•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La relance des Alouettes ralentie par la pandémie

Il est assis derrière un bureau avec un ballon de football en avant-plan.

Le nouveau président des Alouettes de Montréal Mario Cecchini

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Amorcée avec de nouveaux propriétaires depuis le 6 janvier, la relance des Alouettes de Montréal traverse un ralentissement obligé, imposé par la pandémie de la COVID-19.

Le nouveau président Mario Cecchini assure toutefois que l’équipe est en mesure de faire face à la crise et sera là à la reprise des activités de la Ligue canadienne de football (LCF), même si la saison 2020 devait être annulée.

Oui, évidemment, il y a des scénarios qui évoluent d’heure en heure, mais Gary (Stern, le nouveau propriétaire) me rassure constamment. Nous sommes là pour le long terme. Nous allons traverser cette crise, a-t-il confié en entrevue à Radio-Canada Sports.

On avait une situation financière qui était très difficile. Là, on repart à zéro, nous avons remis les pendules à l’heure. Il n’y a pas de doute qu'on va passer à travers ça, même si le pire scénario d’une saison annulée se produisait.

Mario Cecchini a été nommé le 13 janvier, en même temps que le directeur général, Danny Maciocia, et il n’est entré en poste qu’au début février.

Avec un échéancier serré, la nouvelle administration a eu le temps d’embaucher du nouveau personnel aux opérations football et de réorganiser une partie du personnel administratif. Depuis, les Alouettes sont presque en pause, comme le reste du Québec.

L’équipe montréalaise a 65 employés à temps plein, dont 23 ont été mis à pied temporairement. Des coupes salariales sont aussi en vigueur pour les employés qui restent en poste et tout le monde fonctionne en télétravail depuis le 17 mars.

Comme plusieurs PME, les Alouettes pourraient profiter des mesures d'aide mises en place par le gouvernement fédéral.

Notre équipe est en train de décortiquer tout ça, dit Mario Cecchini. Si on peut, on va le faire, mais les analyses ne sont pas terminées. L’équipe des finances est là-dessus. On me dit que les clauses du programme, les règles du gouvernement peuvent encore bouger.

Réunir l'équipe

Outre la réorganisation des opérations football, le nouveau président a reçu le mandat de réunir sous un même toit les volets administratif et sportif de l’équipe, actuellement divisés entre le stade olympique et le centre-ville.

On parle aussi de jumeler les bureaux à un centre d’entraînement.

Si le déménagement vers de nouvelles installations d’entraînement semble être un projet à moyen terme, la réunification des employés sur un même site demeure une priorité pressante pour le nouveau président.

Le plan d‘unir les deux groupes, si on trouve une façon de le faire à court terme, on va le faire.

Je l’ai dit en rentrant, que pour moi, c’était important d’être près de Danny et près de l’équipe. Là, je le vis depuis deux mois. C’est pas l’fun. Moi et Danny, on se voyait souvent avant. Mais là, on est habitués de se parler au téléphone. C’était rendu qu'on se parlait au téléphone 10 fois par jour parce qu’il était au stade.

Ils se serrent la main.

Danny Maciocia et Mario Cecchini

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les opérations football en rythme accéléré

Malgré le report des camps, les opérations football n’ont pas eu le luxe de ralentir le rythme, puisque le repêchage, tenu par conférence téléphonique, a été maintenu à sa date initiale du 30 avril.

Le nouveau directeur général, Danny Maciocia, passe donc des heures en réunion avec ses nouveaux adjoints Tom Gamble, aux États-Unis, et Brendan Taman, dans l’Ouest canadien.

Le directeur des opérations football, Éric Deslauriers, et le nouveau responsable du recrutement national, Byron Archambault, décortiquent les vidéos chacun de leur côté et mettent ensuite leurs conclusions en commun.

Au lendemain du repêchage, toute l’attention se tournera vers le début de la saison.

Comme le commissaire de la LCF, Mario Cecchini croit qu’il y aura du football canadien en 2020.

Contrairement à la LNH, à la MLS ou à la NBA, tous les matchs sont disputés au Canada.

Donc, même si la crise devait s’étirer aux États-Unis, la Ligue canadienne pourrait être le premier circuit professionnel à reprendre ses activités.

Si la question des frontières ne constitue pas un problème pour les matchs, ça pourrait être différent pour les joueurs, car plus de la moitié arrivent des États-Unis.

Pourront-ils entrer au Canada sans problème? Devront-ils se soumettre à une quarantaine de 14 jours? Est-ce que le Canada refusera l’accès aux ressortissants de certains États comme celui de New York?

Autant de questions qui se présentent au commissaire Randy Ambrosie et aux équipes de la LCF.

Les réponses viendront éventuellement, au fur et à mesure que la situation sanitaire progressera.

Saison de 18 matchs, de 8 matchs ou pas de saison du tout?

Personne ne peut le dire pour le moment.

C’est la vraie définition de l’incertitude et de l’inconnu. Ça évolue chaque jour.

Mario Cecchini, président des Alouettes de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports