•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 force l'AMA à revoir ses directives

dopage russie

Des éprouvettes en laboratoire

Photo : Radio-Canada

Agence France-Presse

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a publié vendredi de nouvelles directives afin de garantir la poursuite des contrôles des athlètes malgré les contraintes générées par la pandémie de coronavirus.

L'AMA appelle les organisations antidopage à se conformer aux restrictions mises en place par les autorités de leur pays, même si ces contraintes freinent le travail quotidien de tous ceux qui sont impliqués dans la lutte contre le dopage.

L'objectif de ces nouvelles directives est d'assurer une protection appropriée aux athlètes et aux membres du personnel assurant les contrôles antidopage, tout en garantissant l'intégrité des programmes de contrôle, particulièrement d'ici les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo en 2020, selon un communiqué de l'agence qui est basée à Montréal.

Les personnes chargées de recueillir les échantillons auprès des athlètes ne doivent présenter aucun symptôme de la COVID-19, recommande l'AMA. Elles devraient également demander aux athlètes qu'elles contrôlent s'ils présentent eux-mêmes des symptômes du virus.

Si un employé d'une organisation antidopage a contracté le coronavirus, les athlètes qu'il a contrôlés devraient être immédiatement prévenus, et vice versa, indique l'AMA.

Lors des contrôles, des équipements de protection, comme les masques, devront être utilisés. Dans les zones où la pandémie rend les tests plus compliqués, les organisations antidopage doivent envisager de concentrer leur programme en ciblant les athlètes de sports ou de disciplines à haut risque, poursuit l'agence.

Dans les pays où les tests sont désormais impossibles, l'AMA, les organisations nationales et les fédérations devront collaborer une fois que la situation commencera à revenir à la normale pour identifier d'éventuels manquements particulièrement en lien avec les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.

Pandémie ou pas, les athlètes doivent savoir qu'ils peuvent toujours être contrôlés n'importe où, n'importe quand, insiste l'agence mondiale.

Les athlètes doivent garder à l'esprit que les tests se poursuivront seulement quand et là où ce sera possible et, en ce moment, avec les protocoles de santé et d'hygiène en place, la situation change tous les jours, souligne le directeur général, Olivier Niggli.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !