•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ligue nationale de hockey féminin s'installe à Toronto

Des gens patinent.

La place Nathan Philipps et l'hôtel de ville de Toronto

Photo : Radio-Canada / David Donnelly/CBC

La Presse canadienne

La Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) a annoncé mardi l'arrivée d'une première équipe au Canada, à Toronto, dès la saison 2020-2021.

Déjà, la semaine dernière, des rumeurs d'une prochaine expansion commençaient à circuler.

L'équipe, qui n'a pas encore de nom, a été mise sur pied par un groupe d'investisseurs dirigé par l'ancienne capitaine de l'équipe universitaire de Harvard Johanna Boynton.

Présenter notre première équipe canadienne est un moment très important pour la ligue, a dit le fondateur et commissaire de la NWHL, Dani Rylan.

L'équipe a déjà fait signer des contrats à cinq joueuses, soit l'attaquante Taylor Woods, les défenseuses Kristen Barbara, Emma Greco et Shiann Darkangelo ainsi que la gardienne Elaine Chuli. Darkangelo est la seule Américaine de ce groupe de joueuses qui ont toutes porté dans le passé les couleurs d'une formation de la défunte Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).

Barbara a notamment remporté la Coupe Clarkson, remise à l'équipe championne de la LCHF, avec le Thunder de Markham en 2018.

Il y aura donc maintenant six équipes dans la NWHL créée en 2015, et qui devient nord-américaine, un an après la disparition de la Ligue canadienne de hockey féminin.

D'ailleurs, cette annonce vient en quelque sorte contrecarrer les plans de plus de 200 joueuses qui avaient décidé de faire front commun en ne se joignant pas à la NWHL en 2019 afin d'améliorer le sort du hockey féminin avec une ligue viable.

On le savait depuis un petit bout qu’ils allaient faire ça. On a eu des conversations avec eux, a dit Karell Émard, porte-parole de l'Association des joueuses (PWHPA). Ils ont déjà essayé de venir ici à Montréal. C’est comme s’ils avaient jeté l’hameçon et personne n’a pris à leur game. C’est pour ça qu’ils ont décidé de commencer à Toronto. Il y a un bassin de hockey féminin qui est un peu plus grand aussi.

Ce n’est pas nous contre eux, a poursuivi l'ancienne joueuse des Canadiennes. C’est deux ligues qui peuvent coexister, simplement comprendre qu’elles sont à différents niveaux. Du côté masculin, il y a beaucoup de ligues professionnelles. La LNH, la Ligue américaine qui sont les équipes directement affiliées, mais il y a aussi la East Coat League, la KHL.

Une continuation de la Ligue canadienne

Outre Toronto, les autres formations de la NWHL sont à Boston, à Monmouth Junction au New Jersey, à Danbury au Connecticut, à Buffalo et à Saint Paul au Minnesota.

Je suis vraiment contente que la NWHL ait une équipe au Canada, car ça me ramène à mes racines, a dit la présidente des opérations hockey de la formation torontoise, Margaret Murphy, qui a remporté deux fois le titre de la Ligue canadienne avec les Blades de Boston.

Pour moi, cette nouvelle équipe de Toronto est la continuation du travail que nous avons fait dans la Ligue canadienne. Cette ligue était vraiment d'un excellent niveau, a-t-elle rappelé.

Il y a près de 8000 joueuses de hockey officiellement inscrites dans des clubs en Ontario.

Les amateurs de Toronto pourront également suggérer des noms, des couleurs et des logos pour la nouvelle équipe.

La NWHL est la seule ligue professionnelle de hockey féminin à offrir des salaires aux joueuses. Elle ne veut pas dévoiler les salaires, mais certaines ont gagné 15 000 $ la saison dernière.

La ligue a aussi l'intention de partager 50 % des revenus venant des contrats médias et commandites avec les joueuses de façon à bonifier les salaires.

La NWHL n'a pas pu présenter sa finale en raison de la pandémie planétaire. La finale était prévue le 13 mars entre Boston et Saint Paul.

Il est question de disputer cette finale en ouverture de la prochaine saison à la mi-novembre.

(Avec les informations d'Alexandre Gascon)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey féminin

Sports