•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les courses virtuelles, « étape 1 de 100 » de la réhabilitation de Robert Wickens

Assis dans son fauteuil roulant, il sourit en attendant le début d'une course.

Robert Wickens

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Associated Press

Le pilote canadien Robert Wickens participera à la deuxième manche du défi IndyCar iRacing, samedi, marquant d'une certaine manière une première étape dans son cheminement vers un retour dans un bolide de la série.

Le Torontois Wickens a été victime d'un grave accident à Pocono en août 2018 et les médecins lui avaient dit qu'il était possible qu'il ne marche plus jamais.

Avec l'aide de la technologie moderne, il sera de retour derrière un volant samedi. Wickens participera à une course virtuelle de 45 tours sur un circuit routier de l'Alabama.

C'est amusant, mais je vois plutôt ça comme un projet à long terme pour retourner dans une voiture de course, a-t-il dit vendredi. J'ai toujours su que les courses virtuelles seraient le meilleur moyen de tester des systèmes de freinage manuel ou des configurations nouvelles de pédales. Je vois ça comme l'étape 1 de 100 vers un retour en IndyCar.

Wickens a subi des blessures à la colonne vertébrale, au cou, aux tibias, aux fémurs, aux mains, à l'avant-bras droit, à un coude, à quatre côtes et à un poumon lors de son accident à Pocono.

Malgré les prévisions peu encourageantes des médecins, il a toujours eu l'intention de déjouer les pronostics.

Il utilise les réseaux sociaux pour partager son cheminement de rééducation avec ses partisans. En janvier 2019, il a publié une vidéo dans laquelle il marchait avec de l'aide. Deux mois plus tard, il participait à une première course depuis son accident. En juillet, à Toronto, Wickens pilotait la voiture pour le tour de chauffe en utilisant ses mains.

Au cours des cinq dernières semaines, il a publié des vidéos dans lesquelles il fait des pompes, marche sur un tapis roulant et se déplace avec une marchette.

L'athlète de 31 ans n'a pas pu participer à la première course virtuelle de la série IndyCar la semaine dernière parce qu'il n'avait pas trouvé un volant lui permettant de contrôler sa voiture virtuelle sans utiliser de pédales. Il en a maintenant deux, un obtenu par son équipe et l'autre donné par l'ancien pilote Max Papis.

Assis devant un écran, un homme tient un volant pour participer à une course automobile virtuelle.

L'ex-pilote automobile Tony Kanaan au volant de son simulateur de course.

Photo : Associated Press / Michael Conroy

Même s'il a déjà utilisé des simulateurs, Wickens a indiqué qu'il se sentait un peu en retard dans sa préparation puisqu'il a pu commencer à s'entraîner seulement jeudi.

Il ne s'attendait donc pas à passer beaucoup de temps à l'avant du peloton cette fin de semaine. Son objectif est différent.

Je vois ça comme un outil pour m'habituer à contrôler la voiture avec mes mains, a-t-il insisté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Course automobile

Sports