe Red Bull, de 2010 à 2013. De ses 53 victoires en F1, 14 l'ont été en rouge.

Mais il n'a pas remporté le titre. Il a terminé au 2e rang du classement des pilotes en 2017 et en 2018, toujours derrière Hamilton.

Les deux pilotes discutent après les qualifications du Grand Prix du Canada, à Montréal.

Sebastian Vettel et Lewis Hamilton

Photo : Getty Images / Mark Thompson

En 2019, il a dû se contenter de la 5e place, derrière son jeune et nouveau coéquipier, Charles Leclerc.

En début d'année, le patron de l'équipe Ferrari, Mattia Binotto, avait souligné à plusieurs reprises que Vettel était la première option pour l'équipe. Selon la presse spécialisée, l'Allemand aurait refusé deux offres.

Cela a été une décision difficile à prendre, compte tenu des qualités de Sebastian comme pilote et comme homme, a expliqué Mattia Binotto. Nous nous sommes simplement rendu compte que nous étions arrivés au bout de notre route commune.

Sebastian a fait une contribution significative, avec ses 14 victoires. C'est lui qui a marqué le plus de points pour Ferrari. Je tiens à saluer ses grandes qualités humaines et son professionnalisme.

Un volant convoité

À première vue, la porte de Maranello s'ouvre pour Lewis Hamilton. Mais la presse spécialisée avance deux noms qui font partie de la courte liste de Ferrari.

Il y a l'Espagnol Carlos Sainz fils, actuellement chez McLaren, et l'Australien Daniel Ricciardo, actuellement chez Renault.

Daniel Ricciardo (à droite) parle à Lewis Hamilton lors d'une rencontre de presse.

Daniel Ricciardo (à droite) parle à Lewis Hamilton lors d'une rencontre de presse.

Photo : Getty Images / Clive Mason

Un échange entre Ferrari et McLaren est tout à fait envisageable, car l'équipe britannique retrouvera la famille Mercedes-Benz en 2021 dans un partenariat de motorisation, et le constructeur allemand pourrait se laisser tenter.

De plus, le directeur sportif de McLaren est l'Allemand Andreas Seidl. Les deux hommes se connaissent bien, puisqu'ils ont travaillé ensemble au sein de l'équipe BMW Sauber.

Quant à Ricciardo, il s'était fait remarquer en 2014 dans la Red Bull en battant Sebastian Vettel sur la piste et au classement.

L'Australien avait remporté le premier Grand Prix de F1 de sa carrière à Montréal, et il avait fini la saison en 3e place du championnat, avec 3 victoires, 8 podiums et 71 points de plus que Vettel.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !