•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Il lève les bras après avoir marqué un but.

Alexander Ovechkin

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

BILLET – Il y a le sport que vous pratiquez; celui qui vous rapproche de la communauté; celui qui vous garde en forme. Et il y a l’autre sport : professionnel, olympique, d’élite, télévisé. Le second, en temps normal, on l’observe, surtout. On le suit avec un peu, beaucoup, passionnément d’intérêt, selon ses goûts.

Le premier, votre sport à vous, est bousculé par la pandémie et le confinement. Les coureurs s’aventurent encore dans les rues en évitant les rencontres. Quelques cyclistes roulent encore.

Remarquez… Il se peut que vous ayez à la maison toute la panoplie de l’athlète du dimanche. Si ça se trouve, peut-être que vous en faites davantage. Et rame! Et pédale! Et volent les haltères! Bravo!

Mais finie, la ligue de hockey du jeudi soir. Suspendue, la ligue de quilles. Même les poches du mercredi et le curling sont arrêtés. Ce n’est que temporaire, circonstanciel. Vous retrouverez vos habitudes une fois la catastrophe passée.

L’autre sport

Mais qu'en est-il du sport d’élite?

Je ne parle pas de calendrier, d’annulations et de reports. Tout va reprendre un jour ou l’autre.

Toutefois, quand la maladie menace et que la mort rôde, il y a comme une certaine vacuité à courir vite, à sauter haut, à lancer loin.

Citius, altius, fortius? Je veux bien. Même que la plupart du temps, je veux avec enthousiasme! Après tout, j’ai passé les 30 dernières années à les décrire ou à les raconter, ces exploits-là. Mais l’alerte collective, l’anxiété larvée leur enlèvent leur panache et presque leur sens. C’est comme si, tout à coup, il semblait futile de consacrer sa vie à plonger en limitant les éclaboussures.

Quand les héros du moment portent des masques chirurgicaux et vont d’un lit à l’autre, ou qu’ils tiennent une conférence de presse quotidienne, la perspective change.

Alors, qu’est-ce qui peut bien nous ramener encore au sport?

Comme la musique

Le sport qui stimule et qui rassemble est affaire d’émotion. Ce n’est pas que dans sa finalité qu’il trouve son sens commun, mais aussi dans son exécution.

Qu’est-ce qu’une partition de musique inerte sur un lutrin? Un bout de papier, rien de plus. C’est le musicien qui lui donne vie. Une vie qui serait carrément improductive, d’ailleurs, si on en espérait un vaccin ou une récolte de pommes de terre.

Inutile, la musique? Futile? Bien sûr que non. Ce serait si ennuyeux sans musique. Ce le serait aussi sans littérature, sans théâtre, sans cinéma, sans… sans sport.

Au-delà « du pain et des jeux ». C’est là qu’est notre besoin d’Ovechkin, de Danault; là qu’est notre affection pour Benfeito, notre soif de patin, de hockey, de ballon, de piste et d’eau chlorée.

Caeli McKay et Meaghan Benfeito effectuent une rotation vers l'avant à l'épreuve du plongeon synchronisé à la tour de 10 m des Jeux du Commonwealth, en 2018, en Australie.

Caeli McKay (à l'avant) et Meaghan Benfeito à l'épreuve du plongeon synchronisé à la tour de 10 m des Jeux du Commonwealth, en 2018, en Australie.

Photo : Getty Images / Clive Rose

Je ne sais pas pour vous, mais malgré mes lectures, malgré les séries télé et la cuisine, et malgré toutes ces petites choses qu’on prend enfin le temps de faire, je me farcirais bien un septième match, moi. Oui, oui! Ce soir. Maintenant. Avec un ou deux commentaires oiseux, une petite dose d’obséquiosité et le lot habituel d’exagérations.

Et je n’aurais pas détesté un petit 100 mètres, l’été prochain…

Pour le spectacle, pour la rivalité, pour l’incertitude et pour la poésie.

La poésie que je trouvais sous la plume de Foglia, de Robert Duguay, dans l’attitude d’Ilie Nastase, dans la grandeur de Jean Béliveau, dans la superbe de Martina Navratilova, dans la créativité de Toller Cranston, dans…

Le sport me manque.

Le bonheur n’est jamais futile.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Sports