•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les partisans de retour dans les stades de Taïwan vendredi

Il vérifie l'espace entre les sièges.

Le maire de New Taipei (manteau bleu) était présent au stade Xinzhuang pour le match entre les Guardians et les Lions.

Photo : Getty Images / Gene Wang

Michel Chabot

Les partisans pourront retourner dans les stades de baseball à Taïwan vendredi, puisque les restrictions pour lutter contre la pandémie ont été assouplies.

Mille personnes seront autorisées à chaque match de la Ligue chinoise de baseball professionnel (CPBL). Les spectateurs qui auront acheté les billets se verront désigner des sièges espacés les uns des autres d’au moins un mètre. Ils devront aussi porter un masque.

La dernière rencontre à huis clos jeudi, entre les Fubon Guardians et les Rakuten Monkeys au stade Taoyuan, a été précédée d’une cérémonie protocolaire regroupant la Garde d’honneur de l’armée et de nombreux soldats qui ont contribué à la lutte contre le coronavirus.

Un beau spectacle, dit Richard Wang, descripteur des matchs en anglais de la CPBL pour Fox Sports. C’était un moment émouvant qui venait clore les temps difficiles que nous avons traversés. Un grand drapeau a été déroulé sur le terrain pendant l’hymne national. Il n’y avait pas de spectateurs, mais nous avons diffusé la cérémonie à la télévision. Il s’agissait d’un beau geste de la ligue pour remercier les soldats de leur travail de prévention depuis le début de la pandémie.

Le drapeau de Taïwan a été déroulé sur le terrain durant l'hymne national.

La cérémonie protocolaire avant la rencontre

Photo : Richard Wang

Une cérémonie semblable sera organisée vendredi au stade Taichung lorsque les Guardians accueilleront les Yuni Lions devant public cette fois.

Ce sera très excitant, un peu comme un deuxième match inaugural, s’exclame Wang.

Les joueurs se réjouissent du retour des amateurs dont l’absence leur semblait contre nature.

Un joueur m’a dit que jouer dans un stade vide, c’est comme regarder la télévision sans le son. Ce n’est pas le baseball qu’ils connaissent. Mais les gérants insistent auprès des joueurs pour qu’ils se concentrent davantage sur le jeu et je crois qu’il y a eu une amélioration à ce niveau. Mais nous avions tous hâte que les partisans reviennent et nous serons contents de les revoir.

Richard Wang, descripteur, Fox Sports

Le baseball est le sport national à Taïwan et les rencontres réunissent normalement de 5000 à 7000 spectateurs. Ce retour aux sources fera aussi grand bien à la population.

Les partisans seront heureux de revenir dans les stades, estime Richard Wang. Ils ne pouvaient voir les rencontres qu’à la télévision depuis un mois. Ils auront beaucoup de plaisir. Ce sera comme une célébration, un retour à la vie normale. Mais nous disons quand même aux gens d’être prudents et de ne pas perdre la tête parce que ce n’est qu’un début. Il y aura 1000 personnes et, dans deux ou trois semaines, peut-être qu’il y en aura 2000. Ils doivent aussi être conscients que la pandémie n’est pas terminée. Il faut faire attention et continuer de se protéger.

Il est seul à son bureau au-dessus du terrain.

Richard Wang, descripteur des matchs de la CPBL

Photo : Richard Wang

Lutte efficace contre la COVID-19

D'autres ligues de baseball du monde entier étaient toujours suspendues, le mois dernier, lors du début des matchs dans les stades vides à Taïwan.

La ligue sud-coréenne a relancé ses activités cette semaine, également à huis clos.

La CPBL, qui compte cinq équipes à Taïwan, interdisait l'entrée aux spectateurs par crainte de propagation du virus dans des lieux restreints et hautement fréquentés.

Taïwan, dont la population s'élève à près de 24 millions d'habitants, ne comptait jeudi que 6 morts liées à la COVID-19 sur un total de 440 cas.

Nous en sommes très fiers, dit Wang. Le gouvernement a réagi rapidement et les citoyens collaborent bien. Nous comprenons que nous formons une seule équipe dans cette lutte. Nous avons tellement souffert du SRAS il y a 17 ans. Sans cet épisode de 2003, nous n’aurions pas eu un système aussi efficace cette fois-ci. Comme on le dit ici, tous ces gens qui ont perdu la vie à l’époque ne sont pas morts en vain. Nous avons souffert, mais nous avons appris.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Baseball

Sports