•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Union cycliste internationale face à une crise financière « inédite »

Le maillot jaune Egan Bernal amène ses coéquipiers de l'équipe Ineos devant l'Arc de Triomphe, à Paris, lors de la 21e équipe.

Le maillot jaune Egan Bernal amène ses coéquipiers de l'équipe Ineos devant l'Arc de Triomphe, à Paris, lors de la 21e étape du Tour de France 2019.

Photo : Getty Images / Anne-Christine Poujoulat

La Presse canadienne

L'Union cycliste internationale a décrété des mesures drastiques afin de réduire ses dépenses, jeudi, puisque ses revenus sont en chute libre depuis l'annulation ou le report de centaines d'épreuves cyclistes à cause de la pandémie de COVID-19.

Depuis le report des Jeux de Tokyo à 2021, le portrait financier de l'UCI est l'un des plus préoccupants parmi les fédérations sportives internationales dont la discipline est inscrite au programme olympique.

Le président de l'UCI, David Lappartient, et d'autres gestionnaires ont accepté des réductions de salaire et d'indemnités, et les 130 employés qui œuvrent au siège social situé en Suisse et au Centre mondial du cyclisme ont été mis à pied de façon temporaire ou permanente.

Notre fédération internationale traverse une crise inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, a confié Lappartient.

Les fédérations sportives qui chapeautent les 28 disciplines inscrites au programme olympique devaient recevoir au moins 755 millions de dollars du CIO et des Jeux olympiques de Tokyo.

L'UCI a indiqué qu'elle avait empoché environ 36 millions de dollars des Jeux olympiques de Rio en 2016. L'organisation s'attendait à recevoir au minimum le même montant en 2020, puisqu'elle est responsable de 22 épreuves où sont attribuées des médailles olympiques en cyclisme sur route, cyclisme sur piste, vélo de montagne et BMX.

L'UCI prévient maintenant que le report des JO de Tokyo à 2021 entraînera d'importantes pertes de revenus.

Nous devons anticiper l'éventuel report, à 2021, du versement des revenus provenant des JO qui devait initialement se faire au deuxième trimestre de 2020, et une éventuelle réduction du montant qui sera versé aux différentes fédérations sportives internationales, a déclaré l'UCI.

Le CIO a mentionné la semaine dernière qu'il était encore trop tôt pour envisager un plan de sauvetage des fédérations internationales.

Pour l'UCI, les frais d'organisation et d'enregistrement qu'elle recevait des organisateurs des épreuves cyclistes comme les Championnats du monde représentaient environ 45 % de ses revenus estimés à 260 millions de dollars entre 2015 et 2018, selon son plus récent bilan financier.

L'UCI a assuré qu'elle remboursera les frais d'enregistrement pour les épreuves qui ont été annulées. Jusqu'ici, elle a reçu plus de 650 requêtes pour reporter ou annuler des événements jusqu'en août 2020.

Les Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal (GPCQM) n'en font pas partie.

Il y a trois jours, les organisateurs des GPCQM ont indiqué sur Twitter que nous sommes attentifs à la situation et demeurons en contact avec les organisations, fédérations et autorités. La santé et la sécurité de tous sont nos priorités. Nous vous tiendrons informés de l'évolution de la situation.

Ainsi, pour l'instant, les Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal doivent toujours se dérouler les 11 et 13 septembre 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cyclisme

Sports