•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada n'enverra pas d'athlètes à Tokyo si les Jeux ont lieu à l'été 2020

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Rosie MacLennan mène la délégation canadienne lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Rio.

Rosie MacLennan mène la délégation canadienne lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Rio.

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Radio-Canada

Les comités olympique et paralympique canadiens ont pris la décision de ne pas envoyer d'athlètes à Tokyo « au cours de l'été 2020 », dimanche, et « lancent un appel d'urgence » à reporter les Jeux d'un an, en raison de la pandémie de COVID-19.

Le Canada joint à sa voix à celles de la Norvège, du Brésil et de la Slovénie, qui ont fait pression sur le CIO pour reporter les Jeux, mais il est le premier pays à annoncer que ses athlètes ne se rendront pas à Tokyo en juillet.

Le Comité olympique canadien (COC) et le Comité paralympique canadien (CPC), appuyés par leurs Commissions des athlètes, leurs organismes nationaux de sport (ONS) et par le gouvernement du Canada ont pris la décision difficile de ne pas envoyer d’équipes canadiennes aux Jeux olympiques et paralympiques au cours de l’été 2020, peut-on lire dans le communiqué d'Équipe Canada.

Le Comité international olympique (CIO), sous forte pression avec la propagation du coronavirus et notamment de la fédération internationale d'athlétisme (World Athletics), a annoncé plus tôt dimanche qu’il se donnait une fenêtre de quatre semaines pour évaluer si les Jeux olympiques pouvaient se tenir comme prévu en juillet, à Tokyo.

C’est la première fois que le CIO envisage publiquement le report des Jeux olympiques, qui sont prévus du 24 juillet au 9 août. Les Jeux paralympiques doivent s'amorcer un mois plus tard, le 25 août, aussi à Tokyo.

Le COC et le CPC lancent un appel d’urgence au CIO, au Comité international paralympique et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de reporter les Jeux d’un an et nous leur offrons notre soutien total et notre contribution pour traverser les complexités provoquées par un report des Jeux. Bien que nous reconnaissions les défis inhérents liés à un tel report, rien n’est plus important que la santé et la sécurité de nos athlètes et de la communauté mondiale, poursuit le communiqué.

Cette décision ne relève pas uniquement de la santé des athlètes, c’est une question de santé publique.

Communiqué d'Équipe Canada

Dans le contexte actuel de la COVID-19 et des risques qui y sont associés, il n’est pas sain pour nos athlètes ni pour la santé et la sécurité de leurs familles et de la population canadienne en général de poursuivre l’entraînement en préparation pour ces Jeux. Cela irait même à l’encontre des avis de santé publique que nous demandons à tous les Canadiens de suivre, insiste Équipe Canada.

Le COC et le CPC disent avoir examiné la lettre et le communiqué envoyés par le CIO et se disent reconnaissants à l’endroit du CIO pour son assurance que les Jeux de Tokyo 2020 ne seront pas annulés et nous estimons le fait qu’il comprenne l’importance d’accélérer sa prise de décision relativement à un possible report.

Nous sommes au cœur d’une crise sanitaire mondiale qui est beaucoup plus importante que le sport.

Communiqué d'Équipe Canada
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme d'origine asiatique porte un masque sanitaire. Derrière lui, un bandeau fait la promotion des Jeux olympiques de Tokyo.

Le Canada n'enverra pas d'athlètes à Tokyo si les Jeux se tiennent à l'été 2020

Photo : Reuters / Issei Kato

S'exprimant devant le Parlement nippon lundi matin, le premier ministre japonais Shinzo Abe a quant à lui déclaré que son pays était toujours engagé dans l'organisation des Jeux dans les meilleures conditions, mais que si cela devenait difficile, en tenant compte en priorité des athlètes, la décision d'un report pourrait devenir inévitable.

Peu après l'annonce canadienne, le Comité olympique australien a demandé à ses athlètes de se préparer pour 2021 et a indiqué qu'une équipe australienne « ne pourrait être rassemblée » pour juillet 2020.

Aux Jeux olympiques de Rio, en 2016, le Canada avait envoyé une délégation de 314 athlètes, gagnant 4 médailles d'or, 3 d'argent et 15 de bronze.

Le CIO dit être sensible

Le Comité international olympique (CIO)a réagi succinctement lundi à la décision du Canada de ne pas participer aux Jeux s'ils étaient présentés comme prévu cet été.

Le CIO est sensible aux appels de report, et va les étudier, a simplement dit le directeur des relations médias du CIO Michael Noyelle à Radio-Canada.

Le CIO envisage tous les scénarios, y compris celui d'un report, a-t-il rappelé en faisant référence au communiqué émis dimanche par le CIO.

Un vent de soulagement au pays

Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien et responsable du sport amateur a déclaré sur Twitter qu'il venait d’être informé de la décision des comités olympique et paralympique canadiens de ne pas envoyer d’athlètes canadiens aux Jeux olympiques dans les prochains mois. C’est la chose à faire dans les circonstances.

Seyi Smith, président de la Commission des athlètes du COC, dit que la décision fera en sorte que tous les athlètes pourront être en sécurité maintenant et dans le futur et que le Canada envoie la meilleure équipe possible aux Jeux.

L'ancien sprinteur canadien a également indiqué que des officiels du COC ont appelé les 14 membres de la Commision des athlètes pour obtenir leur avis dans la journée de dimanche.

L'ancienne patineuse de vitesse et ministre québécoise déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a salué sur Twitter cette initiative du Comité olympique canadien qui fait preuve de leadership pour protéger nos athlètes. La santé publique et celle des athlètes doivent être la première priorité. Le COC a pris une décision difficile, mais responsable et je les félicite.

La joueuse de tennis et spécialiste du double Gabriela Dabrowski a quant à elle écrit sur le même réseau social que prendre part aux Olympiques est mon objectif numéro un, mais je soutiens totalement la décision et je félicite nos dirigeants pour avoir pris cette position. J'espère que d'autres nations suivront.

Vasek Pospisil, qui effectuait une remontée au classement de l'ATP avant l'interruption de la saison de tennis, a écrit que c'est une décision difficile, mais la bonne. Les athlètes peuvent attendre. Les événements peuvent attendre. Ceci est plus fort que le sport.

Le marcheur olympique Evan Dunfee s'est dit fier d'être un membre d'Équipe Canada. Merci d'être des modèles à suivre. Nous, les athlètes, pouvons maintenant nous concentrer à être des modèles à la maison. Nous pouvons suivre sécuritairement les directives sans nous soucier de ce qu'il va se produire en juillet.

Jean-Luc Brassard, l'un des anciens champions canadiens signataires d'une pétition lancée jeudi pour le report des Jeux et critique du COC, a écrit sur sa page Facebook : Qui l’eût cru! Le Comité olympique canadien, pourtant si fidèle à toutes les directives dictées par le CIO, qui décide d’être un leader vers la seule option pour la santé et la sécurité de ses athlètes et entourages, j’applaudis!

Une annonce précipitée, selon certains

Quelques athlètes canadiens, dont Justyn Knight et Sage Watson, trouvent toutefois que la décision du COC est trop hâtive.

Je suis en accord avec l'idée de mon pays de mettre la sécurité et la santé des athlètes d'abord, mais c'est triste que la décision ait été prise pour nous. Pourquoi ne pas attendre quelques semaines de plus?, a demandé Sage Watson sur Twitter.

Je soutiens toujours mon pays. Toutefois, je crois que chaque athlète devrait prendre ses propres décisions face à question du genre. Il n'y a pas d'urgence, a pour sa part assuré Justyn Knight.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !