•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprendre les matchs en Europe? La priorité, c'est de reprendre l'entraînement

Le gardien du Real Madrid s'élance sur sa droite.

Match entre le Real Madrid et le Bayern à Munich

Photo : AFP/Getty Images / JAVIER SORIANO

Agence France-Presse

Face au coronavirus, les championnats européens attendent un calendrier pour redémarrer la compétition. Mais une autre date est encore plus cruciale : celle de la reprise de l'entraînement, entre risque de blessures et distorsion de concurrence si le retour au terrain se fait en ordre dispersé.

Au lendemain de la décision du Bayern de Munich de reprendre l'entraînement, plusieurs questions se posent, dont celle de la période de retour à niveau à respecter afin d'éviter les accidents musculaires après une aussi longue pause.

La discipline personnelle pendant la période de confinement jouera un grand rôle. Ceux qui se seront entretenus et auront évité la prise de poids reviendront nettement meilleurs que ceux qui n'auront pas su s'astreindre à garder la forme.

D'où les initiatives comme celles du Bayern de Munich, qui avait mis en place dès le premier jour du confinement un entraînement collectif obligatoire par vidéoconférence, pour au moins conserver un rythme et une émulation d'équipe.

Le club bavarois, en tête de la Bundesliga, a fait revenir ses joueurs sur les pelouses lundi, par groupes de cinq et en respectant les distances sanitaires.

Ça dépend du temps de confinement, explique à l'AFP l'Espagnol Juanjo del Ojo, préparateur physique à Monaco.

Si cela dure 5-6 semaines, nous aurons besoin d'un minimum de 3 semaines avant de pouvoir revenir à la compétition avec des certitudes et réduire le risque de blessures.

Près de deux mois d'arrêt, c'est énorme, témoigne pour sa part le préparateur physique Xavier Frezza, interrogé par l'AFP, qui travaille en première et deuxième divisions françaises.

Les joueurs n'ont jamais connu ça de toute leur vie. Un joueur professionnel ne connaît qu'une coupure de trois à quatre semaines l'été, et encore beaucoup font quelques bricoles. Deux mois, ça va vraiment leur faire bizarre, admet le préparateur.

Les risques sont d'autant plus grands que la reprise ne ressemblera en rien à un début de saison, où la montée en régime est progressive.

Compte tenu du retard des calendriers, les équipes devront gérer des semaines à deux matchs, et pour beaucoup il s'agira de rencontres à très haute intensité pour le titre, les places européennes, le maintien ou la montée.

D'où une autre question : les équipes qui auront recommencé l'entraînement les premières auront-elles un avantage indu sur ceux qui seront restés confinés plus longtemps?

Les Allemands notamment se posent très sérieusement la question, au point que la ligue, la DFL, avait envoyé une circulaire à toutes ses équipes en mars en leur demandant de ne pas reprendre l'entraînement collectif avant le 5 avril, quelles que soient les conditions de confinement.

Pour l'heure, les règlements sanitaires d'une région à l'autre sont trop disparates pour harmoniser les pratiques.

Mais, estime par exemple le directeur sportif du Fortuna Düsseldorf, Thomas Röttgermann, la décision d'autoriser ou non l'entraînement collectif devrait être prise au niveau national, pour assurer l'égalité des chances au moment de la reprise de la compétition.

Une semaine d'intervalle, quand on n'a même pas trois semaines de préparation, c'est vrai que physiquement et techniquement ça peut faire une sacrée différence, confirme le préparateur physique Xavier Frezza.

Ceux qui, comme à Leipzig, n'ont jamais été confinés à domicile et ont pu s'entraîner sur la pelouse, même sans contacts physiques, auront nettement un coup d'avance.

Mes joueurs n'ont pas trop perdu de substance, assure l'entraîneur du RB Julian Nagelsmann. Ils seront de nouveau en forme en une semaine et demie ou deux.

Ce ne sera pas le cas de tout le monde. Les résultats des matchs, en cas de reprise prématurée, pourraient bien réserver quelques surprises aux amateurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sports