•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les défis des athlètes canadiens avant les Jeux de Tokyo

On voit les athlètes en plongée.

Christine Girard, du Canada (à droite) sur le podium des Jeux de 2012, à Londres

Photo : Getty Images / Rob Carr

Associated Press

Les athlètes du Canada savent maintenant que les Jeux olympiques de Tokyo commenceront le 23 juillet 2021. Ils devront utiliser cette année supplémentaire de préparation comme un atout.

La majorité des sportifs représentant l'unifolié doivent encore obtenir leur billet pour Tokyo, même s'ils ont garanti une place à leur pays. À quel moment les épreuves qualificatives reprendront-elles? Les critères changeront-ils?

Les classements mondiaux seront modifiés. Les fédérations nationales voudront vérifier la condition physique des athlètes déjà qualifiés.

Les athlètes ne peuvent pas s'entraîner et ne savent pas quand ils pourront recommencer à le faire. Certains peuvent faire quelques exercices chez eux, d'autres, comme les cyclistes, peuvent même faire des sorties en solitaire, mais sans être accompagnés du personnel spécialisé.

Le soutien financier

Le programme d'aide aux athlètes de Sport Canada se poursuit en 2021, mais le tarif de base ne permet qu'un revenu d'un peu plus de 20 000 $ par année. Les athlètes ne pourront pas combler leur manque à gagner par des bonis de performance et de participation tant qu'ils ne connaîtront pas les nouveaux calendriers.

Quant à ceux et à celles qui bouclaient leur budget avec des petits boulots, ils auront du mal à en trouver en raison de la crise sanitaire qui a fait disparaître des millions d'emplois.

Les entreprises seront frileuses à l'idée d'investir dans le parcours des sportifs olympiques en raison du climat économique très changeant. La recherche de commandites en 2021 devrait être très difficile.

Les grands noms sans leur place

Parmi les athlètes de renom qui n'ont pas encore leur laissez-passer pour Tokyo, il y a les nageuses Penny Oleksiak, Kylie Masse et Aurélie Rivard, la gymnaste Rosie MacLennan, la canoéiste Laurence Vincent Lapointe, l'athlète en fauteuil roulant Brent Lakatos et la gymnaste Ellie Black.

Elle s'apprête à toucher le mur.

Aurélie Rivard

Photo : Getty Images / Hagen Hopkins

La lutteuse et championne olympique en titre Erica Wiebe, les volleyeuses Sarah Pavan et Melissa Humana-Paredes, le grimpeur Sean McColl, ainsi que les plongeuses Jennifer Abel et Melissa Citrini-Beaulieu sont pour leur part qualifiés.

Parmi les sports dans lesquels les équipes canadiennes ont obtenu leur billet, il y a le volleyball, le basketball, le soccer, le water-polo et le rugby à sept dans le volet féminin, de même que le hockey sur gazon, le volleyball et le rugby à sept du côté masculin.

Dans les sports paralympiques, les équipes de basketball, de rugby, de goalball et de volleyball féminin assis ont décroché leur laissez-passer.

Par ailleurs, un bon nombre d'épreuves de qualification en sol canadien ont été annulées ou reportées en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Sports