•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Julie Sauvé, grande bâtisseuse de la natation artistique, n’est plus

Elle sourit devant les micros.

Julie Sauvé à son intronisation au Temple de la renommée du sport canadien, en 2006

Photo : La Presse canadienne / Dave Chidley

Radio-Canada

L’entraîneuse Julie Sauvé, qui a notamment mené Sylvie Fréchette à l’or olympique, n’est plus. Elle est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l’âge de 67 ans, a appris Radio-Canada Sports.

Natation artistique Canada a confirmé la nouvelle en fin d’après-midi mardi.

Mme Sauvé s'est impliquée dans le sport de la natation artistique au Canada pendant plus de 35 ans, jusqu’à son départ en 2012. Elle a par la suite pris la tête de l’équipe brésilienne. L'entraîneuse québécoise préparait jusqu'à tout récemment les athlètes de Singapour en vue des qualifications olympiques, mais le report des Jeux de Tokyo a interrompu ce projet.

C’est sous sa gouverne que Sylvie Fréchette a atteint les plus hauts sommets, aux Jeux olympiques de 1992, à Barcelone. La Québécoise y avait gagné une médaille d’or qu’elle n’avait reçue que plus d’un an plus tard en raison de l’erreur d’une juge. Leur collaboration aura duré 18 ans.

Sur Facebook, Sylvie Fréchette a écrit que jamais un lever de pleine lune n’aura été aussi significatif que ce soir. C’est comme sa façon bien à elle de briller, pour une dernière fois. À ma deuxième mère, ma guide, celle qui m’a vue et a cru en moi, celle qui m’a prise par la main jusqu’au plus haut sommet : je t’aime, Julie Sauvé.

Les trois capitaines de la dernière équipe canadienne de Julie Sauvé, celle de 2012, ont unanimement souligné la passion de leur ancienne entraîneuse.

Julie a eu un formidable impact dans chacune de nos vies, et elle a fait de nous les femmes que nous sommes aujourd’hui, a indiqué Élise Marcotte en entrevue téléphonique. Tout ce qu’on veut faire, maintenant, c’est lui rendre hommage, et nous aurions aimé qu’elle ait encore 30 ans devant elle.

C’était presque une deuxième mère pour moi, a affirmé Marie-Pier Boudreau-Gagnon. Elle m’a entraînée vraiment longtemps. C’était plus qu’une entraîneuse. C’était une amie, une confidente, une des femmes les plus passionnées que j’ai rencontrées dans ma vie.

C’est un gros pilier qui vient de tomber. La nage synchronisée lui en doit beaucoup. Elle est à l’origine de bien des choses dans ce monde-là.

Marie-Pier Boudreau-Gagnon, membre de l'équipe canadienne aux JO de 2012

L’équipe de 2012, on est très soudées, entre autres grâce à Julie, a indiqué Valérie Welsh. Elle a formé une équipe tissée serrée, et ça continue en 2020. Les filles de l’équipe se parlent à tous les jours […] On a appris la nouvelle ensemble, en équipe.

Les athlètes montrent leur médaille.

L'équipe canadienne avait remporté le bronze aux mondiaux de Shanghai, en 2011.

Photo : Courtoisie/Élise Marcotte

Cette équipe, qui a terminé au pied du podium à Londres à la stupéfaction de son entraîneuse, convaincue que le programme relevé sur le plan technique méritait de meilleures notes, a réagi de manière concertée en soirée.

Dans une lettre transmise à Radio-Canada Sports, les 12 filles tissées serrées qui s’aiment comme des sœurs saluent celle qui nous a inspirées à viser les plus hauts sommets, puis nous a donné des ailes pour y arriver.

Elle nous a motivées à dépasser nos limites, pour nous regarder ensuite avec fierté devenir des athlètes et des femmes plus fortes, ont écrit Jo-Annie Fortin, Karine Thomas, Tracy Little, Stéphanie Leclair, Stéphanie Durocher, Valérie Welsh, Marie-Pier Boudreau Gagnon et Élise Marcotte au nom de l'équipe. Elle a célébré nos victoires, puis nous a soutenues dans les moments plus difficiles, dans l’eau comme hors de l’eau. Elle a tout donné pour que l’on puisse atteindre notre rêve olympique, et plus encore.

Elle a suivi avec grand intérêt nos accomplissements scolaires et professionnels. Elle a célébré l’amour et a dansé à nos mariages. Elle s’est émerveillée devant nos enfants. Julie nous a coachées, inspirées, motivées et développées. Elle nous a mises au défi, elle nous a soutenues, puis nous a fait rire. Par-dessus tout, elle nous a aimées. Et nous l’avons aimée.

Mme Sauvé a été intronisée au Temple de la renommée du sport canadien en 2006 et au Temple de la renommée du Comité olympique canadien en 2012.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Natation artistique

Sports