•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération américaine de soccer revoit son discours sur l'égalité salariale

Elle ouvre les bras tout grand avec un sourire satisfait.

Dans une pose devenue célèbre, Megan Rapinoe célèbre un but contre la France lors du Mondial.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Agence France-Presse

La Fédération américaine de soccer (USSF) a retiré ses arguments, dans un dossier déposé mardi au tribunal, selon lesquels l'équipe nationale féminine est inférieure en compétence à la formation masculine.

Rappelons qu'une poursuite a été intentée par les joueuses américaines contre leur organisation pour discrimination salariale en mars 2019.

Les avocats de l'instance ont écrit, dans les documents, que la fédération ne conteste plus le fait que les fonctions de l'équipe nationale féminine et celles de l'équipe masculine nécessitent des compétences, des efforts et des responsabilités égaux.

Après avoir argué dans un précédent dossier, présenté il y a trois semaines, que jouer dans l'équipe nationale masculine exigeait un niveau plus élevé de compétences, basées sur la vitesse et la force, et revêtait une plus grande responsabilité, l'USSF a donc décidé de changer de ton.

Ces mots avaient suscité une indignation immédiate et généralisée, notamment de la part de joueuses, de dirigeants et de commanditaires, dont Coca-Cola, poussant le président de la Fédération américain de soccer, Carlos Cordeiro, à démissionner deux jours plus tard.

Ce dernier a été remplacé par la vice-présidente Cindy Parlow Cone. Cette ancienne joueuse internationale américaine a aussitôt émis le souhait d'apaiser la situation, alors que le procès intenté par les joueuses de l'équipe nationale est prévu le 5 mai.

Les joueuses de la sélection, menée par l'activiste Megan Rapinoe, l'une des vedettes du groupe, réclament 66 millions de dollars en arriérés de salaire en vertu de la loi sur l'égalité de rémunération et sur les droits civils.

Je ne pense pas qu'un procès soit bon pour l'une ou l'autre des parties, avait déclaré Cindy Parlow Cone. J'espère que nous pourrons trouver une résolution avant que cela soit jugé.

Les Américaines dominent plus que jamais le soccer mondial, ayant remporté quatre des huit Coupes du monde, dont les deux dernières en 2015 et en 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports