•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprendre la saison de la LNH n'est pas une priorité pour Tomas Tatar

Il exulte après un but.

Tomas Tatar

Photo : Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

Radio-Canada

Prenant part à une téléconférence organisée par le Canadien de Montréal, l’attaquant Tomas Tatar a indiqué mardi qu’il ne voyait pas la reprise des activités de la Ligue nationale de hockey (LNH) comme une priorité.

Confiné dans sa résidence près de Bratislava, capitale de la Slovaquie, Tatar a d’abord réagi à la prolongation de la quarantaine jusqu’au 30 avril annoncée par la LNH.

La santé des joueurs et des amateurs doit passer en premier jusqu’à ce que tout [la pandémie, NDLR] soit terminé. Comme tout le monde, j’essaie de garder la forme au cas où on aurait le feu vert, a dit celui que l’on surnomme « Tuna ».

Il a admis ne pas savoir de quelle manière la conclusion du calendrier ou les séries pourraient être envisagées ou mises en place. Là encore, il a répété que, dans son esprit, cela ne constituait pas une priorité.

Face à la possibilité de devoir jouer au hockey en plein été, Tomas Tatar, comme bien d’autres, a bien des questions en tête.

Il s’interroge sur la nécessité de conclure la saison. Il pense aussi aux effets que cela pourrait avoir sur la planification de la prochaine campagne, sur la tenue du repêchage ou des camps.

Si on peut finir la saison, les joueurs voudront, mais il faut que ça ait du sens. On va avoir cette conversation. On parle déjà chaque jour des différentes options, mais on ne sait pas combien de temps ça va durer.

Tomas Tatar, attaquant du Canadien de Montréal

Là-bas comme ici

Tomas Tatar a expliqué sa décision de rentrer chez lui par son désir d’être près de sa famille. Il a souhaité rester à Montréal le plus longtemps possible. Mais quand les frontières allaient être fermées, il est allé rejoindre sa mère pour en prendre soin.

La situation en Slovaquie face à la pandémie n’est pas différente de celle que nous vivons ici. À l’exception des supermarchés et des pharmacies, les commerces sont fermés.

La population est invitée à respecter les mesures de confinement et de distanciation. Jusqu’à nouvel ordre, on y a aussi interdit l’accès aux grandes places et aux squares.

On ne compte pas beaucoup de cas d’infections en ce moment, peut-être 1000, je crois. Il faut arrêter ce virus, a soutenu celui qui était le meilleur pointeur du Tricolore (22 buts, 39 passes) au moment de l’interruption du calendrier de la LNH, le 12 mars.

Après avoir affirmé qu’une semaine d’entraînement sur glace lui suffirait pour retrouver la condition physique nécessaire pour disputer des matchs, le joueur de 29 ans est revenu sur le déroulement de sa saison.

Il a dit ne pas être trop déçu de voir s’arrêter ce qui s’acheminait pour devenir la meilleure saison de sa carrière.

Je n’y pensais pas trop. La priorité allait à l’équipe. On voulait être dans les séries. C’est difficile pour tout le monde que les choses se soient arrêtées comme ça. Si j’ai eu une aussi bonne saison, c’est grâce à mes coéquipiers. Ça clique avec Phil (Phillip Danault) et Gally (Brendan Gallagher). C’est facile de jouer avec eux, et on s’entend bien sur la glace.

Tomas Tatar

Tatar a renchéri en indiquant que les trois compagnons de trio étaient devenus de bons amis. Ces trois joueurs verront d’ailleurs leurs présents contrats venir à terme à la fin de la saison 2020-2021.

Tatar a encore une année complète à écouler à son contrat de 4 ans évalué à 21,2 millions de dollars américains. Il est prévu qu’il touchera 5,3 millions la saison prochaine.

Là encore, des questions demeurent sans réponse en ce qui a trait à sa rémunération avec un calendrier écourté cette année et en raison de la baisse des revenus que cela pourrait entraîner. Mais cela n’est pas non plus une priorité pour lui.

Tatar a indiqué que les canaux de communications lui semblaient bons entre la LNH et l’Association des joueurs.

Ça se passe plutôt bien. Tout le monde est préoccupé. La saison n’est pas officiellement annulée et on ne sait pas combien d’argent les joueurs et la ligue perdront. Mais ce n’est pas entre nos mains. Tout le monde doit suivre les règles sanitaires. La sécurité passe en premier pour les partisans, les joueurs et tous ceux qui gravitent dans le monde du hockey, a insisté le no 90.

Heureux avec le CH

En attendant, Tatar en a profité pour répéter à quel point il apprécie le fait de jouer à Montréal et en quoi cela a contribué à améliorer son jeu.

J’ai l’occasion de jouer dans un premier trio. J’ai beaucoup de plaisir sur la glace avec Brendan et Phil. L’entraîneur m’a offert une belle occasion de prouver que j’ai ma place dans la LNH, surtout après ce qui s’est passé à Vegas. Je n’étais pas trop inquiet. Je ne doutais pas de mon sens du hockey. Cela n’a pas été facile au début à Montréal. Il y a beaucoup de partisans et de médias. Le hockey est tellement plus important au Canada. Les partisans ne me connaissaient pas beaucoup. J’essayais juste de bien jouer.

Tomas Tatar

À la fin de l’entretien, il a été question du maintien des liens entre ses coéquipiers du Canadien.

Nous avons mis en place une conversation de groupe où l'on jase ensemble. On se parle pour voir comment tout le monde va. Ça montre à quel point les liens sont forts dans notre vestiaire. On a aussi notre Stay at Home Challenge. Je ne sais plus trop qui a lancé ça, mais on voulait montrer aux gens que nous étions tous ensemble là-dedans [face à la COVID-19, NDLR].

Tatar s’inquiète-t-il des difficultés qu’il pourrait rencontrer, en raison de la fermeture des frontières, pour rentrer rapidement à Montréal advenant une reprise des activités dans la LNH?

Je n’y ai pas trop pensé. Si on recommence à jouer, ce sera parce qu’ils auront abandonné certaines des restrictions en vigueur. Ce ne sera peut-être pas simple, mais on aura l’aide de l’équipe, a-t-il conclu.

(Avec les informations d'Alexandre Gascon)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !