•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron de Golf Canada déconseille fortement de se rendre sur les verts

Laurence Applebaum discute avec Brooke Henderson, qui sourit, en août 2019.

Laurence Applebaum et Brooke Henderson en août 2019

Photo : Getty Images / Vaughn Ridley

La Presse canadienne

Alors que des circuits régionaux aux États-Unis permettent à des joueurs de continuer à pratiquer leur sport, le président de Golf Canada, Laurence Applebaum, recommande la prudence.

Laurence Applebaum sait que le golf est un sport qui peut se prêter à une distanciation physique. Il a lu des articles qui indiquent que le golf est relativement sûr pendant la pandémie de COVID-19.

Il souhaite que les golfeurs amateurs suivent l'exemple des professionnels et restent à la maison, mais il sait que des athlètes continuent de s'inscrire dans des tournois de circuits régionaux aux États-Unis.

Il est normal de voir le golf comme une activité qui peut être une bonne option, vu les directives de distanciation, mais je réfléchirais davantage au fait que ce sport est beaucoup plus interactif qu'on peut penser au départ, dit Laurence Applebaum. Il revient à chacun de ne pas entrer en contact avec les autres.

Nous allons donc nous en remettre aux experts qui donnent ces lignes directrices et qui donneront au Canada la chance de vraiment vaincre la courbe, pas seulement l'aplatir, précise-t-il.

Lorsque l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé l'état pandémique de la COVID-19, le 11 mars, la PGA et la LPGA ont annulé ou reporté des événements à tous les niveaux de compétition.

De même, il est probable que Golf Canada annule ou reporte tous ses événements officiels et camps d'entraînement jusqu'à la mi-mai afin de protéger ses joueurs et son personnel.

Le Nouveau-Brunswick et le Québec ont fermé toutes les installations de loisirs, y compris les terrains de golf publics et privés, dans le cadre des efforts pour arrêter la propagation du virus.

Les clubs municipaux ont également fermé, car les villes qui les exploitent les ont fermés avec d'autres espaces publics comme les bibliothèques, les centres de loisirs et les arénas.

Mais dans certaines provinces, de nombreux clubs évaluent leurs options.

Appel à tous les clubs canadiens

Laurence Applebaum ne peut pas ordonner leur fermeture, mais il dit avoir été en contact avec la plupart des clubs à travers le Canada et a fortement suggéré qu'ils ferment pour des questions de santé et de sécurité publiques.

Je vais vous dire que la très large majorité pense à la santé et au bien-être de leur personnel et de leurs membres, et donc la majorité d'entre eux ont fermé jusqu'à nouvel ordre, explique M. Applebaum. Nous avons fourni des conseils pour que les gens réfléchissent à ce que les responsables de la santé publique disent être les meilleures choses à faire pour être en sécurité et tenter de tout mettre en œuvre pour éradiquer le coronavirus.

Laurence Applebaum sait que le golf pourra jouer un grand rôle dans le retour à la normalité, quand les autorités commenceront à lever les restrictions.

Selon lui, les grands événements sportifs avec des dizaines de milliers de spectateurs seront parmi les derniers rassemblements à être autorisés.

Le golf va se relever et sera une partie formidable de nos vies, affirme Laurence Applebaum. Ça va juste prendre un certain temps et quand ça arrivera, nous serons là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Golf

Sports