•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le report des Jeux de Tokyo nécessitera des sacrifices, selon Thomas Bach

Toutes les options sont envisagées quant au moment de la tenue des Jeux.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Thomas Bach, président du CIO

Thomas Bach, président du CIO

Photo : Getty Images / AFP/Fabrice Coffrini

Radio-Canada

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a déclaré mercredi que le report des Jeux olympiques de Tokyo à 2021 nécessitera des « sacrifices et des compromis de la part de toutes les parties ».

Lors d'une rencontre de presse téléphonique très attendue, M. Bach a d'abord expliqué pourquoi le CIO avait tardé à prendre une position claire sur le report des Jeux.

Nous n'avions pas d'indication que les mesures gouvernementales prises [confinement et fermetures] dureraient jusqu'en juillet, a-t-il expliqué.

Nous avons suivi les développements en nous basant sur les informations de l'Organisation mondiale de la santé, a ajouté M. Bach.

Le président du CIO a annoncé la mise en place d'un groupe de travail pour évaluer les différentes conséquences du report des JO, une première en temps de paix depuis l'édition inaugurale des Jeux de l'ère moderne en 1896.

Thomas Bach a souligné que la question d'une annulation pure et simple des Jeux avait été mise sur la table.

Bien sûr, la question d'une annulation a été discutée et étudiée, mais il était très clair depuis le début que l'annulation des JO n'a jamais constitué une priorité, car notre mission est d'organiser les Jeux et de rendre possible le rêve des athlètes, a souligné Thomas Bach.

Concernant les partenaires des Jeux, M. Bach a indiqué qu'il était logique que les commanditaires des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 conservent leurs droits même si ces Jeux sont organisés en 2021.

Interrogé sur le village olympique, qui doit accueillir 11 000 sportifs, Thomas Bach a indiqué qu'il s'agissait de l'une des milliers de questions auxquelles il faudra répondre.

Il faudra quoiqu'il arrive repousser de plusieurs mois l'utilisation des équipements que le comité d'organisation doit ensuite libérer, comme les appartements du village olympique, qui doivent accueillir les athlètes avant d'être cédés.

Selon les promoteurs du site, plus de 4000 appartements doivent être vendus.

Le calendrier, un casse-tête

Thomas Bach a par ailleurs assuré mercredi que toutes les options sont envisagées concernant les nouvelles dates, avant ou pendant l'été 2021.

Cela ne se résume pas seulement aux mois d'été. Toutes les options sont envisagées, avant et pendant l'été 2021, a-t-il déclaré.

La nouvelle programmation des JO de Tokyo, prévus à l'origine du 24 juillet au 9 août, demeure un défi, a ajouté M. Bach alors que le report va nécessiter un bouleversement du calendrier sportif international déjà très chargé.

L'une des premières missions du groupe de travail mis sur pied sera de contacter les 33 fédérations internationales présentes aux JO de Tokyo. Une conférence téléphonique doit se tenir jeudi.

La première étape consiste à voir avec les fédérations internationales quelles sont les options. Nous devons aussi tenir compte du calendrier sportif autour des Jeux olympiques, a-t-il ajouté.

En raison de la pandémie, l'Euro de soccer et la Copa America, prévus en 2020, ont déjà été reportés en 2021.

Deux championnats du monde majeurs sont également programmés durant l'été 2021 : les mondiaux d'athlétisme en août, aux États-Unis, et les mondiaux de natation organisés par la Fédération internationale de natation (FINA) programmés au Japon, à Fukuoka, du 16 juillet au 1er août.

La facture, un autre casse-tête

Qui va payer la facture de ce report? Le président du comité d'administration des Jeux de Tokyo, Toshiro Muto, a admis en rencontre de presse que de difficiles négociations sont à prévoir avec le CIO.

Bien sûr, ce report aura un coût, a-t-il dit. Pour l'instant, on ne sait pas encore combien. En ce qui concerne la répartition de la facture additionnelle, ce ne sera pas facile de s'entendre, et je ne sais pas combien de temps ça prendra pour avant d'en arriver à un accord.

Selon le dernier rapport financier gouvernemental, publié en décembre 2019, les JO de Tokyo coûteront 28 milliards dollars.

Mais il faut séparer les dépenses liées aux JO, installations et opérations, et celles liées aux infrastructures non olympiques. Ce qui est difficile à préciser.

Quand Tokyo a obtenu les Jeux, la facture s'élevait à 7,3 milliards de dollars.

Le secteur privé contribue à hauteur de 5,6 milliards du dernier budget révisé.

Tokyo a dépensé 7 milliards en installations olympiques temporaires et permanentes, et de ces 7 milliards, 85 % viennent des contribuables.

Le CIO a contribué à hauteur de 1,3 milliard de dollars.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !