•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Agence mondiale antidopage veut plus d'argent

Il est en mêlée de presse à Montréal.

Witold Banka, président de l'AMA

Photo : Getty Images / AFP/Sébastien St-Jean

La Presse canadienne

Au moment où les sports sont paralysés et que peu de tests sont effectués, le président de l'Agence mondiale antidopage (AMA) cherche à convaincre les gouvernements de hausser leur financement dans la lutte contre les tricheurs.

Partout dans le monde, les tests antidopage sont presque complètement immobilisés en raison des restrictions liées au confinement. Cela force les responsables de l'antidopage à trouver d'autres méthodes pour prendre les tricheurs en défaut. Ce qui se traduit par une plus grande attention accordée aux enquêtes ainsi que des analyses des données des athlètes couvrant une plus longue période de temps.

Dans une entrevue accordée à l'Associated Press, Witold Banka a déploré le budget de 36 millions de dollars américains en 2019, qui apparaît ridicule et qui est inférieur à celui d'une petite équipe de soccer, a-t-il déclaré.

Selon lui, il est important de faire tout ce qu'il est possible pour augmenter le budget lié aux politiques antidopage. De son côté, il va tenter de convaincre les gouvernements de faire une contribution additionnelle aux enquêtes, à la science et aux projets éducatifs.

L'ancien ministre polonais des Sports et du Tourisme veut également demander des sommes additionnelles aux commanditaires sportifs et au Comité international olympique en raison de la pandémie.

En tenant compte du budget de l'organisation, mentionne M. Banka, l'AMA se trouve dans une situation très stable.

(La pandémie) ne nous a pas nui, il s'agit d'une vraiment bonne situation. Mais je pense à l'avenir, je veux que l'AMA soit plus forte qu'aujourd'hui. Nous avons d'excellents experts et je suis sûr qu'avec un budget plus imposant, nous pouvons faire un bon travail dans d'autres aspects et être plus forts.

Reprise imminente des contrôles de dépistage en Russie

Le directeur général de l'Agence russe antidopage (RUSADA) ,Yuri Ganus, a déclaré mercredi que la reprise des tests antidopage s'effectuera à compter du 10 mai, avec une approche équilibrée, sélective et ciblée. L'agence tentera de rattraper le temps perdu en raison de cet arrêt prolongé causé par la COVID-19.

Les tests antidopage ont été suspendus à la fin du mois de mars lorsque le président russe Vladimir Poutine a demandé à tous ceux et celles ne travaillant pas dans les services essentiels de demeurer à leur domicile.

Ganus assure que, pendant cette pause, tout le travail d'une agence nationale antidopage a été effectué, sauf les tests.

Pratiquement tout le domaine de l'antidopage a été paralysé pendant la pandémie. Cela soulève la crainte que certains athlètes puissent en tirer profit en trichant.

La RUSADA a fourni à ses employés des lingettes désinfectantes et des masques avant l'arrêt de ses activités, en plus d'offrir aux sportifs devant être testés de porter un masque pendant la procédure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Dopage

Sports