•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Aucune chance » de remettre les JO de nouveau, selon le comité organisateur

Il s'adresse à une foule.

Yoshiro Mori

Photo : Getty Images / Matt Roberts

Agence France-Presse

Les Jeux olympiques de Tokyo, reportés à l'été 2021 à cause de la pandémie de la COVID-19, ne pourront pas être encore remis à plus tard, a prévenu jeudi le président du comité organisateur.

Le président du comité Yoshiro Mori a ajouté sa voix à celle de son porte-parole en estimant qu'il n'y avait aucune chance que les Jeux olympiques et paralympiques puissent être reportés au-delà de la date désormais prévue, avec une ouverture le 23 juillet 2021, selon des propos rapportés par l'agence de presse japonaise Kyodo News.

En pensant tant aux athlètes qu'aux problèmes pour l'organisation, il est techniquement difficile de reporter de deux ans, a-t-il assuré M. Mori.

Il a précisé que la question d'un report de deux ans avait été initialement posée au premier ministre japonais Shinzo Abe, mais que ce dernier a décidé que la voie à suivre était un report d'un an.

Après avoir assuré pendant plusieurs semaines que les Jeux de Tokyo se tiendraient en temps et en heure, le Japon et le Comité international olympique (CIO) s'étaient résolus fin mars à remettre d'un an les JO, sous la pression des athlètes et des associations sportives de certains pays.

Si les organisateurs veulent en faire un symbole de la résilience du monde face à la pandémie, la question d'un report plus long a commencé à être soulevée. En début de semaine, un expert japonais, critique de la manière dont le pays gère l'épidémie, s'est ainsi dit pessimistequant à la tenue des Jeux en 2021.

Honnêtement, je ne pense pas qu'il soit probable que les Jeux olympiques aient lieu l'an prochain, avait déclaré lundi Kentaro Iwata, professeur au Département des maladies infectieuses de l'Université de Kobe, au cours d'une conférence de presse en ligne.

La bonne tenue de la grand-messe du sport mondial nécessiterait que le Japon et le reste du monde soient venus à bout de la maladie d'ici là, avait-il insisté.

Le report des Jeux représente un immense défi logistique pour les organisateurs et devrait entraîner d'importants coûts supplémentaires, dont la répartition entre le comité d'organisation et le CIO n'a pas encore été décidée.

Yoshiro Mori, cité par Kyodo News, a notamment estimé que les cérémonies d'ouverture et de clôture pourraient être considérablement revues afin d'en réduire les coûts, ajoutant qu'elles devraient intégrer un message en rapport avec la crise actuelle.

Dépassement des coûts

Le comité organisateur japonais et le CIO n'ont toujours pas révélé combien coûtera le report des Jeux de Tokyo d'un an. Les premières évaluations au Japon faisaient état d'un coût variant entre 2,8 et 8,4 milliards de dollars.

Il est très probable que notre budget initial soit revu à la hausse, a d'abord évoqué le président et chef de la direction du comité organisateur Toshiro Muto.

Il a précisé que le coût précis du report est encore inconnu, mais nous procéderons avec transparence et expliquerons le détail des coûts supplémentaires aux contribuables japonais.

Le gouvernement municipal de Tokyo, le comité organisateur et le Comité olympique japonais sont obligés, en vertu du contrat entre le CIO et la ville hôtesse qui a été ratifié en 2013, d'absorber l'essentiel des coûts.

Le Japon, à l'instar de nombreux pays, pourrait être plongé dans une profonde récession l'an prochain, à cause de la pandémie. Le Japon a officiellement dépensé jusqu'ici 12,6 milliards pour l'organisation des JO, mais un rapport du bureau du vérificateur général publié l'an dernier prétend que ce serait au moins le double de ce montant.

Tous ces coûts sont épongés par les contribuables japonais, sauf 5,6 milliards qui proviendraient du secteur privé.

Le CIO, dont le siège social est situé en Suisse, a versé 1,3 milliard, et il ne devrait guère en offrir davantage. Ses revenus, tirés du dernier cycle olympique de quatre ans, sont estimés à 5,7 milliards.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !