•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La LCF face à des défis majeurs, mais le commissaire reste optimiste

Gros plan de son visage

Randy Ambrosie

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Si toutes les grandes ligues de sport professionnel souffrent de la pause imposée par la pandémie de COVID-19, des circuits de moindre envergure, comme la Ligue canadienne de football (LCF), pourraient subir des dommages irréparables.

En entrevue à CBC Sports, le commissaire Randy Ambrosie n’a pas caché son inquiétude.

Je peux vous dire sans aucun doute qu'une saison annulée serait dévastatrice financièrement, a-t-il lancé. Presque toutes les sources de revenus disparaissent. Mais vous devez considérer cela comme une possibilité.

L'optimiste pragmatique en moi a confiance dans la façon dont la communauté médicale gère la crise. Je crois que nous allons la traverser et jouer au football cette année. Je ne me laisse pas aller à croire aux scénarios apocalyptiques.

Randy Ambrosie, commissaire de la LCF

Pour le moment, il garde toutes les portes ouvertes et refuse de fixer un échéancier pour la reprise des activités ou l’annulation de la saison.

Nous avons évité de nous en fixer, parce que l’échéancier d’il y a deux semaines est bien différent de ce qu’il sera dans deux semaines, explique-t-il. Les choses évoluent si vite. Nous ne voulons pas créer un échéancier artificiel.

Ça commence par le souhait de jouer dès que possible et de ramener nos excellents athlètes sur le terrain. Mais on doit garder en tête que nous ne pourrons le faire que lorsqu'il n'y aura pas de danger pour les joueurs, les entraîneurs et le personnel des opérations football, et pas de danger pour nos partisans.

Nous n'en savons tout simplement pas assez pour prendre une décision éclairée pour l'instant.

Si le lien entre le sport professionnel et ses partisans s'effrite pendant la pause imposée par la pandémie, Randy Ambrosie croit qu'il pourra se reconstruire quand la vie reprendra son cours.

Peut-être que le sport sera plus important que jamais. Il y a beaucoup de forces négatives dans le monde aujourd'hui. Il y a trop souvent des voix individualistes. Il y a des gens qui veulent construire des murs. Mais je pense que, quand tout sera dit et fait, nous devrons construire des ponts plus solides.

Il doit y avoir un processus de guérison et le sport peut y jouer un rôle en donnant le bon exemple. Je n'aimerais rien de plus que d'y jouer un petit rôle au nom de notre grande ligue.

Randy Ambrosie

(D'après un texte de Devin Heroux)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports