•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération américaine de soccer veut retrouver la confiance de son équipe féminine

Alex Morgan saute sur les épaules de Megan Rapinoe (à droite) pour célébrer un but en finale de la Coupe du monde de 2019 entre les Américaines et les Néerlandaises.

Alex Morgan sur les épaules de Megan Rapinoe pendant la Coupe du monde de 2019

Photo : Associated Press / Francisco Seco

Associated Press

La nouvelle présidente de la Fédération américaine de soccer (USSF) a profité de sa première rencontre de presse pour affirmer que la plainte déposée par les joueuses de l'équipe nationale était une priorité absolue pour l'organisation.

Beaucoup de dégâts ont été causés, et je pense que nous allons devoir rétablir cette confiance et reconstruire la relation. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, a expliqué mardi la présidente Cindy Parlow Cone.

Il faudra beaucoup d'efforts, de temps et d'énergie de la part de la fédération pour rétablir cette confiance, non seulement avec nos joueuses de l'équipe nationale féminine, mais aussi avec nos partisans et toutes les personnes engagées dans le sport.

Les joueuses affirment qu'elles ont reçu moins que ce que reçoivent les joueurs de l'équipe nationale.

Elles ont demandé plus de 66 millions de dollars de dédommagement en vertu de la loi sur l'égalité de rémunération et de la loi sur les droits civils datant de 1964. Un procès est prévu le 5 mai devant le tribunal fédéral de Los Angeles.

La solution ici est claire, simple et sans équivoque : la parité salariale, a répondu Molly Levinson, porte-parole des joueuses.

Dans des documents juridiques déposés en mars avant le procès, l'USSF a affirmé que l'équipe nationale féminine n'avait pas les capacités physiques ou les mêmes responsabilités que l'équipe nationale masculine.

Cela a déclenché une protestation sur le terrain de joueuses portant leurs maillots d'échauffement à l'envers pour cacher l'emblème de l'USSF. Le tollé a conduit à la démission du président de la fédération, Carlos Cordeiro, et a amené la fédération à changer de cabinet d'avocats.

La chef du contentieux, Lydia Wahlke, a été mise en congé administratif.

L'information a d'abord été rapportée mardi par le réseau ESPN. Parlow Cone a expliqué qu'une entreprise extérieure avait été retenue pour examiner le processus décisionnel de l'USSF. Elle espère avoir recours à des pourparlers.

Je ne pense pas qu'un procès soit bon pour l'une ou l'autre des parties, a affirmé Parlow Cone.

Parlow Cone, une ancienne milieu de terrain de 41 ans, était vice-présidente de l'USSF avant le départ de Cordeiro le 12 mars.

Les commentaires et les mots utilisés dans le dernier dossier envoyé à la Cour ont non seulement fait mal à notre notre relation avec notre équipe nationale, mais ont également blessé les femmes et les filles en général, et en tant qu'ancienne joueuse nationale, elles ont été personnellement blessantes pour moi, a confié Parlow Cone.

Parlow Cone a précisé qu'elle faisait partie du comité spécial du contentieux du conseil de l'USSF avec le représentant du conseil Tim Turney et la directrice indépendante Patti Hart.

Elle a expliqué que le comité n'avait jamais eu la possibilité d'examiner les dossiers avant qu'ils ne soient soumis au tribunal.

Il y a eu une erreur fondamentale dans notre processus, a soutenu Parlow Cone.

Je pense que c'est une chose de prétendre que les hommes et les femmes jouent dans des tournois différents et jouent contre différentes équipes, mais c'est très différent de dire que les femmes ont moins de responsabilités ou ont moins de capacités, a reconnu la présidente de l'USSF.

Parlow Cone a également souligné que l'USSF était ouverte à ce que les femmes et les hommes négocient ensemble un contrat de travail commun, mais cette décision appartient aux deux syndicats en vertu de la loi fédérale du travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !