•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Duvernay-Tardif prête main-forte en CHSLD

Il est à Tout le monde en parle.

Le footballeur Laurent Duvernay-Tardif

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Radio-Canada

Laurent Duvernay-Tardif n'a pas voulu mettre de l'avant qu'il avait commencé à travailler dans un CHSLD du Haut-Richelieu, mais la nouvelle s'est ébruitée dimanche.

L'agent du joueur de ligne offensive des Chiefs de Kansas City, Sasha Ghavami, a confirmé la nouvelle à Radio-Canada Sports, tout en précisant que son client ne souhaitait pas commenter publiquement l'information.

Laurent Duvernay-Tardif a obtenu son doctorat en médecine de l'Université McGill en mai 2018. Le gagnant du dernier Super Bowl est le seul joueur actif à posséder un tel diplôme.

Je suis diplômé de médecine, mais je n’ai pas encore commencé ma résidence, donc je suis un petit peu dans une zone grise. La meilleure façon pour moi d’aider en ce moment, c’est de promouvoir les messages de santé publique, avait-il soutenu au début du mois d'avril.

Dans une entrevue qu'il a accordée à Sports Illustrated, Laurent Duvernay-Tardif explique qu'il a été interpellé par la campagne de recrutement pour des travailleurs de la santé en CHSLD, laquelle ciblait notamment les étudiants en médecine ou en soins infirmiers.

Le Québécois a informé les Chiefs de sa décision d'aller sur le terrain, pour s'assurer que son contrat le lui permettait. Ils ont été incroyables, a-t-il confié à Sports Illustrated. Ils sont fiers de moi, que je veuille aider. Ils m'ont dit qu'ils m'appuyaient.

Des félicitations du premier ministre

L'engagement des personnes qui, comme Duvernay-Tardif, se sont portées volontaires pour travailler dans les CHSLD n'est pas passé inaperçu. Dans son point de presse quotidien, lundi, le premier ministre du Québec François Legault a salué leur contribution.

Il y avait des noms plus connus que d’autres – je pense, entre autres, à Joannie Rochette, qui était patineuse et qui a étudié en santé, à notre fameux gagnant du Super Bowl Laurent Duvernay-Tardif, a souligné le premier ministre Legault. Ces deux-là, avec des centaines d’autres, acceptent de venir travailler dans nos CHSLD, même si c’est difficile. C’est comme un poids qui s’enlève de mes épaules de voir qu’enfin, on est en train de combler tous les postes et de reprendre le contrôle dans nos résidences pour aînés. Ça me touche beaucoup.

Le premier ministre a affirmé lundi que quelque 11 000 personnes avaient donné leur nom, au cours du seul week-end dernier, pour travailler à temps plein dans un CHSLD.

Laurent Duvernay-Tardif a commencé à travailler en CHSLD le 24 avril, a-t-il confié au magazine, après avoir suivi une formation en accéléré sur les mesures de protection et l'équipement de travail. Il effectue des tâches de préposé aux bénéficiaires et aide aussi les infirmières dans leur travail auprès des patients.

Il y a tellement de choses à faire quand on visite un patient : il faut bien porter son masque, la visière et les gants après s'être lavé les mains. J'étais responsable d'un chariot de médicaments, en prenant soin d'administrer les bonnes doses et de manipuler l'équipement avec soin, a-t-il raconté à propos de sa première journée. J'étais épuisé à mon retour à la maison, mais j'avais hâte d'y retourner.

Le footballeur devait retrouver ses coéquipiers des Chiefs pour le camp printanier le 20 avril, mais tout est sur la glace en ce moment, d’autant plus que les déplacements non essentiels vers les États-Unis sont interdits.

Il fait partie d'un comité mis sur pied par la NFL pour évaluer les différents scénarios pour la tenue de matchs, et les mesures de sécurité à prendre le cas échéant, a-t-il confié à Sports Illustrated. La façon dont les équipes s'entraînent et dont elles pourront se déplacer pour des matchs fait partie des discussions de ce groupe.

Avec d’autres personnalités publiques, Laurent Duvernay-Tardif est l'une tête d’affiche de la nouvelle plateforme Fais d’quoi, qui vise à stimuler les jeunes qui n’ont plus d’école pour encadrer leurs journées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !