•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les terrains de golf veulent être de la première vague d'entreprises québécoises à rouvrir

Malgré les fermetures actuelles, les terrains de golf de la province se préparent pour la saison à venir.

Des travailleurs retirent des bâches.

Les équipes d'entretien des terrains de golf sont considérées comme des travailleurs essentiels au Québec pendant la pandémie de COVID-19.

Photo : Simon Martel/CBC

Radio-Canada

Cette semaine, les bâches protectrices d'hiver ont été retirées de nombreux parcours de golf au Québec.

C'est généralement le signe que le printemps est arrivé et, pour les golfeurs, c'est un signal pour commencer à se préparer pour la nouvelle saison.

Mais en raison de la pandémie de COVID-19, cette année est bien différente.

La première chose que je dis à ceux à qui je parle est : "J'ai hâte de vous voir, parce que quand je vous verrai, ça voudra dire que nous sommes ouverts et que tout va bien", affirme Gary Lagden, directeur général du terrain de golf Le Blainvillier, à Blainville.

Les terrains de golf, comme la plupart des autres entreprises de la province, sont fermés en ce moment.

Pourtant, au cours des dernières semaines, Lagden et une équipe minimale – environ la moitié du nombre habituel d'employés – ont travaillé sans relâche pour préparer le parcours de golf de championnat de 36 trous.

Leur travail est jugé essentiel par le gouvernement, même si personne ne sait si ou quand les golfeurs pourront utiliser le parcours cette saison.

Notre atout est notre terrain de golf. Nous devions le protéger.

Gary Lagden, directeur général du terrain de golf Le Blainvillier

Ses employés suivent des directives de distanciation strictes, assure Lagden, ce qui est difficile et qui ralentit le travail, mais est toujours mieux que de laisser le terrain à lui-même.

Nous perdrions complètement nos verts. Nous devrions repartir de zéro. Tout serait fichu. Nous devions tout réensemencer et tout refaire, à des frais énormes, affirme-t-il.

D'importantes pertes prévues

David Skitt, directeur général de l'Association des terrains de golf du Québec, a déclaré que ses membres s’attendent à subir d'importantes pertes financières cette saison.

Ils se préparent à ce que de grandes sources de revenus – par exemple les restaurants du club-house, les magasins où ils vendent du matériel et les lieux qu'ils louent souvent pour des événements (comme les mariages) – soient mis en veilleuse pendant des mois.

Les terrains sont au cœur de leurs activités, et les laisser tomber en ruine pourrait être dévastateur.

À travers le pays, c'est une industrie de plusieurs milliards de dollars, a déclaré Skitt.

Les terrains de golf sont un organisme vivant. L'herbe pousse, et si nous ne faisions rien en ce moment, il y aurait de grandes pertes pour les terrains de golf.

David Skitt, directeur général de l'Association des terrains de golf du Québec
Trois hommes tirent une énorme bâche sur un terrain de golf

Quelques employés du golf Château-Bromont retirent les toiles pour permettre aux verts de respirer.

Photo :  courtoisie / golf Château-Bromont

Skitt est optimiste et croit que même si les clubs sont fermés, les golfeurs pourront pratiquer leur sport plus tôt que tard.

L'Association fait valoir que les golfeurs peuvent facilement se conformer aux directives relatives à l'éloignement physique. Selon elle, le gouvernement devrait considérer que le golf devrait faire partie de la première vague d'activités approuvées pour une reprise lorsque la pandémie s'apaisera et que l'économie se remettra en marche.

C'est le bon candidat. C'est l'un des seuls sports où vous pouvez garder vos distances avec les autres joueurs, dit Lagden. Ça vous donne une chance de faire de l'exercice, de prendre l'air.

Une nouvelle façon de jouer

Si les golfeurs ont la possibilité de revenir à l'action plus tôt que les autres sportifs, Skitt prévient que les joueurs devront s'attendre à des changements dans leur façon de jouer.

Les quatuors seraient probablement réduits à deux; les chariots ne seraient probablement pas disponibles; les drapeaux devraient rester dans le trou; et le son familier de la balle tombant dans le trou, que les golfeurs aiment tant, pourrait être chose du passé.

Un bâton près d'une balle

Un coup en préparation

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Le fond du trou pourrait être remonté d'un pouce (2,5 centimètres) afin d'y prendre sa balle sans toucher au fanion, suggère Skitt.

Il espère néanmoins que certains parcours seront ouverts aux golfeurs dès la première semaine de mai.

Ce n'est pas le moment de mettre une énorme pression [sur le gouvernement] et de dire que cela doit se produire, poursuit Skitt. Mais une fois que nous aurons le feu vert, je peux vous assurer que tous les membres de l'association seront prêts.

L'industrie du golf doit s'adapter

Plusieurs gens de l'industrie affirment que des ajustements seront nécessaires pour atténuer les pertes financières.

Les fabricants d'équipements et les représentants commerciaux se préparent pour une année difficile.

Je sais que mes chiffres de fin d'année, les chiffres de fin d'année de tous vont baisser, témoigne Shawn Perno, représentant pour TaylorMade Golf.

J'essaie toujours de regarder le côté positif, et les conversations que j'ai eues avec les clients ont été positives. Je garde la perspective que les clients, comme des lions gardés en cage, vont sortir et avoir faim une fois que la porte sera ouverte.

Skitt a déclaré que l'Association travaille sur des programmes pour satisfaire les golfeurs qui voudront compenser les rondes perdues en raison de l'arrêt.

Une idée sur la table est un programme « acheter local » pour augmenter le trafic sur les parcours du Québec une fois que ceux-ci seront complètement ouverts.

Quand la vie sera un peu revenue à la normale, les gens n'iront probablement pas trop loin pour leurs vacances d'été, a déclaré Skitt.

Restez à la maison et jouez au golf, à la place. C'est l'une des grandes choses qui, je pense, nous aidera à rebondir cette année, a-t-il ajouté.

D'après l'article de Douglas Gelevan, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Golf

Sports